Avis sur

Resident Evil: Vendetta par Zombixel

Avatar Zombixel
Critique publiée par le

Je suis un fanboy de Resident Evil, et j'avais complètement oublié la sortie de Resident Evil Vendetta. Oublie corrigé, je viens de le regarder.

Est-ce que le film est divertissant ? Oui, sur ce point là pas grand chose à redire. Est-ce que le film est bon ? Oh bon dieu non, c'est vraiment de la merde, du nanar pur jus du début à la fin.

Il s'agit d'un des trois films d'animations, dans la ligné de Resident Evil Degeneration et de Resident Evil Damnation. Contrairement aux films de Paul W.S. Anderson, ces 3 films d'animations sont censé s’inscrire dans la continuité des jeux, il ne s'agit pas d'une adaptation, mais d'un chapitre supplémentaire en quelque sorte. Le problème, c'est qu'en général, ils n'apportent pas grand chose, juste une info ou deux sur ce qu'un personnage est devenu (par exemple dans Damnation, on apprenait que Claire a rejoint l'association Terra Save, ici on apprend que Rebecca Chambers a quitté le BSAA pour travailler à la recherche de différents remèdes), et parfois même, apportent leur lot de fausses promesses (avec ses extraits de Resident Evil 6 à la fin du film, j'avais cru que Damnation serait un préquel à ce jeu, mais pas du tout... On retrouve Leon et Ada mais ni l'un ni l'autre ne fait jamais allusion aux événements du film qui n'a finalement aucun rapport avec le jeu).

En dehors de ces considérations qui n'intéresseront que les fans, le film est mauvais pour différentes raisons... (Attention je vais spoiler un peu)
Déjà, on est bombardé de clin d’œil par rapports aux jeux, et on a droit au fameux manoir perdu en forêt qui est la copie conforme de celui de Raccoon City... Sérieusement, après en avoir fait 36 copies, il serait temps que Capcom comprennent que c'est du passé tout ça !
Aussi, on rattache vite fait le film à tout ce qui s'est passé dernièrement (Glenn Arias a repris les rennes de Neo Umbrella et de Tricell. Comment ? Mystère, mais voila comme ça, avec deux bouts de ficelles on fait le raccord avec les jeux). Le plus pathétique, c'est quand ils font références aux Illuminados. Mais WTF ? Il n'y a absolument rien de le film qui justifie ce rattachement (sauf peut être l'inévitable transformation en gloubi-boulga du boss de fin). Pour les fans c'est stupide, et pour ceux qui n'ont pas suivit tous les jeux, cela rend le film inutilement confus.
Le seul clin d’œil réussi, à mon sens, c'est quand le collègue zombifié de Rebecca se retourne, calquant la scène où on découvre le tout premier zombie dans le premier jeu.

On a droit à notre lot de ralenti et d'explosion en veux-tu en voila. Un gusse saute par la fenêtre ? Ralenti. Combat ? Ralenti. Chris et Leon décollent au dessus de la route tellement c'est des oufs au volant ? Ralenti.
D'ailleurs, les héros sont complètement en roue libre, ils en ont rien à foutre de péter la ville ou de tuer des innocents. Ya des méchants, faut les buter alors osef des dommages collatéraux ! Mention spécial à Leon qui provoque des accidents de véhicules (qui explosent évidemment) et puis qui balance une grenade sur la route... "Cool guys don't look at explosions", cette expression résume la moitié du film.

Mais il n'y a pas que de l'action, on a droit à de l'émotion, avec notamment la scène déchirante où Chris, retournant le cadavre d'une de ses collègues, crie sa colère et sa peine dans un "NOOOOOON !" interminable avec une explosion en fond; ou encore quand le méchant, alors que son entourage vient de mourir, crie sa colère et sa peine dans un "NOOOOOON !" interminable dans un environnement ravagé par une explosion. J'ai faillit verser une larme.

Le scénario et les différentes explications quant au fonctionnement du virus ne me semble avoir aucun sens, mais c'est un Resident Evil après tout, ça reste raccord avec le reste de la série.
Je n'ai cependant pas compris un truc... S'ils savaient où se trouvait la planque du méchant, pourquoi ont-ils attendu la +ou- fin du film et que les événements aient pris une tournure dramatique pour y débarquer ? Le mec est dangereux et recherché, au point que le gouvernement veut sa mort, et non, on le laisse agir pépère c'est pas grave.

En terme d'action, le film regorge de scène de combat au corps à corps. Du catch avec des zombies, de la capoeira avec des zombies, du kung-fu avec des zombies, et quelques scène de combat mano a mano avec le méchant (bordel le combat de fin où Chris et Glenn passent leur temps à se tirer dessus et à esquiver tout en se battant est d'un ridicule, on croirait deux gamins en train de jouer à la bagarre dans une cours de récrée et à faire semblant de se tirer dessus en disant "Non tu m'as pas touché, j'ai esquivé tes tirs ! Pan-pan t'es mort !", "Nan tu m'as pas touché j'ai aussi esquivé tes tirs !").

Le truc qui m'a fait rire aussi, c'est que le méchant a à ses côtés deux side-kick "charismatique" (une version féminine d'Albert Wesker, à qui ils ont pris la peine de donner une paire de gros nibard et le décolleté qui va avec mais qu'ils ont oublié de nommer, et un demi-tyran style l'Ustanak/Nemesis. Lui n'a pas de nibard mais ils ont pensé à lui donné un nom), ils ont l'aire vénère et bien badass et puis finalement ils se font battre de manière tellement expéditive que ça en devient ridicule.
D'ailleurs, la nana au décolleté est la seule parmi les méchants à survivre, on la revoit à la toute fin du film style "Je me vengerai". Vous le sentez bien le personnage secondaire made in Capcom qui ne sera jamais réutilisé ?
C'est aussi bourré de stéréotype en tout genre et de truc pas du tout fin, comme par exemple le gaz qui répand le virus qui ressemble à un pet cancérigène géant, alors que le gaz qui répand le vaccin, lui, ressemble à de la poussière d'Ange.
Ils ont eu aussi quelques soucis avec le rendu de l'image de synthèse j'ai l'impression. Par exemple à certains moments les cheveux de Rebecca ou de Leon deviennent véritablement noirs (ça m'a fait bugué sur Rebecca, je me suis demandé si c'était un autre personnage, ou si c'était elle mais qu'entre deux scènes elle s'était teint les cheveux ?). Il n'y a pas que ça, c'est jamais grand chose mais ça fait un peu cheap quand même.
Il y a cependant quelques jolies plans et bonnes idées, comme salle de la reconstitution du mariage, ou le tout petit truc que le méchant laisse derrière lui à la fin. Mais ces trouvailles sont trop rares que pour rattraper toute la beaufitude et le ridicule du film (le boss finale qui se la joue Spiderman avec ses ongles extensibles... Damn !).
Par contre, bon point pour le film, pour une fois le titre est justifié, c'est suffisamment rare avec les Resident Evil que pour être souligné.

Damnation était déjà pas mal niveau fan-service et action demeuré, mais là ils ont vraiment poussé le bouchon trop loin. Reste que c'est divertissant et j'ai pris un plaisir presque malsain à regarder le film, à rire de ses défauts et à me sentir insulter devant certains éléments, quand tu sens qu'ils se sont dit "On va faire ça pour faire plaisir au fan".
Encore une fois j'ai eu l'impression d'avoir mangé un bol de merde en guise de dessert, et même si j'ai trouvé ça complètement dégueulasse, difficile de ne pas demander un peu de rab.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 807 fois
1 apprécie

Autres actions de Zombixel Resident Evil: Vendetta