Deladonchamps est magnifique mais cette histoire d'amour, on l'a connait déjà...

Avis sur Plaire, aimer et courir vite

Avatar alsacienparisien
Critique publiée par le

Plaire, aimer et courir vite est une belle histoire d'amour, premier éveil sentimental pour l'un, dernier plaisir charnel pour l'autre, qui touche par la sincérité déconcertante de ses acteurs. Christophe Honoré, après s'être concentré sur la Comtesse de Ségur et Ovide, revient sur une chronique on ne peut plus réaliste se déroulant au début des années 90 entre un jeune homme curieux et nonchalant et un homme plus âgé, écrivain renommé en perte d'espoir à cause de la maladie. Leur rencontre créée une véritable perfusion d'énergie inespérée pour ce dernier, qui, même si éphémère, ramène une douceur et un soutient indispensable à l'oubli de la fatalité du présent. Pierre Deladonchamps, magnifique acteur, sublime ce personnage si complexe et sans pathos avec une extrême légèreté et un plaisir de vivre. Denis Podalydès est aussi très touchant en meilleur ami vieillissant désenchanté par l'amour. Moi qui suis pas du tout fan de Vincent Lacoste en règle générale, je pense qu'il signe ici son vrai premier rôle car il est impossible de faire le mariole dans une histoire si profonde, même s'il est difficile de croire en son personnage au début du film. Il est passionné et nonchalant, ce qui le rend vif, attendrissant et même beau, ce qui est quand même pas gagné selon moi... En tout cas, il contribue très bien à la légèreté et à l'humour bien présent du film. Outre cette histoire sans pudeur, certaines scènes ou surtout certains dialogues m'ont ennuyé ; il y a selon moi de belles longueurs mais aussi du texte ultra-pompeux, garni en références culturelles et réflexions philosophiques qui font perdre en instantanéité car on voit soudainement un acteur qui récite son texte (Lacoste surtout). Personne ne parle comme ça dans la vie. C'est dommage car ça donne la drôle d'impression que ça s'écoute parler, que ça se délecte de son propre côté bobo parisien intello et ça m'a sorti plus d'une fois d'autres très belles scènes. Après réflexion, le regard porté sur l'homosexualité m'a aussi gêné, on y retrouve beaucoup de clichés ; il y a d'abord le côté très assuré, fier, tactile et libertin des personnages mais aussi le passage à l'acte sexuel qui est super rapide, un peu comme 120 battements par minute, comme si les homosexuels devaient se jauger sexuellement avant d'engager quelque chose de sérieux. On retrouve aussi le recours à la prostitution, les repères glauques,... Pas vraiment de surprises en fait. Hormis ces quelques détails, la renaissance vivifiante du personnage de Deladonchamps vaut le coup le d'oeil, l'histoire d'amour quant à elle, on l'a déjà vu il y a un an dans 120 battements par minutes...

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 104 fois
Aucun vote pour le moment

Autres actions de alsacienparisien Plaire, aimer et courir vite