👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Presque trente ans avant que le Nostromo n’atterrisse sur LV-426 et trente après la sortie d’Alien, voici donc son prequel (puisque c’est à la mode ces temps-ci) tant attendu, et soutenu par une campagne marketing gigantesque qui n’aura épargné absolument personne (jusqu’aux rats dans le métro parisien). D’entrée, on pourra pinailler dur : ça n’a évidemment pas la noirceur terrifiante ni la beauté torturée, viscérale, d’Alien. Ici, tout est plus aseptisé (à l’image de certains décors qui fleurent bon le carton-pâte), plus sage et plus conventionnel. La musique angoissante, limite expérimentale, de Jerry Goldsmith a laissé place à un score pompier envahissant, et la photographie sombre de Derek Vanlint à une lumière maussade, sans rugosité.

Chaque segment de la saga se différenciait par le style rapporté de son auteur (musclé chez Cameron, tourmenté chez Fincher, classique chez Jeunet), et à l’instar d’Hannibal prenant, superbement, le contre-pied du Silence des agneaux, il faut voir Prometheus non pas comme un décalque formaliste et scénaristique du cycle Alien, mais comme une œuvre fonctionnant à part et la genèse en devenir d’une légende cinématographique. Qu’importe : la déception, quelque soit le niveau de lecture, est au rendez-vous. On pinaillera donc, et on pinaillera surtout par rapport à un scénario fastidieux, sans génie (métaphysique de bazar), décousu et parfois incompréhensible (il faut se farcir trois tonnes de forums de discussion pour pouvoir comprendre l’ensemble des détails et des actions du film).

C’est mal ficelé, empreint de raccourcis et d’incohérences, et parfois même de clichés (les trois pilotes prêts à se sacrifier avec le sourire, la scientifique se révélant être la fille du "méchant"…). Damon Lindelof (pourtant l’un des créateurs de Lost) et John Spaihts (scénariste de The darkest hour, ceci expliquant sans doute cela) cherchent à trop dire et à trop lancer de pistes sans admettre une certaine rigueur narrative. Prometheus démarre pourtant bien, et il est assez intrigant dans son ensemble pour nous donner envie de savoir ce qui va se passer et ce qui va être (enfin) découvert. Puis ça s’enlise vite, l’ennui s’insinue, s’incruste, les personnages sont soit inconsistants (sauf celui de l’androïde, un comble…), soit ridicules (le géologue, le biologiste, Weyland…), et Scott, lui, ne parvient jamais à créer une tension et un suspens flagrants, attirants, qui nous terrasserait d’un coup.

Excepté une scène de césarienne plutôt costaude et l’impressionnant crash du vaisseau des Ingénieurs, il n’y a pas grand-chose à ravir en termes de grand frisson. Cette quête laborieuse de nos origines, croisant le mythe de Prométhée et celui d’un des monstres les plus fascinants du septième art, ne séduit jamais (ou peu), le film posant davantage de questions (inutiles) qu’il n’apporte de réponses pouvant ouvrir à de nouveaux abîmes (il faudra attendre la suite, inévitable). Il y a toujours quelque chose de terrible, de pathétique aussi, à voir une saga éminente du cinéma (Les bronzés, Star wars, Indiana Jones…) se réamorcer de façon navrante (vénale ?) et gâcher ainsi sa notoriété culte, et celle d’Alien vient à son tour de subir l’affront indiscutable de la médiocrité.
mymp
4
Écrit par

il y a 9 ans

11 j'aime

Prometheus
Prodigy
4
Prometheus

Critique de Prometheus par Prodigy

Bon, faisons court, mais bref. Passons sur la déception de ne pas voir un "vrai" Alien mais un film aux liens très ténus. Soit. Passons sur la joie de voir un film de SF "adulte", en tout cas qui...

Lire la critique

il y a 10 ans

166 j'aime

12

Prometheus
drélium
6
Prometheus

Il promettait

ça passe parce qu'il y a de toute façon un certain standing qui permet de se dire avec satisfaction, ah, enfin un film de SF qui ressemble à un vrai film de SF, où on a vraiment l'impression d'être...

Lire la critique

il y a 10 ans

150 j'aime

52

Prometheus
Minou
7
Prometheus

Ash, can you see this?

En 1979 sort Alien, réalisé par Ridley Scott. En 2012 sort Prometheus, réalisé par Ridley Scott. Et la comparaison s'arrête plus ou moins là. Prometheus est, comme promis, un film qui "contient...

Lire la critique

il y a 10 ans

139 j'aime

29

Moonlight
mymp
8
Moonlight

Va, vis et deviens

Au clair de lune, les garçons noirs paraissent bleu, et dans les nuits orange aussi, quand ils marchent ou quand ils s’embrassent. C’est de là que vient, de là que bat le cœur de Moonlight, dans le...

Lire la critique

il y a 5 ans

170 j'aime

2

Seul sur Mars
mymp
5

Mars arnacks!

En fait, tu croyais Matt Damon perdu sur une planète inconnue au milieu d’un trou noir (Interstellar) avec Sandra Bullock qui hyperventile et lui chante des berceuses, la conne. Mais non, t’as tout...

Lire la critique

il y a 6 ans

157 j'aime

25

Mektoub, My Love : Canto uno
mymp
4

Pâté en croupe

Abdellatif Kechiche, depuis La vie d’Adèle, semble désormais devenu plus clivant que jamais (La vénus noire présageait déjà de la chose) et susciter la controverse au moindre de ses mouvements. Les...

Lire la critique

il y a 4 ans

146 j'aime

21