Une fuite en avant

Avis sur Pierrot le Fou

Avatar Emilie Rosier
Critique publiée par le

Une fuite en avant. Une promenade aux côtés de Littérature et Peinture. Un musée à pellicule ouverte.

Ce film, qui pose plus de questions qu'il ne livre de réponses, égrène citations, situations et images, que chacun ramasse à sa guise, à sa sensibilité. Un des résultats de ma cueillette : la chanson "ma ligne de chance", gracile et éthérée, dans une pinède du Midi. Il est à la fois hors du temps et pourtant bien ancré dans la réalité sociale et géopolitique de son époque, avec la Guerre Froide et ses guerres par procuration.

Au cours de cette escapade existentielle, les acteurs Belmondo et Karina nous rappellent que nous sommes les spectateurs d'une histoire de cinéma. Est-ce la raison pour laquelle on se laisse d'autant plus emporter par l'histoire de ce duo délicieux? Que ce soit dans leur road trip vers le midi de la France ou sur leur sorte d'île déserte, vivant de chasse, de pêche et de littérature. Pierrot/Ferdinand et Marianne forment un couple quasi platonique, qui vit de ses complémentarités autant que de ses contrariétés.

La promenade artistique avec Velasquez, Baudelaire, Renoir ou Van Gogh, se termine avec Rimbaud, sur la ligne d'horizon de la Méditerranée. Dans sa lettre à Paul Demeny, Rimbaud écrit que "le poète se fait voyant par long, immense et raisonné dérèglement de tous les sens".
A ce titre, les techniques particulières d'exposition des images (techniscope) et de prise de son (format monophonique) sont un adoubement rimbaldien : elles font de nous, spectateurs, des poètes.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 149 fois
1 apprécie · 1 n'apprécie pas

Autres actions de Emilie Rosier Pierrot le Fou