Trop Bisounours pour la PACES

Avis sur Première Année

Avatar TheoC
Critique publiée par le

Après Hippocrate et Médecin de Campagne, Thomas Lilti continue son étude de la médecine d'aujourd'hui avec Première Année, un film dont il est à nouveau scénariste et réalisateur et qui se penche sur la redoutable épreuve de la première année d'études de santé : la PACES (Première Année Commune des Etudes de Santé)

Antoine (Vincent Lacoste) tente le concours pour la troisième fois, il se lie d'amitié avec Benjamin (William Lebghil), fraichement sorti du lycée. Avec la perseverance de l'un et les méthodes de travail de l'autre, ils doivent se surpasser pour espérer obtenir le précieux sésame permettant la poursuite des études de médecine.

La PACES, c'est une pelletée de journées laborieuses et monotones qui se succèdent, je peux en parler, je l'ait moi-même passé deux fois. C'est pourquoi j'étais intéressé de voir comment est-ce que Thomas Lilti allait parvenir à sortir de cette monotonie pour tout de même raconter une histoire. C'est au final le point faible majeur du film, il manque d'intrigue. Les personnages nous sont présentés sans détours puis n'évoluent peu voir pas ; l'objectif commun est clair, être classé au concours, mais on ne sent pas vraiment de progression dans les scènes qui y mènent. Du coup le film ressemble plus à un amalgame de scènes dans l'ordre chronologique plutôt qu'une véritable histoire. C'est un peu dommage.
Je remarque d'ailleurs que les scènes qui rompent cette monotonie sont tirés des souvenirs de l'auteur et n'existent plus tellement dans les facs aujourd'hui. L'amphi de fin d'année ou chacun annonce un par un ses voeux n'existe plus, les batailles pour les places en amphi sont bien moins féroces depuis que les cours sont retransmis sur internet et le bordel fait par les doublants est maintenant relativement encadré.

Par contre, au niveau du rythme j'ai apprécié la façon dont on parcourt chaque étapes d'une année scolaire complète sans s'attarder plus que nécessaire. Le premier cours, le premier concours blanc, les révisions, le jour J sont tous présents et même en double pour les deux semestres. On sent bien qu'il s'agit d'un effort sur la durée.
La réalisation est aussi réussie dans la façon de capturer la foule. Malgré les efforts des protagonistes et le niveau de maitrise qu'ils paraissent atteindre, la façon dont ils sont constamment perdus au milieu d'autres étudiants nous rappelle que ce n'est pas gagné pour autant.

Les personnages sont habilement construits de manière à contraster l'un avec l'autre tout en gardant des personnalités réalistes de jeunes étudiants. Les oppositions sont dans des détails. Les deux viennent de milieux sociaux différents, leurs méthodes de travail sont différentes, l'un est anxieux au point de sauter les repas alors que l'autre décontracté mange comme quatre, l'un tient sa vocation, l'autre en est moins sur. Chacun pourra reconnaitre un peu de lui dans chaque membre du duo ce qui nous fait nous attacher facilement à ces personnages. Vincent Lacoste et William Lebghil jouent très bien de ces oppositions en restant sympathiques. Le film repose vraiment sur leur jeu et ils s'en tirent très honorablement.

Deuxième reproche tout de même : le dénouement est un peu décevant car bien trop bon enfant. Ceci n'est d'ailleurs pas un spoiler. Si vous pensez que je viens de vous révéler la fin rassurez-vous... c'est encore bien plus bisounours que ce à quoi vous pensez.

Je crains que ce film ne s'adresse qu'à un public restreint, ceux qui y connaissent quelque chose en médecine. Les nombreuses scènes d'apprentissage de vocabulaire médical, d'anatomie, de chimie organique, seront probablement ressenties comme un charabia incompréhensible par les néophytes ce qui risque de les lasser. Au final, le film présente la PACES de façon assez effrayante, elle semble pousser les étudiants à la folie complète, mais assez vraie. C'est donc un film intéressant malgré ses imperfections.

J'ai eu la chance de faire partie des tout premiers spectateurs de ce film grâce à "La Séance Secrète". Merci à eux

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 9366 fois
19 apprécient · 1 n'apprécie pas

Autres actions de TheoC Première Année