👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Bonjour à tous,

Me voilà à critquer le spectacle d' Alexandre Astier sur Bach. Alexandre Astier nous livre un spectacle qui oscille en permanence entre les rires et les larmes. Comme dans Kaamelott, il incarne ici un personnage (le compositeur Jean-Sébastien Bach) confronté à la bêtise et l'ignorance de ses contemporains, mais aussi et surtout à ses propres faiblesses.

J' aime bcp Alexandre Astier. C' est une météore, dans le paysage médiatique. ça change. C' est quelqu' un de subtil, et intelligent.

Au hasard d'une prétendue journée d'initiation à la musique, Astier-Bach nous dévoile sa vie, ses nombreux enfants morts en bas âge (10 sur 20 ! et ce n'est pas une note), ses conflits avec les autorités (le roi, l'église catholique, lui qui est luthérien), et quelques principes de base de sa musique ("la plus régulière et la plus ininterrompue") et de la musique en général (française, italienne, chinoise, africaine...). Il y a même une séquence de création à partir d'un thème lu dans des miettes de pain !
Bach étale sa musique, son savoir pour mieux masquer ses fêlures intimes. Ceci est mis en évidence par les nombreux apartés qui émaillent le spectacle : la lumière sur scène se réduit brusquement en un faisceau sur le personnage qui nous livre alors ses angoisses et ses souvenirs les plus sombres. A côté, en pleine lumière, il est infect avec ses visiteurs ou ses élèves incarnés par le public.
En droite ligne d'un Pierre Desproges, ce genre d'humour frise la condescendance et le mépris, sans jamais y parvenir, car il y a toujours une incongruité qui l'empêche, que ce soit d'ailleurs dans les mots, le ton ou les mimiques d'Astier. Astier qui se révèle grand acteur, capable d'occuper toute la scène avec pour principal accessoire... un clavecin. Astier emploie quelques techniques mises au point dans Kaamelott, dont les fameux écarts de langage, les expressions argotiques et incongrues. Mais il déploie aussi un talent que l'on soupçonne à peine au détour d'un épisode de la série arthurienne : c'est un grand amateur de musique, qui joue du clavecin et de la viole de gambe.
Bref, c'est du rire cérébral, cultivé, intelligent. Cela me fait penser à ce sketch de Jean Yanne dans lequel deux camionneurs analysent le plus sérieusement du monde une œuvre pour orgue... de Bach. Cerise sur le gâteau, je pense qu'il n'est pas nécessaire d'apprécier Bach ou la musique baroque pour apprécier ce spectacle. Pour preuve : à titre personnel j'aime le baroque, mais pour moi si Bach est un génie, c'est que c' est bouleversant de beauté.....

L'humour d'Alexandre Astier me tue de rire, trés peu de one man show pour moi en ce moment(oui je suis difficile!) mais hors de question de passer à coté de celui-là. Pourvus qu'il réitère avec un nouveau spectacle.

Génial, immense, quel talent Monsieur Astier !!! On ne s'ennuie pas une seconde, même mélomane on apprend plein de chose. Bravo !

Une vrai surprise. Même si on aime pas la musique classique et Bach, on est emporté par ce style "Astier" qui revisite l'histoire, et nous permet d'y accéder avec beaucoup de facilité grace à un humour et une connaisance vraiment unique. Un vrai outil pédagogique. Merci Monsieur Astier.

Sur ce portez vous bien. Regardez cette pièce. Elle est géniale. Tcho. @ +.

ClementLeroy
9
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de coeur.

il y a 7 ans

3 j'aime

Que ma joie demeure !
Sergent_Pepper
7

Passe ton Bach d’abord.

Ce spectacle d’Alexandre Astier a bien des mérites, le premier étant son originalité. Inattendu sur un terrain qu’il maitrise pourtant parfaitement, notre roi Arthur préféré explore les terres de la...

Lire la critique

il y a 8 ans

46 j'aime

Que ma joie demeure !
SanFelice
7

Herz und Mund und Tat und Leben

Disons-le tout de suite : cette pièce de théâtre est réservée aux admirateurs d'Alexandre Astier. Tout ce qu'on avait aimé ailleurs (en particulier tout au long de Kaamelott) se retrouve ici. A...

Lire la critique

il y a 9 ans

44 j'aime

1

Que ma joie demeure !
Jambalaya
10

Le Roi Arthur est mort, vive le Roi !

C'est avec un mélange de crainte et d'envie qu'on aborde la découverte de Que Ma Joie Demeure. On souhaite ardemment voir Alexandre Astier démontrer qu'il est capable avec brio de se défaire des...

Lire la critique

il y a 9 ans

41 j'aime

9

Les Essais
ClementLeroy
9
Les Essais

Un grand auteur, un grand humaniste, un grand penseur

Bonjour à tous, Aujourd' hui, je m' attaque à un auteur, malgré sa renommée, restant , en grande partie, méconnu de tous, excepté de quelques universitaires et snobinards prétentieux de mon...

Lire la critique

il y a 7 ans

24 j'aime

5

Illusions perdues
ClementLeroy
9

Pas un chef-d'œuvre, LE chef-d'œuvre de Balzac !!

Bonjour à tous, Plus d'une fois, je m'étais promis de lire "Illusions perdues" et "splendeurs et misère des courtisanes". De report en report, j'ai fini par trouver le temps et la patience...

Lire la critique

il y a 7 ans

17 j'aime

2

Le Capitalisme de la séduction
ClementLeroy
10

Vertigineux !! un livre utile et pédagogue !!

Bonjour à tous, Cette fois-ci, je m' attaque à la critique d' un mec totalement inconnu du grand public, et de moi-même, jusqu' à recemment.... Pourtant, j' habite à Poiiters, et il a été prof de...

Lire la critique

il y a 7 ans

16 j'aime

2