Deuxième Succès

Avis sur Première Année

Avatar LeCiné Calorix
Critique publiée par le

Après le très acclamé Hippocrate, Thomas Lilti, et son acteur Vincent Lacoste nous replonge dans l'univers de la médecine, mais cette fois en partant des bancs de l'école.
C'est avant tout une jolie bromance entre Antoine (Vincent Lacoste), triplant sa première année, et Benjamin (William Lebghi), tout jeune bachelier, qui va devoir se confronter à l'esprit de compétition de cette première année de médecine.
Antoine est la caricature de l'étudiant tenace: il connait les combines, les sacrifices à faire, mais reste solitaire. Benjamin, lui, est plutôt le candide, qui débarque en médecine les mains dans les poches mais avec des facilités en sciences et le privilège d'avoir un père médecin. Alors que leurs profils s'opposent, leur ambition commune de réussite va les mener à s'allier. Ce n'est pas compter sur la dure réalité du classement qui risque fortement d'ébranler leur amitié...

Première Année veut dépeindre non pas LA réalité de la première année de médecine, mais celle qui touche ces deux jeunes étudiants. Parfois construit comme un film de guerre -surtout dans le montage- où l'on suit le parcours de nos deux soldats de la médecine qui s'instaurent un régime de vie drastique et des tactiques de révisions des plus absurdes - fiches de révisions sous la douche, questions/réponses à torture physique - mais pourtant efficaces. Une mise en scène réussis pour nous plonger dans cet atmosphère anxieuse et studieuse, entre la chambre de bonne de Benjamin, les amphis et la BU pleins à craquer.
Le plus beau plan reste celui au milieu d'une mer de manuels, qui nous prouve de l'immensité du travail exigé mais aussi de l'aspect "machine de révisions" qu'on attends d'eux. Pour balancer avec cette atmosphère parfois pesante, l'humour caustique règne au sein des répliques et des situations.

Si un seul reproche serait à faire est le ton édulcoré et romantisé de cette vision des études faites à Paris. Malgré tout, les émotions sont présentes et ce film reste mon coup de coeur du festival d'Angoulême.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 689 fois
3 apprécient · 4 n'apprécient pas

Autres actions de LeCiné Calorix Première Année