Les goûts et les couleurs...

Avis sur Pierrot le Fou

Avatar Alexandre Moyano
Critique publiée par le

J’avoue avoir été déçu par ce film. Les dialogues manquent de spontanéité et retirent au spectateur son plaisir. Le jeu sur les couleurs permet de ressentir les émotions escomptées et d’opposer le couple : elle, frivole et insouciante ; lui, homme d’esprit. Pour lui la liberté consiste à s’enfermer dans des livres de littérature et de philosophie. Quant à elle, elle est centrée sur son ennui et son envie d’avoir de l’argent pour ainsi voyager.
Belmondo est aussi charismatique que dans « À bout de souffle » mais Godard est beaucoup moins subtil. En effet, c’est en utilisant des dialogues simples qu’on laisse entrevoir une morale complexe. Le long métrage développe une vision de l’amour intéressante, car il est ici impossible : la jeune fille appelle Ferdinand Pierrot, comme pour le considérer pour ce qu’il n’est pas, et pour ainsi l’idéaliser.
Finalement, je le considère comme une ébauche philosophique de l’incompatibilité entre êtres qui disent s’aimer.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 327 fois
5 apprécient

Autres actions de Alexandre Moyano Pierrot le Fou