24-07-18 Psychokinesis

Avis sur Psychokinesis

Avatar Ravages blog
Critique publiée par le

Je viens de voir Psychokinesis, le follow-up du réal de Train to Busan. C'est un film génial, avec un point de départ quasi similaire à Busan (un père va essayer de reconquérir le cœur de sa fille). C'est hyper touchant et la satire sociale (tordre une fois encore la référence américaine, avec ici le film de super héro en ligne de mire) fonctionne à plein. Le ton paraît plus légers et pourtant, la critique sociétale (état à la solde du privé, contre le peuple, avec les médias comme arme toute puissante) est vraiment acerbe. On reproche au film de ne pas être aussi solennelle que Busan. Dommage, on passerait facilement à côté d'un film bien plus complexe, le spectaculaire étant justement le point faible du discours, la faiblesse du héro. In-fine d'ailleurs, il se résigne. L'image finale montre alors la récupération mercantile, indéfectible, inéluctable, de cette manifestation du spectacle: tout comme le drame à venir nous est d'abord présenté sous la forme d'une real-tv, incontournable introduction du film (condamnation), voila que l'image final achève de transformer l'inopportun héro en un emblème semblable à celui d'une chaîne de malbouffe. Tout un empire, à corps perdu.
Ps: il y a quand même de quoi s'interroger, en cherchant sur le net, de n'y trouver que de la médiocrité autour de la réception de ce film, pas le début ne serait-ce que d'un peu de considération intellectuelle, comme si, finalement, la question du genre avait fini par tuer toute possibilité de sérieux ou de remise en question. C'est un peu comme si, à la sortie de Robocop, en 88, toute la critique ciné était passé à côté du portrait, en direct, que le film faisait de l'Amérique dont il était issu. Rassurez-moi: à l'époque, y'a bien des gens qui s'en sont préoccupés, n'est-ce pas... N'EST-CE PAS???

sur le blog
sur youtube

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 132 fois
Aucun vote pour le moment

Autres actions de Ravages blog Psychokinesis