👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Tout est dans le titre de ce film éminemment esthétique. Profondément artificiel à mon grand désarroi. La réalisatrice se livre à une expérience, utilisant codes et décors du passé, elle extrait d'un monde réel des archétypes féminins. Une femme libre, l’œil qui regarde, peintre double trop voyant de la cinéaste c'en est gênant. Une femme enfermée qui va libérer sous nos yeux un peu de ce feu qui la brûle. L'art comme refuge. Une Sorcière qui délivre une Servante. Seule la mère échappe à la caractérisation...

Il se retrouve que j'ai eu la chance de voir sur grand écran La Passion Béatrice de Bertrand Tavernier, il y a peu. La comparaison que j'ai pu opérer avec ce film m'a fait cerner ce qui m'a manqué pour être emporté par ce film. Dans La Passion, les femmes sont dépeintes non déconnectées des hommes, elles font avec, ce qui change tout. Qu'il l'ait voulu ou non, le film de Tavernier était profondément féministe et combattant. Empli de fureurs et de désirs incontrôlés.
Ici les femmes sont dans la ouate du bel écrin de l'île. Objets d'une expérience à mi-chemin entre art et philosophie: peut-on connaitre quelqu'un en le regardant?
On nous vend une histoire d'amour là où je ne vois qu'une belle amitié, et une expérience amoureuse tentée par deux femmes esseulées. Dans leur situation, nous nous serions tous lancés pareillement, le partenaire ayant moins d'importance que l'expérience.

Les fulgurances visuelles mettent le feu( singe d'impuissance? ) à un portrait trop souvent clinique, froid.
Le personnage de la servante apporte un triangle superflu, là le personnage de la mère remplit son rôle dramatique. Tout est hélas trop sous-tendu par une thèse, celle de la sororité. Celle-ci mériterait débat pour être nourrie. Au lieu d'être assénée en posture figée. Une magnifique nature morte d'un souvenir chéri, d'un être perdu, still life comme disent les anglo-saxons à propos de ce genre de tableau. Un Jean Racine aurait sublimé cette histoire. Ici les intentions dépassent le talent. Mais ravivent la flamme.

PhyleasFogg
7
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à sa liste Vu au cinéma en 2019

il y a 2 ans

9 j'aime

4 commentaires

Portrait de la jeune fille en feu
takeshi29
8

(Se) retourner (ou non) à la page 28

Pourvu que le 18 septembre prochain, quand sortira ce "Portrait de la jeune fille en feu", les critiques professionnels ne le réduisent pas à un manifeste sur la condition féminine, ou pire à une...

Lire la critique

il y a 3 ans

78 j'aime

17

Portrait de la jeune fille en feu
Grard_Rocher
10

- Portrait de la jeune fille en feu - dans mon "TOP 10" -

Vers la fin du 18ème siècle, une Comtesse demeurant sur une île de Bretagne doit selon la tradition faire appel à un artiste peintre afin de réaliser le portrait de mariage de sa fille Héloïse. La...

Lire la critique

il y a 2 ans

63 j'aime

45

Portrait de la jeune fille en feu
Samu-L
5

A feu doux

Alors portrait de la jeune fille en feu ça donne quoi? Le film est esthétiquement réussi et chaque plan fait penser à une peinture. Le film traite justement du regard et du souvenir. Il y a aussi...

Lire la critique

il y a 2 ans

63 j'aime

24

Chantons sous la pluie
PhyleasFogg
10

Make 'em laugh Make 'em laugh Don't you know everyone wants to laugh?

Qui peut résister à "Singing in the rain" ? Qui peut rester hermétique à ce film qui vous entraine, vous endiable, vous charme et à la fin vous terrasse de joie. Je me souviens encore de la stupeur...

Lire la critique

il y a 9 ans

64 j'aime

18

Les Enfants du paradis
PhyleasFogg
10

Sur le boulevard du crime, vous vous promenez, et tombez amoureux d'une fleur, Garance

Sur le boulevard du crime, vous vous promenez, et tombez amoureux d'une fleur, Garance. Il y a Baptiste, le mime enfant de la lune, tellement fou d' amour qu'il n'ose cueillir la fleur... Frédéric...

Lire la critique

il y a 9 ans

56 j'aime

15

Timbuktu
PhyleasFogg
8
Timbuktu

Mea culpa ou savoir accueillir un film pour ce qu'il est.

Longtemps je me suis gardé de rédiger une critique à ce film. Le parti pris du cinéaste, qui de la dérision, à la folle poésie, finissait en mélodrame, échappait en partie à mon entendement. Je l'...

Lire la critique

il y a 7 ans

54 j'aime

15