Ricochet

Avis sur Ricochet

Avatar Seance-sup-0H30
Critique publiée par le

1991 fut pour Joel Silver une année pourrie. Deux de ses grosses prods se sont mangées au box-office (Hudson Hawk et The Last Boy Scout) tandis que ce modeste Ricochet s'est fait ravir le podium en deux temps trois mouvements par le Cape Fear de Martin Scorsese (au sujet comparable). Comme pour les deux autres métrages (le Tony Scott bien au-dessus, on est d'accord), le film de Russell Mulcahy aurait mérité mieux. Le réalisateur sort du foireux Highlander II et semble vouloir s’éclater coûte que coûte dans ce face à face entre un flic propre comme du Soupline et son antagoniste forcement dégueulasse. Production Silver oblige, ça carbure à la caféine (et un peu de coke) pour ne pas arrêter pendant 1h45. Denzel Washington est encore l'acteur sérieux de chez Spike Lee mais semble ici faire péter les coutures et flirter avec le cabotinage qui lui offrira son deuxième oscar quelques années plus tard - avec Training Day d'Antoine Fuqua - tandis que John Lithgow - qui se prépare pour Raising Cain de Brian De Palma - roule de yeux et lance ses répliques comme s'il marchait sur des punaises. Dialogues bourrés à craquer de punch-lines (écrite par Steven E. de Souza, monsieur Die Hard et Commando), violence décomplexée (il se murmure qu'une version plus trash existe) et décontraction dans la mise en boite. Mulcahy abuse de mouvements de caméra (son péché mignon avec l'éclairage au néon), plaque une séquence Highlander sortie de nulle-part, le scénario hésite par moments entre déconnade et polar premier degré tandis que la citation de White Heat (Raoul Walsh) fait mal au... Seulement c'est diablement sucré et plutôt cool pour une production qui ne pète pas la tune, contrairement à ses voisins.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 280 fois
2 apprécient

Autres actions de Seance-sup-0H30 Ricochet