👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Dans l’ombre, les jeunes filles en fleur.

La discrimination positive peut avoir du bon : il est clair qu’avec un tel pedigree, Rafiki avait toutes ses chances pour être projeté à Cannes (dans la section Un certain regard, en l’occurrence) : film kényan réalisé par une femme, censuré dans son pays car traitant du sujet tabou de l’homosexualité, il était nécessaire de lui offrir une vitrine internationale.

Le film n’usurpe pas l’opportunité qui lui est offerte. Le propos est certes modeste, mais à hauteur de ses deux jeunes protagonistes, adolescentes qui tentent de définir leur identité dans monde figé et clairement phallocrate : les deux pères, candidats municipaux, sont l’incarnation (certes un peu surlignée) d’un pouvoir traditionnel, tandis que la jeunesse autour des jeunes filles montre la façon dont la société tente, dans son renouvellement générationnel, de préserver un modèle qu’on considère comme intouchable : l’amie jalouse, le prétendant, les petits caïds homophobes.

La réussite du film tient dans sa capacité à saisir la maladresse et l’intimité des deux personnages, la façon dont elles doivent prendre leurs marques dans le silence, et faire face à l’évidence d’un sentiment qui n’a pas droit de cité. Sur ce terrain, les comédiennes sont assez remarquables. Le choix du point de vue déteint sur une belle photographie, très colorée et à même de rendre à l’Afrique sa vigueur et les élans de sa jeunesse, même si la réalisatrice dérive un peu par moments dans une esthétique pop et clipesque un peu plus passe-partout et pas forcément très convaincante.

La chronique sentimentale adolescente cède presque le pas à la fable dans la dernière partie, les protagonistes devenant des fonctions pour clairement marquer la dénonciation, et le récit n’échappe pas à certains clichés, mais on excusera ces facilités face au courage et la conviction du propos. Ne reste qu’à souhaiter voir davantage de films de ce continent riche de promesses.

Sergent_Pepper
6
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à ses listes Les meilleurs films LGBTI+, Vu en salle 2018, Vu en 2018, Cannes 2018 et Kenya

il y a 3 ans

24 j'aime

2 commentaires

Rafiki
dam-charron
7
Rafiki

Un petit vent de renouveau souffle sur le cinéma Africain !

Cannes 2018 - Jour 2 Contrairement à son collègue cinéastes Kirill Serebrennikov- réalisateur du film Leto (l'Eté), présenté le même jour à la compétition cannoise - assigné à résidence en Russie et...

Lire la critique

il y a 4 ans

5 j'aime

1

Rafiki
RoideTrêfle
7
Rafiki

BIG BROTHER IS WATCHING U. Kenya. An 2018...

Rafiki, by Wanuri Kahiu Il est étrange de constater que peu de choses ont changées depuis 1984. Lassée, pourtant des films redondants sur l'homosexualité, et qui se produisent comme des petits...

Lire la critique

il y a 3 ans

3 j'aime

Rafiki
Enjoymovie
4
Rafiki

Un film nécessaire avec une esthétique pop mais qui reste trop prévisible et lent

Wanuri Kahiu arrive en 2018 avec son premier long-métrage de fiction Rafiki, après plusieurs courts et documentaires. Ce dernier est le premier film kényan sélectionné à Cannes. Une grosse polémique...

Lire la critique

il y a 3 ans

3 j'aime

Lucy
Sergent_Pepper
1
Lucy

Les arcanes du blockbuster, chapitre 12.

Cantine d’EuropaCorp, dans la file le long du buffet à volonté. Et donc, il prend sa bagnole, se venge et les descend tous. - D’accord, Luc. Je lance la production. On a de toute façon l’accord...

Lire la critique

il y a 7 ans

706 j'aime

103

Once Upon a Time... in Hollywood
Sergent_Pepper
9

To leave and try in L.A.

Il y a là un savoureux paradoxe : le film le plus attendu de l’année, pierre angulaire de la production 2019 et climax du dernier Festival de Cannes, est un chant nostalgique d’une singulière...

Lire la critique

il y a 3 ans

646 j'aime

46

Her
Sergent_Pepper
8
Her

Vestiges de l’amour

La lumière qui baigne la majorité des plans de Her est rassurante. Les intérieurs sont clairs, les dégagements spacieux. Les écrans vastes et discrets, intégrés dans un mobilier pastel. Plus de...

Lire la critique

il y a 8 ans

578 j'aime

53