Ah t'as ri d'Émile Siscent.

Avis sur Ready Player One

Avatar Killyoh
Critique publiée par le

J'avoue que j'avais un à priori assez négatif sur Ready Player One. Le livre original, poussif, mal écrit et déjà très ringard était une base trop casse-gueule pour que Spielberg ne s'y casse pas aussi les dents et je n'ai pas assez de loyauté envers le réalisateur pour défendre son travail contre vents et marées.

Le fait est qu'il y a des qualités dans ce film et que Spielberg montre qu'il reste le papa pour offrir du cinéma. Ça bouge bien, il y a du grand spectacle et le rythme se tient.

Alors où est le problème dans tout ça ?

Au départ, avant de le voir, je m'attendais à ce que l'abondance de références soit le problème du film. C'en est un mais il est finalement assez mineur : si on lève parfois les yeux au ciel quand les personnages expliquent ce qu'ils voient avec beaucoup d'insistance ("Mec c'est la moto d'Akira!!!") généralement ça reste du fond et ce n'est pas gênant. Allez, je concède même qu'il y a deux trois fois où j'ai même trouvé ça un peu cool.

Quand le gundam prend la pose, mon weab-sense s'est réveillé

Non le souci du film c'est qu'il se vautre dans des clichés pénibles et prévisibles. J'ai conscience que les défenseurs du film avanceront sûrement ça comme un hommage aux films des années 80, en reprenant la structure et la dynamique des personnages qu'on y voyait à l'époque mais ça ne prend pas, ça affecte selon moi la qualité du film : on ne sera que rarement surpris dans l'avancée du récit, celui-ci se déroulant comme du papier à musique.

Ça m'a laissé une impression étrange : c'est comme si le film, volontairement ou non je ne sais pas, a décidé d'ignorer quasi deux décennies de blockbusters et qu'on se retrouvait, non pas devant un film des années 80 mais un film des années Spy Kids. Que ce soit dans les choix esthétiques de l'Oasis (qui, je vous rassure, même si le design général est un peu flashy et que le design des persos originaux est parfois très laid, est plutôt regardable) ou dans la façon dont les méchants (qui sont très très méchants) interagissent avec les personnages j'avais l'impression de me retrouver devant un film de chien que je loue en DVD dans lequel le PDG vraiment très méchant vole le chien du héros qui doit aller le sauver et faire glisser le méchant sur une peau de banane pour qu'il finisse dans une cage.

Interlude spoil vis à vis de Wade : il oublie beaucoup trop vite la mort de sa tante, c'en est perturbant. Le film poursuit sur un air un peu trop enthousiaste après ça, est-ce que personne n'en a rien à foutre que les gens de 101 sont des putain de terroristes en plus d'être des monstres capitalistes ?

Et maintenant que j'ai écrit ce paragraphe j'ai conscience que personne ne pigera de quoi je parle parce que c'est un exemple beaucoup trop spécifique.

Je veux pas paraître trop grincheux alors quelques points positifs de plus :
- les acteurs ont des vraies têtes de nerds donc on y croit un peu
- il y a une scène assez incroyable qui prend lieu dans un film dont je ne vous parlerai pas pour vous garder la surprise
- la 3D en salles est satisfaisante
- L'amourette du film, bien que niaise et beaucoup trop vue et revue pour son propre bien a tout de même un peu compris à quoi ressemble une relation qui aurait commencée dans un MMO.

Sinon pour le reste : gros haussement d'épaules. Je pense sincèrement qu'on laisserait moins de passe-droits au film si ce n'était pas Spielberg qui l'avait réalisé.

On t'attend sur le prochain Tintin, Stevou.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 5395 fois
86 apprécient · 9 n'apprécient pas

Autres actions de Killyoh Ready Player One