Entre mes quatre murs.

Avis sur Punch-Drunk Love, ivre d'amour

Avatar Petitbarbu
Critique publiée par le

Mettons que j'ai envie de faire un film. Là. Comme ça, parce que mon job' de rêve me paye pas assez, que j'ai envie de coller sur péloche mon quotidien avec un brin de satire, de passer au vitriol mon autisme de tous les jours et les relations humaines, de faire rêver les gens avec ma vie amoureuse ou que sais-je encore …

Bon, alors, pour montrer ça parce que je suis un type pas trop comme les autres – et parce que je suis pas un tâcheron – j'vais me filmer en close up' … genre de tout près, quoi. Tu vas m'voir à l'écran tout le temps, écrasé par le cadre, par les murs blancs immaculés de mon foutu appartement qu'il a pas de personnalité parce que je viens d'emménager. Tu vas m'avoir de dos, dans une mise en scène épurée, j'ai même pensé à un p'tit plan séquence de moi sur mon vélo, un vieux Motobécane que j'aime bien, avec le reste du monde en flou et mon casque sur les oreilles pour montrer que je m'intègre pas et que j'fais rien qu'à fantasmer dans les méandres de mon crâne pour éviter les gens de l'extérieur. Je sors pas, je bois pas et en société j'suis mal à l'aise. LA !
Aich.
Donc ensuite disons que je vais te montrer mon quotidien – j'suis un ersatz de prof' – donc j'vais essayer de te faire piger que c'est pète-burne d'être prof' (parce que je suis un fainéant de fonctio', mais en plus je me plains et j'essaye de te faire croire que c'est dur … vivement que Macron nous vire tous, 'tain !) donc j'vais à un moment jouer sur moi en très gros plan, je rentre dans la classe y a genre … pas de bruit. Puis là paf ! Les élèves commencent à rentrer dans mon espace, ils disent bonjour, ils ont leurs écouteurs et tout le bordel, ils parlent de chicha et d'autres trucs du genre et moi ça me les brise. Du coup je fais des mimiques énervées, je demande le silence puis là genre ça marche pas.
Derrière t'as du Eric Serra, tu sais de la musique bien énervante genre il tape sur des tuyaux le mec, tu vois ? Et la musique depuis le début du film elle s'arrête pas, elle prend le pas sur ma voix et ça communique mon malaise. Genre à te faire saigner les oreilles, le tout avec des murs blancs aveuglants et des focales qui te collent le bourdon, pour que tu comprennes le truc. On dit focaux ?

Là sur le truc je rajoute une intrigue secondaire marrante avant d'introduire ma romance. Genre je pratique l'onanisme puis en fait la cam' elle tourne parce qu'un pirate info' a planqué un truc dans mon pc. Du coup il me fait chanter, la p'tite enflure, il veut 850 boules. Mais moi j'ai un loyer, les impôts… j'peux pas. J'lui dit que j'peux pas, et genre là il m'envoie des p'tites 'cailles pour me harceler. On trouvera un truc, une p'tite rèf à la haine au passage, pour se mettre bien.
J'fais ma pisseuse et je lui donne la tune. On peut mettre des scènes drôles aussi, pour désamorcer un peu l'truc. De toute façon mon personnage ne doit pas être crédible, genre pour niquer tous les enjeux de mon film. Important ça, c'est un beau message genre tout ne sert à rien, c'est rien qu'a du cinéma et donc c'est pas important d'avoir des personnages crédibles… toussa.

