👉 27 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Si le thème de la remise en question de l'identité caractérise l'œuvre de Philip K. Dick, s'y trouve aussi prépondérant celui des « simulacres », c'est-à-dire des machines impossibles à distinguer d'équivalents organiques tout ce qu'il y a de plus naturels : comme des êtres humains par exemple. Quant aux origines et aux aspirations – voire les deux à la fois – de ces « simulacres », ils ne font en général qu'entretenir le climat de paranoïa plus ou moins latente qui sous-tend les récits de cet auteur : ils en sont le prolongement logique, un des aboutissements de ce thème de la « réalité truquée » si cher à cet écrivain où rien n'est jamais comme on le croit, et le plus souvent pour le pire.

C'est ce climat qui caractérise Planète hurlante : ici, tout est sujet à caution, à méfiance, voire à terreur. Tant et si bien que les soldats de l'Alliance, qui a conçu les Screamers, doivent porter un bracelet perturbant les systèmes de détection de ces machines à tuer pour se prémunir de leurs attaques, c'est-à-dire pour éviter de se faire massacrer par les armes de leur propre camp – ce qui est tout de même un comble, temps de guerre ou pas. Et d'autant plus que la nature mécanique de ces derniers les rend sourds à toutes formes de communication et de négociation puisque seule leur programmation compte : quiconque utilise un ordinateur sait bien à quel point les machines peuvent se montrer obstinées...

D'ailleurs, cette suite de directives à la complexité inouïe amène peu à peu ces robots à reconsidérer leur efficacité, c'est-à-dire à apprendre de nouvelles façons de tuer. Par exemple, par l'infiltration – non en adoptant des formes furtives mais au contraire en prenant des aspects qui empêcheront leur cible de se méfier d'eux. Je laisse le reste à votre imagination. Là où la paranoïa atteint un cran supérieur, c'est qu'il n'est désormais plus nécessaire pour les Screamers de « chasser » leurs proies, il leur suffit de laisser ces dernières venir à eux... Ainsi même les bracelets de protection des soldats de l'Alliance ne leur sont plus d'aucun secours.

Hélas, si la nouvelle originale de Dick – intitulée « Nouveau modèle » et dont ce film est une adaptation – se déroulait dans un contexte de guerre froide, et exprimait ainsi la paranoïa ambiante de l'époque, le propos se perd néanmoins un peu dans ce film. Tout au plus peut-on y trouver une dénonciation – sommaire – de la lutte permanente opposant les masses laborieuses aux hautes sphères des corporations et multinationales qui ne voient en leurs ouvriers qu'une sorte de matière première comme une autre – du reste un thème aussi vieux que la Révolution Industrielle et qui n'atteint ici aucun sommet particulier de questionnement...

Quant à la réalisation proprement dite, elle évite avec une certaine adresse les poncifs du post-apocalyptique au cinéma dont les clones de Mad Max nous ont abreuvé jusqu'à la nausée : au lieu d'un désert torride, les paysages sont couverts des neiges d'un hiver nucléaire et jonchés de ruines où ne subsistent que les rats. Si les effets spéciaux sont d'une qualité honnête, le film accuse néanmoins un certain âge et les designs des diverses machines – les Screamers comme les autres – sont assez inégaux. En dépit de leur répétitivité, les décors et leurs éclairages restent réussis, de même que les costumes qui ne manquent pas d'originalité.

Il reste donc une réalisation à l'ambiance toute particulière, très fidèle au texte original dans l'esprit – même dans sa conclusion, pour peu qu'on prête bien attention à la dernière image du film – et qui ravira tous ceux d'entre vous qui cherchent une atmosphère différente de la plupart des productions de science-fiction dont l'accent mis sur le spectaculaire plus ou moins gratuit peut lasser...

Note :

En dépit du succès pour le moins mitigé de ce film au box office, une séquelle en vidéofilm vit le jour en 2009 sous le titre de Planète hurlante 2 (Screamers: The Hunting) : comme je ne l'ai pas vu, je ne saurais dire ce que ça vaut – mais en toute franchise je n'en attends pas grand-chose...
LeDinoBleu
8
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de coeur et l'a ajouté à ses listes Science-fiction, Mecha, Top 50 films de SF, Top 50 films de Mechas et Les meilleurs films de science-fiction adaptés d'un livre

il y a 11 ans

2 j'aime

Planète hurlante
Buddy_Noone
8

Corporate wars

Durant l'été 1996, sortait en salles dans l'indifférence générale, un petit film de science-fiction, production modeste en grande partie canadienne, dont l'exploitation se dilua dans le raz-de-marée...

Lire la critique

il y a 6 ans

25 j'aime

8

Planète hurlante
Dojiro
8

Philip Kinder Dick

Les adaptations de K. Dick au cinema, c'est un peu comme les Kinder surprises, t'esperes toujours avoir la petite figurine et 2 fois sur 3 tu te retrouves avec une merde en plastique ou un puzzle en...

Lire la critique

il y a 9 ans

17 j'aime

1

Planète hurlante
SBoisse
7

Le dernier cri que vous entendrez sera le vôtre

Un film dit de série B participe d’un cinéma de consommation courante, sans ambition artistique. Ne bénéficiant pas de tête d’affiche prestigieuse, il est produit rapidement et à (relativement)...

Lire la critique

il y a 6 ans

15 j'aime

2

Serial Experiments Lain
LeDinoBleu
8

Paranoïa

Lain est une jeune fille renfermée et timide, avec pas mal de difficultés à se faire des amis. Il faut dire que sa famille « inhabituelle » ne lui facilite pas les choses. De plus, Lain ne comprend...

Lire la critique

il y a 11 ans

41 j'aime

L'Histoire sans fin
LeDinoBleu
8

Un Récit éternel

À une époque où le genre de l’heroic fantasy connaît une popularité sans précédent, il ne paraît pas incongru de rappeler qu’il n’entretient avec les légendes traditionnelles qu’un rapport en fin de...

Lire la critique

il y a 10 ans

38 j'aime

Capitaine Sky et le Monde de demain
LeDinoBleu
8

Pulp (Science) Fiction

La science-fiction au cinéma obtient rarement l’assentiment des amateurs du genre dans sa forme littéraire, parce que cette dernière privilégie les idées et les émotions au spectaculaire et aux...

Lire la critique

il y a 11 ans

32 j'aime

8