👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

There’s a new man in town, and a new eye in frown.

Revoir Pour une poignée de dollars après des années de décantation de l’esthétique Leone a quelque chose de troublant : dès les origines, tout est là.
Le western est ici à son tournant, récupéré par une nouvelle génération qui ne va plus y chercher les repères d’une mythologie fondatrice, mais y voit l’occasion de déployer une vision bien plus acerbe de notre civilisation. Quelques années avant Peckinpah, Leone instaure donc un monde violent dans lequel aucune place ne semble accordée à l’humanité.
San Miguel, ville des veuves, ville désertée de toute vie quotidienne : c’est là que débarque l’étranger, Clint Eastwood franchissant le pas de la télé vers le (très) grand écran, est désertée de ses habitants. Il y deux types de personnages chez Leone : les tireurs, et les victimes. Ceux qui restent debout et ceux qui mordent la poussière.
La trame sera donc la suivante : qui tue qui, et surtout comment : la cinématographie au service de la danse macabre permet des circonvolutions jusqu’alors inédites. Puisque tout le monde, ou presque, va mourir, Leone oppose à cette finitude un élément paradoxal, et constitutif de toute l’entreprise esthétique : la maitrise du temps. Dilaté, scindé en visuels multiples avec un attrait particulier pour le gros plan, le cinéaste joue de la tension et atteste d’une fascination grandissante pour le mal. Attentif aux sourires sadiques de ses bourreaux, étirant jusqu’à l’obscénité les massacres généralisés, il noie sous les flammes, le plomb et le sang les restes d’une civilisation condamnée dès les premières minutes.
L’homme sans nom qui déboule dans cet enfer a pour lui ce qui fait évidemment son immense supériorité : un regard acéré. La place centrale de la ville, scène de théâtre sacrificiel, sera examinée sous tous ses angles, et peu à peu vidée de ses protagonistes. Si la parole est rare, c’est que les yeux ne manquent rien : du balcon, du cercueil, à cette place stratégique entre deux camps qui s’entredévorent. Eastwood est ainsi clairement la figure du cinéaste à l’égard du monde qu’il investit : toujours capable de garder la bonne distance pour apprécier avec lucidité, dans un cadre pertinent, les ravages de cette triste comédie humaine.
Musique (pas encore de Morricone, mais la filiation avec ce qui suivra est assez évidente), dilatation, trognes d’enfer, poussière : le cadre est posé. Certes, les maladresses du débutant sont encore présentes, comme cette tendance à grossir le trait des méchants (les massacres à rallonge, les passages à tabac avec rires tonitruants un brin répétitifs), ou le recours à la caméra subjective pour les vertiges du blessé qui n’est pas du meilleur effet.
Mais la déclaration esthétique n’en est pas moins tonitruante : un cinéaste est né, un personnage avec lui, et une nouvelle ère du western sous leur joug jubilatoire.

http://www.senscritique.com/liste/Cycle_Clint_Eastwood/685412
Sergent_Pepper
8
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à ses listes Western, Vus en 2014, Les meilleurs westerns, Cycle Clint Eastwood et Les meilleurs westerns-spaghetti

il y a 7 ans

77 j'aime

7 commentaires

Pour une poignée de dollars
DjeeVanCleef
8

Le Bon.

C'est en 1946 que le jeune Leone entre dans l'industrie cinématographique. Par la petite porte mais dans un grand film. Il devient assistant bénévole sur « Le voleur de bicyclette » de Vittorio De...

Lire la critique

il y a 8 ans

81 j'aime

14

Pour une poignée de dollars
Sergent_Pepper
8

There’s a new man in town, and a new eye in frown.

Revoir Pour une poignée de dollars après des années de décantation de l’esthétique Leone a quelque chose de troublant : dès les origines, tout est là. Le western est ici à son tournant, récupéré par...

Lire la critique

il y a 7 ans

77 j'aime

7

Pour une poignée de dollars
real_folk_blues
7

Killer Joe*

Je dois bien avouer un truc dont j’ai un peu honte : je n’aime pas particulièrement le western. Même si je reconnais que d’un point de vue purement cinématographique le genre peut se prêter, au moins...

Lire la critique

il y a 9 ans

71 j'aime

15

Lucy
Sergent_Pepper
1
Lucy

Les arcanes du blockbuster, chapitre 12.

Cantine d’EuropaCorp, dans la file le long du buffet à volonté. Et donc, il prend sa bagnole, se venge et les descend tous. - D’accord, Luc. Je lance la production. On a de toute façon l’accord...

Lire la critique

il y a 7 ans

706 j'aime

103

Once Upon a Time... in Hollywood
Sergent_Pepper
9

To leave and try in L.A.

Il y a là un savoureux paradoxe : le film le plus attendu de l’année, pierre angulaire de la production 2019 et climax du dernier Festival de Cannes, est un chant nostalgique d’une singulière...

Lire la critique

il y a 3 ans

646 j'aime

46

Her
Sergent_Pepper
8
Her

Vestiges de l’amour

La lumière qui baigne la majorité des plans de Her est rassurante. Les intérieurs sont clairs, les dégagements spacieux. Les écrans vastes et discrets, intégrés dans un mobilier pastel. Plus de...

Lire la critique

il y a 8 ans

578 j'aime

53