👉 On vous partage notre 1er bilan de la nouvelle version de SensCritique.
Continuez à suivre l'avancée du site sur journal de bord.

Que dire du retour de Ridley Scott à la science fiction avec ce Prometheus tant attendu. D'abord, que ça fait plaisir de voir un réalisateur qui privilégie un rythme lent, qui prend le temps d'installer son histoire et qui a compris qu'en matière d'effets spéciaux comme d'action, il faut créer une dynamique avec des moments forts et des moments faibles plutôt que de vouloir surcharger de manière permanente l'écran d'effets numériques et de scènes qui tuent . Ça parait évident, mais rien que pour ça, ce bon vieux Ridley donne une savoureuse petite leçon à l'actuelle masse de tacherons hollywoodien n'ayant pas compris ce principe pourtant simple.

Prométhéus n'est pas vraiment un préquel d'alien, mais plutôt un préquel/crossover , si jamais ça veut dire quelque chose. C'est-à-dire que les deux histoires sont vaguement connectées, mais ne se rencontrent pas vraiment. Dans le premier Alien, l'équipage du Nostromo découvre le vaisseau extraterrestre sur LV426 alors que l'équipage du Prometheus débarque sur LV 223. Les deux films sont donc connectés au niveau de l'univers mythologique d'Alien, mais pas connectés directement au niveau de l'histoire. N'essayez donc pas de voir des parallèles d'un film à l'autre car ils n'existent pas. C'est d'ailleurs un des intérêts de prométheus : reprendre un univers connu, mais le remplir de suffisamment de différences pour créer de la nouveauté.

Au niveau visuel , Prometheus est un film réussi pour le moins. C'est aussi le cas pour l'ambiance lourde que Scott parvient à instiller tout au long du film. Il y a plusieurs séquences dans prometheus qui n'ont pas à rougir du comparatif avec le film précédant de Scott dans la saga (ou le succédant dans le temps diégétique, je m'y perd un peu). Il y a notamment une séquence que je ne vous décrirai pas pour ne pas vous spoiler que j'ai trouvé aussi réussie et pleine de tension que la fameuse scène du repas qui tourne mal dans Alien le huitième passager. D'autres scènes du film mettent bien la pression sur le spectateur et je n'ai pas grand-chose à redire concernant tous ces aspects du film.

Les acteurs sont bons dans l'ensemble, et j'ai surtout trouvé les prestations de Michael Fassbender, Noomi Rapace et dans une moindre mesure Charlize Theron et Logan Marshall-Green sympathique. Le reste du casting sert malheureusement plus de faire valoir et manque trop de personnalité à mon sens.

Pourquoi seulement 6/10 à ce film alors? Parce que malheureusement, le scénario même s'il reste intéressant n'est pas à la hauteur des qualités visuelles, de mise en scène et de tension larvée présentes dans le film, ni à la hauteur du scénario écrit par Dan O Bannon pour le premier alien.
La première séquence est, au niveau scientifique, l'équivalent de la soupe (primitive- Ha ha- pour ceux qui comprendront), je ne décrirai pas plus avant, mais c'est quand même assez illogique. Au point même que je ne l'avais pas tout a fait comprise au début. La justification de l'expédition n'est pas très originale (même Rael y a pensé, c'est vous dire), les personnages secondaires manquent de personnalité, j'y reviens, mais c'est dommage, ça aurait donné plus de force à certaines séquences si leur caractérisation avait été un peu plus poussée . Certaines incohérences dans le comportement des personnages, et certaines motivations qui restent obscures rajoutent encore à l'agacement que l'on peut éprouver par moment face au film. Mais ce qui me gène le plus, c'est que Prometheus est un film qui ne tient pas tout seul, qui ne se suffit pas à lui même. Bien sur, le film répond à certaines questions de l'univers d'alien, mais d'une manière peu satisfaisante et surtout ouvre trois portes quand il en a fermé une. Prometheus ressemble à une énorme passerelle, une zone de transit vers autre chose, et je ne dis pas que c'est forcément mal, mais c'est très frustrant, et je préfère lorsqu'un film se termine, même de manière ouverte ou insatisfaisante pour le spectateur, en ayant bouclé son propos.

Prometheus est donc un film a cheval entre deux histoires, un lien vers autre chose. Un film au scénario malheureusement un peu faible, et qui ne tient donc qu'en partie ses promesses. Il vaut tout de même le coup d'être vu ne fut-ce que pour son aspect visuel et la capacité de Ridley Scott à créer le suspens.

il y a 10 ans

47 j'aime

16 commentaires

Prometheus
Prodigy
4
Prometheus

Critique de Prometheus par Prodigy

Bon, faisons court, mais bref. Passons sur la déception de ne pas voir un "vrai" Alien mais un film aux liens très ténus. Soit. Passons sur la joie de voir un film de SF "adulte", en tout cas qui...

Lire la critique

il y a 10 ans

166 j'aime

12

Prometheus
drélium
6
Prometheus

Il promettait

ça passe parce qu'il y a de toute façon un certain standing qui permet de se dire avec satisfaction, ah, enfin un film de SF qui ressemble à un vrai film de SF, où on a vraiment l'impression d'être...

Lire la critique

il y a 10 ans

150 j'aime

52

Prometheus
Minou
7
Prometheus

Ash, can you see this?

En 1979 sort Alien, réalisé par Ridley Scott. En 2012 sort Prometheus, réalisé par Ridley Scott. Et la comparaison s'arrête plus ou moins là. Prometheus est, comme promis, un film qui "contient...

Lire la critique

il y a 10 ans

139 j'aime

29

Star Wars - Le Réveil de la Force
Samu-L
6

Star Wars Episode VII: A New Hope Strikes Back

Divulgâchage épique dans ce billet!!! Au départ, j'avais décidé de pas intervenir. Je m'étais dis: " mon petit Sam, est-ce que ça vaut vraiment la peine de t'embarquer là dedans? Parce que tu sais...

Lire la critique

il y a 6 ans

284 j'aime

97

Joker
Samu-L
7
Joker

Renouvelle Hollywood?

Le succès incroyable de Joker au box office ne va pas sans une certaine ironie pour un film qui s'inspire tant du Nouvel Hollywood. Le Nouvel Hollywood, c'est cette période du cinéma américain ou...

Lire la critique

il y a 2 ans

226 j'aime

12

Monty Python - La Vie de Brian
Samu-L
10

I say you are Lord, and I should know. I've followed a few

On est en 1993, j'ai 15 ans (enfin plus ou moins), et je m'ennuie un peu en cette soirée d'hiver, je déprime pas mal aussi. J'allume la télévision et je zappe d'une série B à une série française...

Lire la critique

il y a 10 ans

182 j'aime

20