Et tu connaîtras pourquoi mon nom est l'éternel! (légers spoilers)

Avis sur Pulp Fiction

Avatar Kéosphor
Critique publiée par le

Général:

Pulp fiction, sorti en 1994 et réalisé par Quentin Tarantino. Alors par où commencer... Pour résumer assez grossièrement: un film de gangsters déjanté! Mais le résumer à cela serait très réducteur tant ce film et la plupart de ces passages/répliques sont cultes et restent dans les esprits.On suit donc les aventures non chronologiques de plusieurs personnages indépendants (pas très "catholiques" pour la plupart), ayant toutefois un ou plusieurs "amis/relations" en commun, et qui se croisent par moment. La première chose que l'on remarque très tôt dans le film, ce sont les nombreux dialogues, qui volent souvent la vedette aux scènes d'actions. Un exemple, deux des protagonistes doivent aller liquider quelqu'un pour leur parton. La scène commence dans la voiture, avec une longue discussion, se poursuit dans l’ascenseur/escaliers sur un autre sujet. Arrivé devant la porte d'entrée, Tarantino en remet un couche et fait arriver ses personnages trop tôt au rendez vous, ceux-ci s'éclipsent donc pour continuer un bref moment la discussion. Mais tout ceci est parfaitement réglé et les acteurs sont tellement convaincants dans leurs discours que cela passe tout seul. Les dialogues ont donc une part très importante durant tout le film, malgré les sujets exprimés et on s'en réjouis tellement la plupart vont rester dans notre mémoire. L'histoire est divisée en trois parties, et toutes comportent un élément qui va changer l'ambiance de chacune radicalement. Dans la première, on passe d'une soirée assez arrosée dans un restaurant (avec de la danse et un after dans un appartement), à une overdose. Dans la deuxième, on passe de la cavale effrénée d'un homme à une scène de séquestration sado-masochiste. Et enfin dans la dernière partie, on passe d'un simple retour à la maison, à un meurtre involontaire et à la disparition des preuves. J'ai énormément apprécié tout les passages avec le duo Vincent/Jules et un peu moins ceux avec Butch. Je trouve la partie de film de ce dernier moins déjantée et moins rock'nroll mis-à-part la scène de torture (c'est pourquoi je ne lui met pas 10), mais elle reste quand même vraiment appréciable!

Acteurs/Personnages:

Le duo Vincent Véga/ Jules Winnfield reste à mes yeux mythique. Les discussions entre les deux compères restent pour la plupart cultes, et Travolta est vraiment... vraiment classe dans son rôle de gangster, joli cœur drogué, et un poil susceptible. Uma Thurman joue une jeune droguée, femme de Marsellus Wallace (Ving Rhames) le boss de Vincent et Jules. Elle joue son rôle à la perfection et a elle aussi son lot de répliques cultes. Il y a aussi ce couple de braqueurs dans le restaurant que j'ai trouvé touchant, et Harvey Keitel (le nettoyeur) que j'ai bien apprécié. Les autres personnages (notamment Butch et Marsellus Wallas) sont intéressants mais ne m'ont pas autant marqué que les précédents. A noter l'apparition de Quentin Tarantino dans le film dans le personnage de Jimmie, une connaissance à Vincent et Jules qui va les tirer du pétrin.

Bande son:

Rien que pour sa musique de générique d'intro que d'ailleurs tarantino à choisie car elle lui faisait penser à celle d'un western spaghetti (Misirlou reprise de Dick Dale) , la bande son est géniale. Mais elle ne s’arrête pas la, bien au contraire. Durant la première partie du film, la musique est juste excellente. Au menu, du bon Rock'n'roll, de la pop/soul, qui collent parfaitement aux scènes et les mettent même en avant en les rendant cultes (Girl, You'll Be a Woman Soon, reprise de Urge overkill ou encore Flowers on the wall des "Statler Brothers").
Dans la deuxième partie (avec butch) la musique est moins présente, aussi parce que les lieux n'y sont pas propices. Une bande son presque parfaite donc.

Ma scène préférée:

la scène de l'engueulade entre Vincent et Jules dans la voiture au moment de la nettoyer. La mauvaise foi de Vincent me rappelle parfois la mienne. Clairement ils sont dans cette situation désastreuse à cause de lui, mais il est extrêmement susceptible et s’énerve en menaçant Jules "d'exploser" si celui-ci continue à lui faire des reproches.

Anecdote:

Mais que contient la fameuse mallette qui scintille appartenant à Marsellus Wallas? Et bien Monsieur Tarantino n'a jamais voulu répondre à cette question. Sa seule réponse étant: "Quoi que vous pensiez au sujet du contenu de cette valise, dites-vous que vous avez raison" et de nombreuses théories circulent sur le net.

Ma note: 8/10

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 461 fois
1 apprécie

Autres actions de Kéosphor Pulp Fiction