Le film que l ‘ on a bien fait d’ oublier

Avis sur Programmé pour tuer

Avatar darklinux
Critique publiée par le

Les années 1990 ont été une décennie paradoxale . Une des meilleures concernant le cinéma , mais aussi et cela est normal un générateur de nanars . La dernière décennie de la période 1900 a été aussi celle de la découverte par le grand public de l ‘ informatique et les débuts d ‘ internet .
Une esthétique très marquée ( euphémisme )
Brett Leonard avait senti la réalité virtuelle , sujet très à la mode , the lawnower man avait marqué son époque avec sa photo «  Hollywood night «  et ces rares séquences en images de synthèse . Le film , aussi innovant que Jurrasic Park , quelques années plus tard , pour beaucoup moins cher .

Donc Léonard , devint une coqueluche à Hollywood et enchaîna sur «  virtuosity «  . Le scenario de ce film , ne fonctionne pas . Là ou cela devait être une œuvre d ‘ anticipation , nous sommes plus dans un à côtés de demolition man . Le souci est que le tournage en décor naturel est dans le downtown de Los Angeles , pour des économies évidentes , mais Brett Leonard ignore les règles de mise en scène , le scenario ne tient pas debout .

L ‘ autre problème tient du fait de la non maîtrise de l ‘ outil informatique . Les interfaces graphiques sont au mieux baroques et surchargé , ce qui est contraire a toutes pratiques Ce qui est paradoxal pour un cinéaste dont le principal succès repose sur le concept de réalité virtuelle . Il faut parler du duo antagoniste : Denzel Washington et Russell Crowe , assez loin des deux acteurs confirmés que nous connaissons . Ils cabotinent en couple et là ou Crowe est censé faire un temps soit peur en tant que méta boogeyman et nous fait donc une espèce d ‘ Hannibal Lecter à la française , tellement il est exécrable .

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 24 fois
Aucun vote pour le moment

Autres actions de darklinux Programmé pour tuer