Tout est affaire de regard

Avis sur Pupille

Avatar Flerya Vende
Critique publiée par le

L'émotion sur grand écran est un passionnant sujet de réflexion. Nous la recherchons, nous la demandons et pourtant nous sommes les premiers à critiquer un film dont la seule finalité serait de faire pleurer dans les chaumières. Les tires-larmes comme nous aimons à les appeler dont les ficelles scénaristiques propres à humidifier notre rétine, repérables à des kilomètres, peuvent tantôt produire leur effet ou irriter le spectateur s'il n'est point le public cible.

Vous avez dit pathos ?

Pupille c'est l'histoire d'un petit garçon remis à adoption par sa mère biologique le jour de sa naissance. Un accouchement sous X selon l'expression consacrée. A partir de cet élément scénaristique, nous plongeons dans l'univers des services de l'aide sociale à l'enfance. Les uns doivent s'occuper du bébé, le porter alors que les autres doivent trouver ceux qui deviendront ses futurs parents. Le mélodrame par excellence où rien n'est fait pour éviter les situations jouant à outrance sur le pathos. Dans le genre, Pupille me rappelle énormément Polisse sortie il y a maintenant quelques années dont il partage une partie du casting. Le rapprochement est aisé tant il se propose dans un style parfois documentaire dans le quotidien d'hommes et de femmes passionnés par un métier consistant à améliorer le morne quotidien d'enfants laissés pour compte.

Placer l'aide sociale à l'enfance sous le feux des projecteurs.

L'objectif de Pupille est de nous sensibiliser à cet univers tout en nous le faisant découvrir. Chose on ne peut plus louable mais attention à la forme … La prestation de certains comédiens semble tout droit sortie d'un horrible spot publicitaire où ils réciteraient un texte sans aucune envie. Je pleure encore des larmes de sang devant le manque de direction d'acteurs de certaines scènes mais autant vous le dire tout de suite je suis ressortie émue de cette expérience. Le destin du petit Théo m'a énormément touché et certainement parce que je suis arrivé à un moment de ma vie propice pour apprécier cette intrigue. Papa d'un petit garçon de trois mois, émotions et sentiments se sont bousculés pendant la séance et il s'agit d'une des premières fois ou je me rends compte que ce changement récent dans ma vie ne me fait plus voir les choses de la même manière.

Avant de clore cette courte chronique du jour, j'aimerai soulever un élément qui m'a intrigué et je dirai même déranger pendant le visionnage. Qu'elle est la place réserver aux « jeunes » dans Pupille ? Le discours semble fort douteux autant en ce qui concerne le personnage de la stagiaire ou de la jeune maman optant pour l'accouchement sous X. Un certain mépris de cette génération semble se dégager car l'on insiste sur ces éléments et l'on ne présente pas de personnes incarnés positivement par un jeune acteur. Je reste dubitatif sur ce point et je me tourne vers vous afin de connaître votre ressentiment.

Si nous parlons de la scène où la maman de Théo voie son téléphone vibrer afin de lui rappeler qu'il s'agit de l'ultime jour afin d'envisager une rétraction. Nous la voyons sur son écran d'ordinateur consulter des profils d'autres utilisateurs. La caméra s'arrête sur le portrait d'un homme de 62 ans. De qui s'agit-il ? Du père de la jeune maman qu'elle ne connaîtrait pas ? Ou la simple consultation d'un site de rencontre ? L’écart d'âge me laisse quand même pantois.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 424 fois
1 apprécie · 1 n'apprécie pas

Autres actions de Flerya Vende Pupille