Nom de Zeus !

Avis sur Retour vers le futur

Avatar Romain Bouvet
Critique publiée par le

Trente ans ! Trente qu’est sorti ce film culte qu’est Retour vers le Futur. Trente ans que toute une génération a été marqué par ce film, par cette trilogie, et par ses acteurs. Et alors que nous venons de passer la date du futur que visitent Marty (Michael J. Fox) et le Doc (Christopher Lloyd), à savoir le 21 octobre 2015, il fallait s’attendre à voir la trilogie repasser à la télé.
Hill Valley, le 25 octobre 1985, Marty McFly est la représentation exacte d’un adolescent typique des années 80. Fan de musique, il joue de la guitare, et heureux en amour avec Jennifer (Claudia Wells), il souffre néanmoins de sa situation familiale. Et il y a de quoi. Un père, George (Crispin Glover), lâche au possible, timide et s’écrasant toujours devant son patron Biff Tannen (Thomas F. Wilson). Une mère, Lorraine (Lea Thompson), alcoolique et possessive.
Marty aime donc s’échapper de sa famille en allant voir son ami Emmett Brown, ou le Doc, un inventeur un peu loufoque, n’ayant pas ou peu de crédibilité à Hill Valley. Cependant, après trente ans de travail et d’expérimentations, il réussit à mettre au point une machine capable de voyager dans le temps, à la base d’une DeLorean ! Et il a besoin de Marty pour immortaliser sa découverte à travers son premier voyage dans le temps.
Contre toutes attentes, cela fonctionne, la DeLorean est effectivement capable de voyager dans le temps, Einstein, le chien du Doc en est la preuve. Mais alors que le Doc s’apprête à faire son premier voyage temporel, des terroristes libyens (un peu kitsch il faut bien le dire), à qui il a volé du plutonium, viennent se venger. Ne voulant pas mourir comme son ami, Marty monte dans la DeLorean et par inadvertance, en atteignant les 88 miles à l’heure disparaît pour se retrouver en 1955 ! Il n’en croit pas ses yeux, et il y a de quoi. Après avoir redécouvert Hill Valley, sauce 1955, il empêche son père, enfin celui qui deviendra son père, de se faire écraser. Si l’action est louable, il vient d’empêcher, par inadvertance la rencontre entre son père et sa mère et remettant en cause sa propre existence ! Nom de Zeus !
Marty va donc devoir convaincre le Doc de 1955 de la crédibilité de ce qu’il avance afin de l’aider à rejoindre son époque, non sans avoir d’abord fait en sorte que son père et sa mère sortent ensemble ! Deux problèmes, Lorraine, sa mère, n’a de yeux que pour lui (beurk) et il est impossible de développer les 2,21 gigawatts nécessaire au convecteur temporel à cette époque, hormis avec la foudre, mais comment savoir où elle va frapper ?
Que dire, si ce n’est que Retour vers le Futur est l’un des films cultes de toute une génération, dont je fais parti, véritable fer de lance et symbole de pop culture. Petit bijou de la science-fiction, le film n’a pas pris une ride et conserve une logique, une crédibilité (certes fantastiques à toute épreuve). Un casting fantastique, des doubleurs qui le sont tout autant c’est assez rare pour le souligner, mais quel plaisir d’entendre Richard Darbois, Pierre Hatet et Luq Hamet.
Bref, Retour vers le Futur c’est juste culte, mythique, un véritable monument qui traverse le temps et dont j’éprouve toujours la même jouissance à regarder année après année.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 238 fois
1 apprécie

Autres actions de Romain Bouvet Retour vers le futur