Les brouillons de Ridley Scott

Avis sur Prometheus

Avatar Camille L.
Critique publiée par le

Ce qui est étonnant, quand on regarde ce film, c'est qu'on ne s'ennuie pas une seconde. Il se passe plein de choses, ça va très vite, waouh c'est trop cool.

Et puis quand commence le générique et qu'on "réfléchi" un peu à ce qu'on vient de voir...ben c'est plus tout à fait la même chanson.
En ce qui me concerne, j'ai vraiment vu l'impression d'avoir vu un brouillon de film qui reflète à la perfection les hésitations de Ridley Scott pendant la préparation du film : ce sera un préquel d'Alien mais pas dans le même univers mais en fait y'aura des Aliens mais pas vraiment, mais en fait si mais ce sera pas un préquel et puis même que.... Bref, c'est un film qui part dans tous les sens, avec des personnages qui ne servent qu'à ajouter des personnages, des morts-vivants qui reviennent on sait pas trop pourquoi ni comment, une relation père-fille qui ne sert à rien et qui ne va nulle part, des clins d'oeil grotesques au premier film Aliens, une énième héroïne-malgré-elle qui commence sérieusement à causer du tort au féminisme, un papy très mal fait qui ne sert à rien du tout, de la matière visqueuse/des méchants extra-terrestres/des bêbêtes bizarres auxquels on ne comprend rien, un robot gratuitement machiavélique et surtout, SURTOUT : non mais sérieusement ? C'est quoi ce délire des réalisateurs de nous foutre des bondieuseries à la con dans tous leurs films ? Ils ont eu une révélation dont on n'est pas au courant ?

Bref. Comme beaucoup je sors donc déçue du visionnage de ce film où on voit que Ridley Scott a choisi la facilité pour expliquer sans vraiment expliquer l'origine des Aliens (parce que bon, au final on n'est pas beaucoup plus avancés). Sauf que quand on s'appelle Ridley Scott, qu'on est le "père" des Aliens et accessoirement un maître du cinéma, on prend des risques, ou alors on s'abstient de faire un film aussi plat..

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 339 fois
2 apprécient

Autres actions de Camille L. Prometheus