¡ Poesía, por fin ! *

Avis sur Poesía sin fin

Avatar Gothic
Critique publiée par le

Otra vez, tras la lucha que rinde
y la incertidumbre amarga
del viajero que errante no sabe
dónde dormirá mañana,
en sus lares primitivos
halla un breve descanso mi alma.

Une fois encore, après la lutte qui harasse
et l'incertitude amère
du voyageur qui errant ne sait
où il dormira demain,
en ces divinités primitives
se trouve un bref repos de l'âme.

Algo tiene este blando reposo
de sombrío y de halagüeño,
cual lo tiene, en la noche callada,
de un ser amado el recuerdo,
que de negras traiciones y dichas
inmensas, nos habla a un tiempo.

De cette passivité ressort quelque chose
à la fois sombre et flatteur,
lequel détient, dans la nuit silencieuse
d'un être aimé, le souvenir
qui de sombres traditions en prophéties
immenses, nous renvoie à une autre époque.

Ya no lloro..., y no obstante, agobiado
y afligido mi espíritu, apenas
de su cárcel estrecha y sombría
osa dejar las tinieblas
para bañarse en las ondas
de luz que el espacio llenan.

Je ne pleure plus et pour autant, angoissé
et affligé mon esprit à peine,
de sa prison étroite et sombre,
n'ose délaisser les ténèbres
pour se baigner dans les ondes
de lumière qui baignent l'espace.

Cual si en suelo extranjero me hallase,
tímida y hosca, contemplo
desde lejos los bosques y alturas
y los floridos senderos
donde en cada rincón me aguardaba
la esperanza sonriendo.

Et si sur un sol étranger je me retrouvais,
timide et fermé je contemple
à distance les bois et hauteurs
et les sentiers fleuris,
le long desquels à chaque recoin m'attendrait
l'espérance souriante.

R. de Castro

  • Poésie, enfin !
Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 289 fois
20 apprécient

Autres actions de Gothic Poesía sin fin