Bien avant que des gens peu recommandables viennent envahir les sites de chat comme Caramail au début des années 2000 en se faisant passer pour des gamines de 12 ans, la correspondance entre deux personnes qui ne se connaissaient pas était loin d'être glauque. Forcément quand on troque du "A S V" et du "est ce que t'es bonne" par des lettres enflammées dans lesquelles on cite du Victor Hugo pour exprimer ce que la jeune femme courtisée représente pour nous, la donne est différente.

Ernst Lubitsch frappe très fort en utilisant ce thème tellement maltraité par la suite comme dans le médiocre remake avec Tom Hanks et Meg Ryan dans You've Got Mail. Parce que The Shop Around The Corner, c'est la quintessence du film romantique, celle qui vous laisse un sourire béat sur le visage en voyant tomber de la neige artificielle la veille de Noël, celle qui vous emporte sur votre fauteuil et vous fait dire, "Mais merde Jimmy, dis lui bon sang et emballe là nom de Dieu"
Celle qui nous offre un panel de personnages d'une sympathie formidable, ce bon vieux Mr Pirovitch bienveillant et attachant, ce jeune coursier devenu vendeur qui donne l'impression d’avoir été promu ministre ou encore ce vieux patron Bougon et râleur qui aime sa boutique et ses employés comme une famille et qu'on voudrait inviter à notre réveillon.
Et quand on a droit au fabuleux James Stewart en amoureux transi d'une collègue qu'il déteste dans la vie de tous les jours mais qu'il aime profondément au travers de ces lettres interposées sans savoir de prime abord qui se cache derrière. On se tait, on se concentre et on sourit devant son jeu tout en finesse qui donne une véritable leçon à tous ceux qui sont passés après lui dans le genre sans jamais atteindre sa classe, sa maladresse maîtrisée et son naturel.

The Shop Around The Corner, c'est le feel good movies par excellence, celui qui pourrait nous donner envie de rejoindre Budapest pour travailler dans cette boutique si chaleureuse accompagné de ses joyeux lurons. C'est une très belle fable qui réchauffe le cœur et ça se savoure dans un nuage de bonne humeur durant 90 minutes, foncez les amis, vous ne regretterez pas le voyage...

Le 10 octobre 2013

37 j'aime

2 commentaires

Rendez-vous
WeSTiiX
10
Rendez-vous

Sur les planches de l'humanité

« Pour la comédie humaine, je n'ai rien produit d'aussi bon. Je n'ai jamais fait non plus un film dans lequel l'atmosphère et les personnages aient été plus réels que dans celui-ci », s’exclame Ernst...

Lire la critique

il y a 3 ans

47 j'aime

9

Rendez-vous
raisin_ver
10
Rendez-vous

Critique de Rendez-vous par raisin_ver

Mieux vaut avoir vu le film avant de lire ma critique, elle vous révélerait trop d'informations. Klara Novak et Alfred Kralik s'aiment mais ne se connaissent pas. Klara Novak et Alfred Kralik...

Lire la critique

il y a 11 ans

45 j'aime

3

Rendez-vous
drélium
7
Rendez-vous

"psychologically, I'm very confused... But personally, I don't feel bad at all..."

À quelques détails près, c'est super, il faut bien le dire. Tout est millimétré, l'ambiance est vivace, enjouée et se révèle si pertinente comparée à tout boulot à échelle d'entreprise familiale qui...

Lire la critique

il y a 9 ans

40 j'aime

11

Interstellar
Gwimdor
10
Interstellar

All you need is love, love, love, love...

Aïe Aïe Aïe, nous y voilà, Interstellar, le film dont on ne doit pas prononcer le nom, celui qui déchaîne les passions, film de la décennie pour certains, arnaque pour d'autres. Déjà moqué pour ces...

Lire la critique

il y a 8 ans

480 j'aime

23

Mad Max - Fury Road
Gwimdor
9

My Name is Max, Mad max !

Putain........................... Du moment où les lumières se tamisent jusqu'au générique de fin laissant traverser le nom de Georges Miller, je suis resté scotché dans mon siège, halluciné par le...

Lire la critique

il y a 7 ans

299 j'aime

27

Whiplash
Gwimdor
8
Whiplash

Do, Ré, Mi, Fa, Sol, La, Si, J.K FUCKING SIMONS

J'ai quitté la salle il y a quelques heures maintenant, et pourtant j'entends encore les baguettes claquer contre les cymbales avec une fougue hors norme, ais-je perdu la raison ou suis-je encore...

Lire la critique

il y a 7 ans

252 j'aime

5