In your face.

Avis sur Prometheus

Avatar TheMrOrange
Critique publiée par le

Mr Orange: Après tant d'attente et d'espérances, Prometheus est enfin sorti sur les écrans. Difficile de parler de Prometheus sans dévoiler une once du film, pour les psychopathes (dont je fais parti) voilà un bilan spoil-less du chestburst du nouveau bébé de R. Scott: de bonnes grosses surprises, la fête dans les méninges et de la 3D qui déboite sévère. La suite est à vos risques et périls.

Note à ne pas prendre à la légère: revoir la saga Alien n'est pas un luxe, dossier ici. On retrouve parfaitement l'univers que l'on est venu chercher ainsi que les petits codes habituels. Le titre du film apparait de la même façon que dans le 8e passager - il semble bien y avoir 17 bâtonnets. On a droit à un super panier de basket – l'avenir nous dira si M. Fassbender a renouvelé sur son vélo l'exploit de S. Weaver de dos sans effets spéciaux dans la 1ère série de prises (Alien, la résurrection). L'inévitable lance-flamme est de retour... j'en passe et des meilleurs. Bref, sachez que l'univers colle à merveille.

Enorme satisfaction: les effets spéciaux et... la 3D !! C'est tout bonnement splendide, meilleure 3D all-time. Pas un pixel de travers. Avatar peut aller se coucher, c'est magnifique, c'est génial... ça envoie du bon gros steak en barquette de 12. La 3D a peut-être un avenir finalement. Fracture oculaire assurée. Qu'on le note dans les annales, première fois que je dis: à voir absolument en 3D. Jubilatoire. In your face !!

Après Ash, Bishop et Call... David aka M. Fassbender en androïde inspiré par Lawrence d'Arabie est bluffant dans sa quête d'âme, il trouve le besoin de passer le temps, développe une curiosité... oscille entre soupçons d'humanité et exécution de ses assignations. Gros point fort du casting volant la vedette aux autres qui suivent pourtant. Elizabeth s'avère être une fidèle héritière de Ripley... on passera sa scène avec Charlie un poil trop mielleuse même si nécessaire. A l'inverse, celle entre Vickers, reine de glace à la carapace bien fine, et Janek, le bon samaritain, répond jubileusement à la saga. On aime.

Le poisson était brillamment noyé... et l'on a finalement bien affaire à un (presque) préquel de la saga. On est oppressé dans un univers hostile, inconnu... et nous ne sommes pas seuls, un liquide noir en veut à notre peau! (X-files?!) Et pourtant, on ne retombe pas dans la traditionnelle "chasse à l'homme" avec pleins de xénomorphes accrochés au plafond, pas mal. Rappel de la saga sans tentative de réitérer l'exploit. Bien vu. Côté intellect, le propos s'oriente vers l'éternel duel entre science et religion qui se refuse tout terrain d'entente. La foi aveugle de l'homme qui butte irrémédiablement contre la sélection Darwiniste des xénomorphes (et de leurs proies), s'adaptant à tout ce qui leur tombe sous les dents. Coup de coeur pour ce retour aux origines de l'espèce suivit d'une révision de ses tribulations. Mais la motivation de la mission, la recherche du divin créateur m'a empêché de réellement m'identifier au Pr Chaw... on verra ça dans le prochain épisode.

De la tension, du gore, de l'action, du background... c'est bien, mais on en veut plus nom d'une pipe, on veut de de l'horreur (à tord), de l'épique (à juste titre). C'est bien, c'est pas mal du tout... mais où est passé la grosse baffe? On a ce que l'on attend, c'est génial, mais on reste un peu sur sa faim. C'est bien de reprendre un peu du film initial, c'est bien de créer du nouveau, mais on en veut PLUS !! Bande de fans insatiables que l'on est. De plus, de petites incohérences titilleront les puristes: un vaisseau embarquant un service de sécurité usant de lances-flammes (en dehors de la référence c'est pas un peu téléporté?) mais exempt de gros canon à plasma subliminal en vue d'un éventuel combat spatial? Et le film laisse plein de blancs. D'autant que la narration est un peu expéditive par moments. On balayera l'avance technologique du Prometheus sur le Nostromo d'un revers de "vaisseau high-tech pour multi-milliardaire en villégiature (en 2089)" VS "vaisseau industriel pourrave (en 2122)". Ouf, on est sauvé du pire.

Lien entre Prometheus et Alien le 8e passager: spoiler [ Prometheus se passe sur LV-223, tandis qu'Alien le 8e passager se passe sur LV-426. Un vaisseau aurait décollé (avant le film en question) d'LV-223 - le labo militaire d'origine - avant de s'écraser sur LV-426 suite à l'éclosion d'une reine xénomorphe? ]

Grosse claque visuelle, 3D de rigueur. Le préquel qu'on attendait pas, chainon manquant ouvrant sur de nouvelles aventures vers l'infini et l'au-delà avec des questions en suspend. Ca poutre, c'est un excellent film de S-F, même si c'est un poilounet insuffisant. Pour les fans et les newbies.

Maintenant que le monstre est passé, voici où trouver les vidéos bonus, aka les rejetons de la campagne publicitaire virale: youtube

Mr Ridley laissant une petite place à l'imaginaire, une discussion/explication n'est pas superflue. Un article détaillé ici tente d'éclaircir les zones d'ombres de l'histoire.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 339 fois
1 apprécie

TheMrOrange a ajouté ce film à 4 listes Prometheus

Autres actions de TheMrOrange Prometheus