Advertisement

Poulpe fiction

Avis sur Pirates des Caraïbes : Le Secret du coffre maudit

Avatar Tonto
Critique publiée par le

Sur le point de se marier, Will Turner et Elizabeth Swann (Orlando Bloom et Keira Knightley) sont arrêtés par Lord Cutler Beckett (Tom Hollander), pour avoir aidé le pirate Jack Sparrow (Johnny Depp). En échange de leur liberté, Lord Beckett propose à Will de partir à la recherche d’un compas qui indique à son possesseur où se trouve ce qu’il désire le plus au monde. Or, ce compas se trouve en la possession de Jack Sparrow, qui, lui aussi, a des ennuis. En effet, ayant contracté une dette envers le pirate légendaire Davy Jones (Bill Nighy), commandant le mythique Hollandais Volant, il voit maintenant venir le moment où il doit payer cette dette de sa vie, ce dont il n’a pas tout-à-fait l’intention…

Si l’on se fie au fameux principe hitchcockien selon lequel la qualité d’un film se juge à la qualité du méchant, ce deuxième épisode de Pirates des Caraïbes est très réussi. En effet, Davy Jones est digne d’entrer dans le panthéon des grands méchants du cinéma américain. Impressionnant de réalisme grâce à la qualité des effets spéciaux, il bénéficie en outre de la prestation de Bill Nighy (qui joue en capture de mouvements), qui frôle la perfection, en méchant à la tête de poulpe, aussi tourmenté qu’impitoyable.
Mais il convient de féliciter l’ensemble du casting, toujours aussi parfait que dans le premier épisode, et particulièrement le trio formé par Johnny Depp, Orlando Bloom et Keira Knightley, auquel on est presque forcé de s’attacher. Quant au scénario, quoiqu’un peu compliqué à suivre, il se déroule sans accroc sous les yeux éblouis du spectateur. De fait, si quelques temps morts peuvent parfois survenir, les scènes d’action, absolument hilarantes, font preuve d’une telle imagination (ainsi que d’une loufoquerie inégalée et inégalable) et d’un tel rythme qu’on est cloué au fond de son fauteuil en espérant ne jamais en sortir. On bascule souvent dans un certain « n’importe quoi », mais c’est si bien maîtrisé qu’on est prêt à passer sur de nombreux détails pour se plonger dans cette ambiance fascinante, renforcée par la musique de Hans Zimmer, qui tombe toujours juste. Il y a effectivement une rigueur de mise en scène, dans les plans, les décors, la reconstitution, qui fait plaisir à voir. En outre, Verbinski introduit dans son film une sorte de poésie brute, de poésie sauvage (les scènes sur le hollandais volant, comme lorsque Davy Jones joue de l’orgue ou celle du père contraint de fouetter lui-même le fils qu’il vient de retrouver), et c’est ce qui donne au film son caractère si particulier, qui le démarque clairement des autres productions du genre, afin de le tirer, malgré ses quelques imperfections, du côté des chefs-d’œuvre.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 497 fois
22 apprécient

Tonto a ajouté ce film à 5 listes Pirates des Caraïbes : Le Secret du coffre maudit

Autres actions de Tonto Pirates des Caraïbes : Le Secret du coffre maudit