Nous voilà, pénétrant dans l'intimité de la ville de Budapest, plus précisément devant la porte encore grillagée d'une maroquinerie. Les employés arrivent, un à un. Quelques répliques et on commence déjà à cerner plus ou moins chacun de leurs caractères. Lubitsh nous plonge alors dans une délicieuse comédie romantique.

La majeure partie du film se déroulant dans l'endroit confiné du magasin, les personnages secondaires se trouvent en nombre limité. A notre bonheur ! Ils sont travaillés et ont de la consistance. Ils ne se contentent pas seulement de combler le script pour faire avancer l'intrigue. Ils nous touchent et nous font rires. On les aime, on les déteste. Même ceux ou plutôt celle qui n'apparait pas directement dans l'histoire.
Bien sur, je me dois de parler des deux grands du film. Margaret Sullavan est touchante par son romantisme et éblouissante par sa beauté. Elle est pleine d'espoir et semble alors tellement fragile quand elle rencontre la dureté du monde. Et ce film m'a surtout fait comprendre l'engouement autour de James Stewart qui est magnifique et bien séduisant dans son rôle d'homme viril et sûr de lui cachant presque son coté tendre.

En prenant des personnages de classe moyenne, on se sent un peu tous concerné. Alfred qui montre le meilleur de lui-même à travers des lettres et qui a peur de se montrer tel qu'il est, la peur de décevoir. La patron, un peu autoritaire, un peu jaloux (à juste cause, il faut dire) qui se trouve profondément blessé quand la femme à qui il a offert plusieurs années d'amour, le délaisse. Un modeste employé et père de famille qui fuit quand il faut donner un conseil mais qui s'avère pourtant être une solide épaule quand il accepte d'offrir un peu de lui-même. Un fille rêvant du prince charmant qui voit ses rêves se briser.
L'envie de chacun des personnages de trouver quelqu'un pour partager sa vie, un grand amour, une profonde amitié, parfois juste un soutien, cachant surtout une peur de solitude.

Ce film offre pourtant beaucoup d'espoir à travers les relations entre chaque personnage et transmet une jolie dose de bonne humeur.
Amethyste
9
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à ses listes A la découverte du merveilleux univers d'Aurea. et Les meilleures comédies romantiques

Le 15 février 2012

15 j'aime

5 commentaires

Rendez-vous
WeSTiiX
10
Rendez-vous

Sur les planches de l'humanité

« Pour la comédie humaine, je n'ai rien produit d'aussi bon. Je n'ai jamais fait non plus un film dans lequel l'atmosphère et les personnages aient été plus réels que dans celui-ci », s’exclame Ernst...

Lire la critique

il y a 3 ans

47 j'aime

9

Rendez-vous
raisin_ver
10
Rendez-vous

Critique de Rendez-vous par raisin_ver

Mieux vaut avoir vu le film avant de lire ma critique, elle vous révélerait trop d'informations. Klara Novak et Alfred Kralik s'aiment mais ne se connaissent pas. Klara Novak et Alfred Kralik...

Lire la critique

il y a 11 ans

45 j'aime

3

Rendez-vous
drélium
7
Rendez-vous

"psychologically, I'm very confused... But personally, I don't feel bad at all..."

À quelques détails près, c'est super, il faut bien le dire. Tout est millimétré, l'ambiance est vivace, enjouée et se révèle si pertinente comparée à tout boulot à échelle d'entreprise familiale qui...

Lire la critique

il y a 9 ans

40 j'aime

11

Donnie Darko
Amethyste
10
Donnie Darko

Why are you wearing that stupid man suit?

Je préviens à l'avance que ma critique va spoiler un peu le film. Soyez prévenu ! Richard Kelly nous prend aux trippes avec son Donnie Darko. Le scénario est brillant, intrigant. Lorsqu'on décide...

Lire la critique

il y a 11 ans

114 j'aime

14

This is England
Amethyste
9

Shaun of the skinhead.

This is England nous plonge dans une Angleterre des années 80, marquée par la politique de Thatcher et porte, tout particulièrement son regard sur le mouvement skin. Difficile, en voyant le script,...

Lire la critique

il y a 10 ans

111 j'aime

2

Moulin Rouge
Amethyste
9
Moulin Rouge

The show must go on.

Un rêve. Oui, il faut être un peu rêveur pour apprécier ce film. Réussir à mettre de coté les incohérences, les anachronismes, les niaiseries pour finalement se laisser submergé par les paillettes et...

Lire la critique

il y a 11 ans

93 j'aime

11