👉 On vous partage notre 1er bilan de la nouvelle version de SensCritique.
Continuez à suivre l'avancée du site sur journal de bord.

Nouveau Zodiac, nouveau Seven, nouveau Mystic River, un paquet de qualificatifs honorables ont été utilisés pour décrire Prisoners et c'est donc avec joie et une certaine appréhension que j'abordais cette séance. Inutile de tourner autour du pot, je ne suis certainement pas ressorti déçu et même si la perfection est loin il est bon de tomber sur ce genre de production pleine de maitrise.

J'ai vu un certain nombre de personnes remettre en cause l'histoire, la façon dont tout cela avait été ficelé par l'équipe du film, personnellement, mis à part la dernière demi heure qui tombe un peu à plat, j'ai beaucoup apprécié le scénario, on évite la surenchère en nous vendant des personnages (notamment l'enquêteur) trop parfait qui relie tout les éléments entre eux sans qu'on sache trop comment. On a pas mal d'éléments annexes qui s'imbriquent difficilement et qui oblige à émettre des hypothèses, on est toujours dans le doute, on vit la détresse du père face à cette incapacité à découvrir la vérité et c'est ce qui crée cette tension psychologique. L’enquête part dans tout les sens, on a tellement d'éléments qui pourrait potentiellement impliquer tellement de monde qu'on nage en plein brouillard. C'est autant à nous de nous faire notre avis qu'à ce père et à ce flic qui lui même se retrouve perdu, ne sait jamais où il va.

Toutefois qu'on ne s'y trompe pas, avant d'être une enquête ou un film policier, ce film traite surtout de l'humain, de ce qu'on peut faire et de ce qu'on est prêt à faire lorsqu'on est dos au mur, c'est l'histoire d'une descente aux enfers de monsieur tout le monde qui devient un "démon" (pour reprendre les termes du film) parce que sa colère et son chagrin prenne le dessus. Un homme qui perd doucement les pédales et en arrive à de tels extrémités qu'il nous renvoi à nos propres doutes, qu'aurions nous fait à sa place ? Malgré ce que Jackman fait, il est difficile pour le spectateur de le voir comme un monstre. On aborde des thèmes sensibles, qu'est ce qui sépare la justice de la vengeance ? Jusqu'où peut on aller pour protéger ceux qu'on aime ? Et la réponse du film est pleine de noirceur et de pessimisme.

Mais la force du film vient aussi de cette réalisation léchée de Villeneuve qui opte là pour quelque chose de supra-réaliste, qui donne vie à son tons de gris à travers sa photographie maitrisée de bout en bout. Tout est très propre, très lisible, mais les scènes d'action ne tombent pas dans le grandiloquent, la caméra se pose, le cadre est idéal, presque naturel, on nous épargne les quelques effets habituels de réalisateurs qui doivent couvrir leur incompétence. Villeneuve laisse place à la pluie et à la neige en fond pour installer cette atmosphère lugubre et oppressante. Autre force, la direction d'acteur qui ne laisse rien au hasard, de Jackman à sa prestation certes oscarisable (bien qu'à mon goût ce ne soit pas toujours un défaut) en passant par Gyllenhaal tout en retenu qui crève l'écran par son jeu épuré. Même les seconds rôles bien que délaissés s'en sortent avec honneur.

Prisoners est donc certes doté de certains défauts qui l'empêche d'être parmi les plus grands films de l'année mais possède un savoir faire artistique impressionnant (la photographie notamment encore une fois, la photographie...) au service d'une histoire prenante et riche qui n'hésite pas à aborder des thèmes "glissants" sans verser dans le manichéisme qui peut se reposer sur des personnages à l'écriture suffisamment affinée pour leur offrir de la contenance.
-Cédric-
7
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à ses listes Les meilleurs films de 2013 et 2013 - La carte abonnement a chauffé !

il y a 8 ans

9 j'aime

Prisoners
Vivienn
8
Prisoners

Sympathy for Prisoners

Il y a quelques années, le canadien Denis Villeneuve frappait fort avec Incendies. En attendant Enemy pour l'an prochain, lui aussi avec Jake Gyllenhaal dans le rôle titre, sort dans nos salles...

Lire la critique

il y a 8 ans

143 j'aime

12

Prisoners
guyness
7
Prisoners

Au delà du cercle polar

On peut parfois comprendre la singulière qualité d’un film à travers le concert de reproches qui lui sont faits. (parmi ceux-ci, le plus amusant consistait à reprocher à ses personnages de faire...

Lire la critique

il y a 8 ans

125 j'aime

23

Prisoners
SanFelice
7
Prisoners

Le serpent et le péché originel

A la fête de Thanksgiving, deux fillettes sont kidnappées. Un suspect, qui a été aperçu sur les lieux avec son camping-car, est arrêté mais, faute de preuves, il est relâché, à la grande colère du...

Lire la critique

il y a 8 ans

93 j'aime

4

Star Wars - Le Réveil de la Force
-Cédric-
3

Un nouvel e... chec !

Depuis des années on a appris à vomir la prélogie, on s'en est fait un devoir, on a même aimé ça (en tout cas on a bien plus aimé ça que la prélogie en question) alors aujourd'hui ça se gargarise un...

Lire la critique

il y a 6 ans

23 j'aime

5

American Bluff
-Cédric-
5

Le bluff à toutes les sauces

Comme d'habitude David O. Russell a tout misé sur son casting, un casting parmi les plus bankable du moment, tous à la recherche de l'oscar et qui savent parfaitement que travestissements et...

Lire la critique

il y a 8 ans

23 j'aime

1

Monsieur 3D
-Cédric-
7
Monsieur 3D

Dérision, D... non ça me saoule de chercher des mots en "D"

Comme pour le "Fossoyeur", on a ici affaire à un mec totalement décomplexé qui traite son sujet par passion. Alors la comparaison s'arrête ici, puisque là où le fossoyeur glisse certes de l'humour,...

Lire la critique

il y a 8 ans

15 j'aime