👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

"Très chère, il y a des choses qui ne se disent que dans l'intimité." La poésie prend immédiatement dans ce chef d’œuvre incontournable de l'animation japonaise. Sur fond de fascisme dans les années 20 en Italie, l'histoire fait suivre Porco (doublé par un Jean Réno absolument PAR-FAIT), aviateur hors-pair sous les traits d'un cochon, sans confiance dans le reste de l'humanité. Avec des décors magnifique (l'Adriatique est merveilleusement bien dessinée) Miyazaki crée une histoire non dénué d'humour sur un fond parfois dur (Fascisme, mort, réalité de l'époque). Abordé comme une histoire réaliste (du moins, plus que les autres œuvres), on se surprend à prendre toujours autant de plaisir à suivre les aventures d'un être désillusionné et fatigué. Servi avec un Curtis (doublé par Jean-Luc Reichmann particulièrement bon), le duo rival tient le spectateur dans un état de rêve où finalement, la sombre réalité côtoie la magie et le fantastique. Une déclaration d'amour à la vie, à l'aviation de l'époque et une prise de position clairement anti-militariste font de ce film d'animation le chef-d’œuvre de l'auteur, peut-être le meilleur des œuvres du pays du soleil levant. On est à la fois ému (la scène de l'aviation dans le soleil, quand Porco raconte la mort de son ami), amusé (avec des pirates du ciel franchement excellent) et collé au siège par l'aspect épique des combats aérien. Une bien belle poésie qu'on ne trouve ni dans les livres, ni dans d'autre œuvre (excepté dans les autres de Miyazaki). Peut-être plus désigné pour les adultes mais les enfants n'auront aucun mal à aimé ce cochon volant, une difformités paradoxalement merveilleusement belle.

Il nous le dit "Quand je te vois, je me dit que l'humanité n'est pas totalement foutu" Une ode à la vie, rien de plus. Et c'est déjà énorme ! A voir sans hésiter.
Tony_Gendron
10
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de coeur.

il y a 7 ans

Porco Rosso
Sergent_Pepper
8
Porco Rosso

« L’espèce humaine n’est pas entièrement foutue ».

Porco Rosso pourrait a priori se voir comme un long métrage qui n’appartient pas à son créateur. Les amoureux de Chihiro, Mononoké et Ponyo ne retrouveront pas la magie, l’univers foisonnant et...

Lire la critique

il y a 8 ans

136 j'aime

8

Porco Rosso
real_folk_blues
8
Porco Rosso

Il a la cote, ce porc.

En revoyant Porco Rosso je me suis rendu compte qu'il avait bien plus de qualités que ce que mes souvenirs me laissaient croire. Sûrement l'un des Ghibli les plus romantiques et les plus réussis,...

Lire la critique

il y a 10 ans

131 j'aime

25

Porco Rosso
SBoisse
10
Porco Rosso

Guerre cruelle, paix décevante

Cet opus tranche dans l’œuvre du maître. Si l’on y retrouve l’amour de l’aviation, de l’Italie des années trente et nos amis les pirates, il étonne par son romantisme occidental. Le monde animiste et...

Lire la critique

il y a 7 ans

73 j'aime

13

5 centimètres par seconde
Tony_Gendron
9

Ce trait, cette animation, que c'est BEAU !

Et pour ce soir : 5cm par Seconde, 2007, de Makoto Shinkai, avec Adrien Solis et Céline Melloul qui double respectivement Takaki et Akari. Synopsis lointain : Takaki et Akari sont deux collégiens...

Lire la critique

il y a 2 ans

2 j'aime

Insomnia
Tony_Gendron
7
Insomnia

Elles sont longues, ces journées...

Et pour ce soir : Insomnia, 2002, de Christopher Nolan, avec les brillants (et le fort regretté) Robin Williams et Al Pacino dans les rôles respectifs de Walter Finch et Will Dormer. Synopsis...

Lire la critique

il y a 2 ans

2 j'aime

Bright
Tony_Gendron
7
Bright

Willou au pays des fées et des elfes de sang

Et pour ce soir (oui oui...) : Bright, 2017, de David Ayer, avec Joel Edgerton dans le rôle de Nicholas Jakobi. Synopsis shadowrunnien : Los Angeles, de nos jour. Humain, orc, elfes et autres...

Lire la critique

il y a 4 ans

2 j'aime

1