👉 27 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Beaucoup de patience, manque de passion: Grand gâchis

C’est long, long... ça prend une éternité pour arriver à l’intrigue, sans pour autant nous convaincre de la crédibilité du départ de cette relation qui finira par être toxique, échouant à en expliquer sa genèse, sa passion. La fin offre une ultime chance à la redomption pour PTA - où le réalisateur s’offre les seuls moments d’une passion, absents délibérément tout au long du film. Mais une relation toxique ne l’est pas simplement par l’antipathie des personnages et leurs comportements odieux, elle est aussi - et surtout -amoureuse, passionnée, qui nous fait douter, rester. Il s’agit là du grand défaut de crédibilité de ce film, qui malgré quelques moments d’éclat, ne suffisent pas pour autant à effacer cette sensation de grand gâchis.

SterlingArcher
5
Écrit par

il y a 1 an

Phantom Thread
Sergent_Pepper
8

La faim justifie les moyens

Qu’il soit question de perfection dans un film réunissant P.T. Anderson et Daniel D. Lewis n’a rien de bien surprenant : la rareté et la patience avec laquelle les deux hommes construisent leur...

Lire la critique

il y a 4 ans

115 j'aime

7

Phantom Thread
Docteur_Jivago
8

The Ghost Dressmaker

Il y a quelque chose d'étrange dans Phantom Thread ainsi que dans la carrière de son auteur Paul Thomas Anderson, l'impression d'une rupture avec ce qu'il a pu réaliser jusque-là, lui qui traverse...

Lire la critique

il y a 4 ans

62 j'aime

17

Phantom Thread
Behind_the_Mask
8

L'amour de l'art

Phantom Thread figurera sans doute tout en haut des tops 2018 point de vue technique, tant sa réalisation frôle la haute couture. Ca tombe bien puisqu'on est pile dans le sujet du film. Minutie de...

Lire la critique

il y a 4 ans

56 j'aime

12

Mare of Easttown
SterlingArcher
3

Circulez, il n’y a rien à voir !

A mi-chemin entre du Ken Loach aspirant à offrir une (énième) vision “non corrompue” de l’Amérique profonde white trash, et entre la réalisation britannique non soignée d’une détective négligée (cf...

Lire la critique

il y a 1 an

11 j'aime

10

Pieces of a Woman
SterlingArcher
8

Sombrement doux

Ne vous fiez pas aux apparences et aux avis des gens: ceci n’est ni un récit chargé de pathos, ni une exploration de la descente aux enfers d’un mariage suite au drame survenu dans la (magistrale)...

Lire la critique

il y a 1 an

2 j'aime

L’Opéra
SterlingArcher
3
L’Opéra

Insuffisante et fière

Après l’excellent documentaire OCS sur Benjamin Millepied en 2015 (Relève : Histoire d'une création), on pouvait légitimement nourrir de grandes attentes pour cette série de fiction dans l’univers de...

Lire la critique

il y a 8 mois

1 j'aime

1