Faut que je sois un turbo-débilos et là, paf ! T'as une nana qui flash sur moi. Normal, j'suis bôgosse et en plus j'ai une coupe de cheveux d'enfer. Au départ j'voulais que ça soit Amélie Poulain là, mais elle est trop canon la nana. Pas la peine. Donc on va mettre une moins jolie mais une qui a du chien, du charme. J'ai pas encore trouvé, faut qu'elle ait un petit quelque chose de Tennessee, tu vois !?
Donc il faut que ça m'fasse flipper, qu'on voit que j'suis enfermé sur moi même et que rien ne me sort de mon monde. On est toujours avec de la musique de merde, des plans rapprochés donnant une sensation étouffante hein ?! Puis l'impression que les gens viennent en intrus dans mon quotidien. On peut ajouter ma famille de chieurs, au pire. Ils m'appellent et viennent me prendre la tête avec la CAF, avec ma vie sentimentale, ils me rappellent la fois où quand j'étais môme j'ai eu peur d'un film d'horreur qui s'appelait Shining et que j'me suis pas lavé pendant quinze jours. GENRE, mais 'tain la nana dans la baignoire là, elle te colle pas les miquettes ?
Bref, j'repète des câbles mais la miss elle persiste et signe et j'finis par la kiss. Après ça j'me fais racket' mon goûter et le mec menace de divulguer ma gueule au boulot si j'paye pas, donc j'me casse.
Coup d'bol parce que la nana aussi, elle se casse, je la rejoins. On fait la chose, en se disant des horreurs de façon mignonne. C'est le love et ça m'épanouit, on l'voit à l'image c'est moins flou, j'fais moins tâche dans le paysage, on a des plans ouverts et on respire, on est plus souvent deux dans l'cadre et j'fais des sourires comme un con face caméra. Joie.

Mais là ma miss elle voit la photo qu'est affiché par le hacker et l'éducation natio' elle veut me laisser tomber. Familles de France ou autre me tombe dessus, y a des parpaings qui pleuvent et elle s'en prend un au coin de la gueule. Hosto …
Du coup j'pète une durite et là ça part en sucette, on arrive sur la partie viscérale et ça change de zic', on est sur du Kiemsa ou du Stupeflip. Ou autre chose, ché pas, on verra, mais faut que ça soit Français pour les subventions de notre exception culturelle.
J'retrace le mec et je lui défonce les reins avec un marteau, en hurlant comme un dément avant d'enlever mes lunettes devant l'Elysée (on peut se coller une autre ref' à Chute Libre, pis que j'menace le ministre de l'éducation dans un face to face où je lui colle ma rage qui explose et tâche ses fringues.) À un moment ça dégénère, petite scène de combat avec des Yamakasis et je gagne en faisant un discours sur l'importance de la vie privée et de la défense des profs' qui sont menacés d'extinction. Résultat je suis ré-embauché, tout va bien, j'ai même des vac's en plus et j'ai ma statue dans tous les rectorats parce que la fonction publique se porte enfin mieux, même qu'on a plus de tunes et qu'on est mieux formés.
J'vais sous les fenêtres de la nana avec une auto-radio, on s'aime et happy-end où que je lui dis je te jure nana, j'vais faire le maxi-canard tout le reste de ma vie pour toi, je serai l'ombre de ton iench, hey hey ! J'ai envie de lorgner un peu sur le film de genre débile en fin de métrage.

Sinon pour Punch Drunk Love au début j'étais curieux et même prêt à concéder le monde à Sandler, pis Emily Watson elle a du chien, du chat et même de la licorne. Puis au bout de moins de vingt minutes on s'fait chier, c'est une souffrance même, malgré que Sandler il est pas trop nul mais c'est juste que le concept du film ben il est limité, que c'est pas trop consistant, que le perso' principal me met plus mal à l'aise que les autres, que l'univers absurde ben tantôt il marche mais tantard il me les hache menu. Puis c'est juste une romance qui m'touche pas.
Par contre la fin j'ai adoré, genre vraiment. Genre au niveau de l'hôpital. J'ai fait une pause pendant le film alors qu'il est pas bien long donc bon. PTA il a pas trop géré je trouve.

Sinon j'ouvre un tipee pour faire mon film, vous pouvez donner. J'prends qu'à partir de 2 000, pour pouvoir prendre Gilles Lelouche ou Usul dans mon rôle, Gary Oldman pour jouer le méchant Hacker (potentiellement russe), Arielle Dombasle pour jouer une de mes sœurs parce que la classe. Et soit Emma Stone (elle est z'olie la bougresse) soit Kat Dennings parce que j'ai ces noms qui m'viennent en tête.
Mais on f'ra un casting serré comme un p'tit kawa, t'inquiète. Pour la réal' je vais voir avec Guillaume Canet, crème.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 327 fois
3 apprécient · 2 n'apprécient pas

Petitbarbu a ajouté ce film à 1 liste Punch-Drunk Love, ivre d'amour

  • Films
    Cover Films : Mes + et -

    Films : Mes + et -

    Films vus ou bien envies, un méli-mélo de mes expériences cinématographiques, une liste sans but. Les notes sont là pour la...

Autres actions de Petitbarbu Punch-Drunk Love, ivre d'amour