👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

La narration à triple trame des début laissait espérer plus d'audace dans le reste du film. Dommage, car assez rapidement nous échouons encore et toujours sur les rives des clichés.

Virginie effira est la flicette humaniste mais en même temps désabusée. Recherchant dans son travail le frisson et le sens qu'elle a perdu chez elle.

Omar sy campe le flic noir dans un commissariat de blancs. Zélé dans son métier, oublieux des problèmes que les autres personnes noires peuvent avoir avec la pokice, il fait son métier comme on respire. Sans réflexions.

Grégory gadebois joue son rôle. Éternel. Cinquantenaire vide de sens, bouffi par l'alcool et la frustration. Il est le facho de l'équipe. Celui qui obéit parce que, mais surtout à cause de. A cause de sa vie, a cause de sa femme, à cause de l'alcool, à cause de la clope, à cause surtout du fait qur son travail est sa seule virilité. Sa vie est stérile, comme lui.

Des clichés donc. Mais qui fonctionnent pour une raison etrange. Is fonctionnent parce qu'on aimerait, on aimerait sincèrement que la police soient traversée par ces doutes. On aimerait que l'homme zélé soient aussi l'homme malheureux qui n'a de raisons de faire souffrir l'autre que pour oublier sa souffrance. On aimerait que la baceuse d'extreme droit soit aussi celle qui va devoir avoir recours à l'avortement. On aimerait aussi que le flic noir finisse par se rappeler que d'autres personnes noires subissent 10 fois plus de contrôles d'identité et remettent en cause la politique des quotas qu'on impose à la police.

Ces lignes de forces que le film nous montre à voir, sont-elles pures oeuvres de fictions ? Car jamais, jamais je n'ai entendu une histoire pareil. Que des flics aient, en leur âme et conscience, refusé de reconduire quelqu'un à la frontière. En somme ce film est efficace non car il nous permet de voir la police telle qu'elle est, mais telle que nous voudrions la voir. Faillible dans la force, faillible dans la faiblesse. Humaine, tout simplement.

AcrossTheStar
7
Écrit par

il y a plus d’un an

1 j'aime

Police
DavidRumeaux
3
Police

Police !

Alors là. Autant j’apprécie la carrière éclectique d’Anne Fontaine, autant il me sera tout simplement impossible de défendre ce film d’une quelconque maniére ! Virginie, Erik et Aristide (si si,...

Lire la critique

il y a plus d’un an

19 j'aime

Police
6nezfil
5
Police

Sous l'uniforme

Anne Fontaine continue à être une réalisatrice déconcertante et inégale, capable du meilleur (Les innocentes, Nettoyage à sec) comme du moins bon. Police possède un vrai beau sujet de départ (la...

Lire la critique

il y a plus d’un an

10 j'aime

1

Police
QuentinBombarde
7
Police

Peau lisse

Police est un titre trompeur. Anne Fontaine ne signe pas là son premier film policier mais continue son observation humaine dans un long-métrage porté par de superbes acteurs. Anne Fontaine, malgré...

Lire la critique

il y a plus d’un an

9 j'aime

Les Damnés de la Commune
AcrossTheStar
9

Ah ... laisse moi pleurer Clément.

Plusieurs fois, devant ces splendides illustrations, j'ai senti dans mon dos, sur mes bras, sur ma nuque, le frisson. Par vagues. Vagues d'indignation, d'espoir de feu et d'or, de tristesse. La...

Lire la critique

il y a 1 an

1 j'aime

Police
AcrossTheStar
7
Police

Une police qui se tient sage

La narration à triple trame des début laissait espérer plus d'audace dans le reste du film. Dommage, car assez rapidement nous échouons encore et toujours sur les rives des clichés. Virginie effira...

Lire la critique

il y a plus d’un an

1 j'aime

Zardoz
AcrossTheStar
8
Zardoz

Une plongée hallucinée dans un bad-trip: notre monde

Si vous êtes attiré par les substances illicites, par les monsieur tout nu à moustaches et par les plans nanardesques qui vous font prononcer "WTF !!!" en plein milieu d'un film, Zardoz est fait pour...

Lire la critique

il y a 2 ans

1 j'aime