👉 27 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Un thriller maîtrisé mais sous-exploité

Dès la bande annonce, même si elles sont parfois trompeuses, on pouvait s'attendre à du lourd côté scénario, un thriller où forcément tout allait reposer là-dessus et non sur de quelconques effets spéciaux ou scènes d'action pyrotechniques façon Michael Bay. Ici on a affaire à un thriller mystérieux, sombre, silencieux. D'ailleurs à ce propos, dès la musique de la bande annonce on nous communiquait déjà ce climat assez pesant. Cependant, cette oppression est, à l'inverse, matérialisée par le silence dans le film. Il y a assez peu de musique de fond dans les moments d'angoisse, certainement une volonté de Denis Villeneuve de nous mettre face au réalisme de la situation, à l'angoisse que chaque parent normalement constitué éprouverait dans cette situation d'enlèvement d'un de leurs enfants. On aurait pu apprécier aussi une musique avec montées en pression et bonnes grosses basses pour faire trembler la salle de ciné, mais le choix du silence est tout aussi constructif.

Mais parlons un peu du film en lui-même. Le jeu d'acteur d'Hugh Jackman et Jake Gyllenhaal est très bon c'est incontestable (notons au passage le tic facial au niveau des yeux de l'inspecteur Loki lorsqu'il est dans une situation tendue, un tic qui peut paraître étrange mais qui peut souligner habilement l'état d'esprit du personnage). Le rôle du bon père de famille convient bien à Hugh Jackman, un peu trop même tellement il pète les plombs. Rien à redire non plus du côté des personnages secondaires qui tiennent, eux aussi, bien la route.

[POSSIBLES SPOILERS]
Quant à l'histoire on peut dire que, bien que prenante, il y a tout de même quelques bémols. En effet, une fois le film terminé, il soulève tout de même pas mal de questions. Ce n'est pas forcément un point négatif pourra-t-on dire. Certes, mais ces questionnements peuvent remettre un peu en cause la compréhension de certains éléments du film. Quelques exemples : le fameux labyrinthe fortement mis en avant dans la bande annonce, qu'on retrouve en tant que médaillon au cou du macchabée dans le premier tiers du film, puis comme obsession du second jeune psychopathe à moitié fou dans le dernier tiers. D'ailleurs, Loki met tout de même pas mal de temps à faire le lien entre les deux, alors est-ce une maladresse scénaristique ou bien tout simplement une volonté du réalisateur de nous mettre sur une fausse piste ? Mystère. Mais pourquoi ce labyrinthe ? On aurait pu penser à une clé de l'intrigue qui se serait révélée à la fin du film. Il aurait pu représenter l'endroit où les fillettes étaient enfermées et dans ce cas, le labyrinthe représente-t-il la prison qui tient lieu de titre à ce long métrage, une prison symbolique donc ? Des questions qui surviennent aussi brutalement que la fin elle-même : même si elle s'annonçait naturellement, on aurait pu se représenter plus aisément cet "happy end" plutôt mitigé. Le personnage de Loki peut paraître aussi sous exploité : les symboles (tatouages et signes similaires) sur son corps et une propension à porter des couleurs sombres (vêtements, voiture, etc...) lui donnent un côté mystérieux mais on n'apprend finalement rien du tout sur lui, cela aurait pu être un atout non négligeable dans l'intrigue plutôt que de simplement jouer le flic très investit et têtu avec un fort tempérament. Certains de ces éléments manquants font qu'il y a une légère impression de longueur ici et là.
Le film parfait n'existe pas, et bien que certains s'en approchent grandement, ce n'est pas le cas ici même si l'on peut sans aucun doute qualifier ce film de "maîtrisé".
Prisoners
Vivienn
8
Prisoners

Sympathy for Prisoners

Il y a quelques années, le canadien Denis Villeneuve frappait fort avec Incendies. En attendant Enemy pour l'an prochain, lui aussi avec Jake Gyllenhaal dans le rôle titre, sort dans nos salles...

Lire la critique

il y a 8 ans

143 j'aime

12

Prisoners
guyness
7
Prisoners

Au delà du cercle polar

On peut parfois comprendre la singulière qualité d’un film à travers le concert de reproches qui lui sont faits. (parmi ceux-ci, le plus amusant consistait à reprocher à ses personnages de faire...

Lire la critique

il y a 8 ans

125 j'aime

23

Prisoners
SanFelice
7
Prisoners

Le serpent et le péché originel

A la fête de Thanksgiving, deux fillettes sont kidnappées. Un suspect, qui a été aperçu sur les lieux avec son camping-car, est arrêté mais, faute de preuves, il est relâché, à la grande colère du...

Lire la critique

il y a 8 ans

93 j'aime

4

The Giver - Le Passeur
MasterFox
6

Oh bah ça alors ! Encore une société dystopique avec des ados !

Bah ouais, quand on a trouvé le bon filon c'est con de creuser à côté hein, les sociétés dystopiques c'est tellement la mode en ce moment, dans un sens, pourquoi se priver... Le problème pour les...

Lire la critique

il y a 7 ans

16 j'aime

8

It Comes at Night
MasterFox
2

Critique de It Comes at Night par MasterFox

[Critique rapide] L'ambiance instaurée est plutôt prenante, on peut essentiellement remercier la musique pour ça qui est plutôt pas mal globalement. Le seul souci c'est qu'on a une tension...

Lire la critique

il y a 5 ans

11 j'aime

Exodus - Gods and Kings
MasterFox
4

Un film sans âme

J'avais de sérieux doutes depuis Prometheus et Cartel mais là c'est officiel : Ridley Scott est mort. J'attendais beaucoup de ce film, à la fois pour voir si Ridley Scott allait se reprendre, mais...

Lire la critique

il y a 7 ans

11 j'aime

15