Gloubi-boulga infâme (ceci est une référence à Casimir, émission des années 70)

Avis sur Ready Player One

Avatar Monsieur LeProf
Critique publiée par le

Je n'attendais pas ce film avec impatience, j'avais même pas vu la bande-annonce, donc je n'avais pas de haute espérances : meilleur moyen de ne pas être déçu. Et pourtant, même avec ces précautions, ce film a réussi à n'être qu'une succession de désillusions.

Bon déjà, pour un film qui se veut geek, baser son intrigue sur une mauvaise compréhension du terme "easter egg", c'est cho. Un easter egg, c'est un ptit clin d'oeil planqué dans un jeu, ce n'est pas le BUT du jeu, c'est pas une série de MISSIONS scénarisées avec des PNJ, un score et tout. Ca c'est juste ce qu'on appelle des quêtes, ou bien des quêtes annexes/secrètes, mais certainement pas un easter egg. Donc dès les premières minutes, on sait qu'on se trouvera devant un film d'action avec un habillage "geek" qui s'empare de ses codes, sans pour autant chercher à les comprendre ou à bien les utiliser. Ca sera tout au plus de gros clins d'oeil lourdaux façon Big Bang Theory.

Un habillage geek ? Vous voyez ce type qui a un t-shirt zelda, un hoodie assassin's creed, et qui quand vous parlez de gâteau va crier "The cake is a lie !!" suivi de "Lol c'est une référence à Portal, tu connais pas ?", bah ce film, c'est un peu ça. Il te tartine de références tout le long du film, sans pour autant qu'elles aient un intérêt ou un quelconque sens, c'est du name-dropping à n'en plus finir, qui laisse penser que c'est de l'auto-parodie, mais non, le film se prend très au sérieux.

Il va même jusqu'à faire des références appuyées à des films en les trahissant totalement : le Géant de Fer, ce perso pacifiste et sympathique devient un mecha paré à la baston, The Shining, film où la tension se créé tout doucement devient le décor d'un spectacle grotesque où tout va à 100 à l'heure. J'sais pas, quitte à faire des références, autant respecter le matériau original et construire quelque chose qui ne se contente pas de piocher dans les références cools pour les placer ça et là sans aucune cohérence ?

Après, dans la construction, le film est très classique, avec des héros très gentils (dont un personnage qui ne veut faire équipe avec personne mais qui au bout de 30 minutes se retrouve avec un squad de 5 personnes sans la moindre explication), une histoire d'amour creuse (salut, on se connait depuis 5 minutes sur le net, je t'aime, lol), des méchants très méchants (qui veulent mettre des pubs partout !!), un concepteur de jeu vidéo qui a créé son oeuvre parce qu'il a du mal à communiquer dans le monde réel, et un bisou interrompu 50 fois hihihi. Mais tu comprends, on reprend le code des films d'action aventure des années 80 donc la régression, ça passe.

Le film montre quelques aperçus de trucs qui pourraient être intéressants, genre le fait que tous les joueurs n'ont pas le même équipement ou le même débit, et que ça peut influencer leur façon de jouer au jeu, mais il n'en est JAMAIS question dans le film, du coup entre le mec qui joue dans la rue juste avec son casque, ou le gros méchant qui a une machine de ouf pour jouer, on ne voit pas trop ce qui change dans le gameplay, dommage.

Idem pour le monde un peu chelou, dystopique : rien n'est expliqué ou résolu dans ce monde réel, avec une morale cheloue à la fin du film "hé ho les jeux vidéo c'est rigolo 5 mn mais revenez un peu dans le monde réel, vous savez, celui où vous êtes PAUVRES ?"

Quelques raccourcis visuels incohérents (genre quand les personnages de IOI se font buter dans le jeu, ils sont alignés dans le jeu, et donc dans la salle où ils jouent, ils sont déconnectés en ligne également, mais ça n'a aucun sens, leur position dans le monde réel ne devrait avoir aucun lien avec leur position dans le jeu...), qui montrent que le film préfère le spectaculaire ou le joli visuellement, au détriment de la cohérence.

Ce film en fait trop, constamment, il veut nous en foutre plein la tronche, et c'est vrai que visuellement, ça envoie, mais qu'est-ce que c'est creux, qu'est-ce que c'est prétentieux, qu'est-ce que c'est peu subtil, qu'est-ce que ça prend le spectateur pour un idiot en expliquant toutes les références...

On a finalement l'impression de jouer à un "où est Charlie" pendant 2h, où le but est de remarquer le plus de références. Comme ça, en te concentrant sur les posters sur les murs, sur les tshirt ou les badges sur les persos, tu ne remarques pas trop que le scénario est simpliste et les personnages caricaturaux. Beau tour de passe-passe.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 6945 fois
82 apprécient · 15 n'apprécient pas

Autres actions de Monsieur LeProf Ready Player One