Affiche Quand la ville dort

Critiques de Quand la ville dort

Film de (1950)

Welcome to the Jungle

Alors qu’il devait réaliser Quo Vadis avec Gregory Peck, John Huston se voit rediriger vers un autre projet, l’adaptation du roman de William Burnett The Asphalt Jungle, suite à une maladie qui toucha l'acteur. Avec Quand La Ville Dort on navigue en plein film noir et c’est un régal, l’atmosphère mêle vapeurs d’alcool, imperméable, cigarettes, chapeau en... Lire l'avis à propos de Quand la ville dort

32 7
Avatar Docteur_Jivago
9
Docteur_Jivago ·

Huston d'or

C'est marrant c'est finalement quand je commence à avoir plein de recherche à faire que je me retourne sur mon vieux mémoire et que je me dis qu'il serait temps de l'écrire, cette critique du plus beau film du monde. En 1903 Georg Simmel écrit "Métropole et mentalité", il y traite de ce qu'il appelle "l'attitude de réserve" des habitants des villes, à savoir une antipathie première et... Lire la critique de Quand la ville dort

28 5
Avatar Beefheart
10
Beefheart ·

Black to the future

Le film noir est pourtant rodé depuis une bonne décennie lorsque sort le film de John Huston, qui a contribué à sa naissance avec son premier coup de maître, Le Faucon Maltais. Le revoir revenir au genre en 1950 pourrait donner lieu à des redites dispensables : il n’en est rien, et avec Quand la ville dort, il écrit encore un chapitre important du... Lire l'avis à propos de Quand la ville dort

24
Avatar Sergent Pepper
8
Sergent Pepper ·

La Voix des vaincus

La Vie et la Ville étouffent le destin probable de ceux qui tentent une dernière chance pour en sortir. Très grand cinéaste de la faille qui brise l'ambition des impétrants qui osent, John Huston a cassé les valeurs des séries B, aux valeurs morales indiscutables pour un public tanné aux règles sociétales lourdes comme du marbre, dès le Trésor de la Sierra Madre... Lire l'avis à propos de Quand la ville dort

24 9
Avatar Bernard-Blaise Posso
10
Bernard-Blaise Posso ·

On entend mieux baiser les chats.

J'ai exactement le même problème avec les films noirs de l'après-guerre qu'avec le western à papa. L'oeuvre en question aura beau être irréprochable, je n'arriverai pas à me plonger dedans ou à ressentir la moindre petite émotion, à quelques exceptions prêtes. Je n'y peux rien, c'est plus fort que moi. Issu de l'école des Peckinpah, Leone, Scorsese, Coppola et Tarantino, j'ai besoin de sang, de... Lire la critique de Quand la ville dort

13 4
Avatar Gand-Alf
6
Gand-Alf ·

Et les vies dansent

Dans la pure tradition du Film Noir, John Huston façonne The Asphalt Jungle par touches, en prenant garde de n’oublier jamais l’ombre où naissent et grossissent les peurs. Bien aidé, il est vrai, par une photographie sublime, un noir et blanc minéral de Harold G. Rosson qui suinte un cynisme certain, à la lisière du naturalisme et de l’expressionnisme. Pourtant, Huston est un conteur... Lire l'avis à propos de Quand la ville dort

35 7
Avatar DjeeVanCleef
10
DjeeVanCleef ·

We all work for our vice

Généralement, c'est au cinéaste John Huston que l'on attribue tout ou partie de la paternité du film noir, d'abord comme scénariste (pour La Grande Evasion, High Sierra en VO, de Raoul Walsh) puis comme réalisateur (avec Le Faucon Maltais, sa première réalisation, en 1941). Ce cinéaste hors norme, qui parvenait à faire des films en équilibre subtil entre œuvre personnelle et divertissement... Lire la critique de Quand la ville dort

23 14
Avatar SanFelice
10
SanFelice ·

QUAND LA VILLE DORT de John Huston

Magnifique film de John Huston. Adaptation du roman de W. R. Burnett. Interprètes géniaux de ce film noir et premier rôle remarquable de Marilyn Monroe. Le traitement du noir et blanc est très travaillé notamment sur les ombres, ce film se déroulant pour la plupart du temps de nuit. John Huston décrit un monde pourri jusqu'à la moelle où la police et les institutions ne sont guère épargnées.... Lire l'avis à propos de Quand la ville dort

8
Avatar littlebigxav
8
littlebigxav ·

Critique de Quand la ville dort par Northevil

Gros coup de cœur pour ce superbe récit s'incarnant à travers chacun des personnages avec une grande beauté, nous laissant nous y intéresser pleinement, même pour peu de temps. C'est une des grandes forces de ce film, en ne laissant aucun temps mort et allant au principal tout le temps, on est directement au plus profond de l'intrigue ou d'un personnage. On est ici dans une richesse inouïe,... Lire l'avis à propos de Quand la ville dort

16
Avatar Northevil
10
Northevil ·

Centre vils

Très beau film noir sur un braquage qui tourne mal (en même temps a-t-on jamais vu un coup bien se finir?). Impairs, stetson, avocats véreux, policiers corrompus et petites pépés (Marylin est aussi belle qu'elle joue mal) au programme. Meilleur film de caper, m'a-t-on dit. Ouais, la belle affaire. Le coup, on l'a vu un millier de fois depuis. En revanche, le dernier quart d'heure est à couper... Lire la critique de Quand la ville dort

17 9
Avatar Marius
8
Marius ·