Avis sur

Rio Bravo par Gérard Rocher

Avatar Gérard Rocher
Critique publiée par le

Une effervescence et un climat pesant règnent sur la bourgade de "Rio Bravo" car le shérif de l'endroit, John T Chance, vient d'arrêter Joe Burdette lequel a tué un homme après l'avoir humilié en public. Le problème est que ce prisonnier n'est pas n'importe qui dans la région. Ce vaurien cruel et prétentieux n'est autre que le frère de Nathan Burdette, le plus nanti des propriétaires de la région et redouté d'un bon nombre de citoyens.
Face à cet individu le shérif dispose de bien peu de main d'œuvre pour tenter de garder Joe dans la prison durant les quelques jours qu'il faudra aux autorités de l'état pour venir le juger. Ses deux seuls collaborateurs sont Dude, son adjoint devenu alcoolique profond à la suite d'une déception amoureuse, et Stumpy, un vieux râleur boiteux chargé de garder la prison et qui ne sort jamais. Cette opposition est donc bien mince face à Nathan et ses mercenaires payés à coups de pièces d'or pour délivrer le frère renégat.
Certains vont vouloir venir en aide au shérif, parmi eux Pat Wheeler un chef de convoi et son second, Colorado. Pat paiera très cher son intention et Colorado restera fidèle au shérif pour venger son patron. Et puis il y a l'énigmatique et séduisante Feathers qui débarque par la diligence. Cette joueuse professionnelle est recherchée par les autorités et tente de prouver son innocence à John T Chance qui n'est pas insensible aux charmes de la belle. Pendant ce temps Nathan Burdette concocte son plan. Le climat s'alourdit encore, l'instant décisif de l'attaque de la prison est imminent. Le shérif et ses trois compagnons se doivent de prendre une décision qui ne pourra être que désespérée compte-tenu du rapport de force déséquilibré...

Dur, dur d'être le shérif d'une bourgade où un riche terrien et ses sbires font régner leur loi aux alentours. Cela devient encore plus dur lorsque sans grand moyen vous vous retrouvez à devoir attaquer cette bande de hors la loi afin d'imposer la justice de votre pays. Il faut dire que le cas de John T Chance est extrême puisqu'il est, comme beaucoup de shérifs, ignoré par le gouvernement fédéral et censé être soumis à la loi du propriétaire le plus riche. Toutefois John est un rebelle, dur mais humain. Il est entouré de Dude l'ivrogne tout tremblant et ne parvenant même pas à se rouler une cigarette et de Stumpy, un vieux boiteux geignard tout juste bon à garder un prisonnier. Pourtant le meurtre d'un homme perpétré par le détestable Joe Burdette va provoquer un électrochoc. Il va falloir beaucoup de volonté et de bravoure pour garder l'énergumène en prison le temps que les autorités fédérales viennent le récupérer. Face aux intimidations des hommes de Nathan Burdette, les trois représentants de la loi tiennent bon. Dude, sans cesse humilié et insulté vu son ses états d'ébriété, et Stumpy, condamné malgré lui à vivre calfeutré dans le noir de la prison, parviennent à se supporter sous le regard sans concession mais bienveillant du shérif John T Chance.
En attente du moment fatidique, l'instant fatal pour les uns ou les autres, celui-ci doit veiller aux affaires courantes de la ville. C'est ainsi que Feathers, l'ardente et jolie joueuse invétérée recherchée par les autorités va débarquer. Le shérif au cœur dur va se montrer très intéressé par cette beauté et le charme de cette femme faisant preuve de beaucoup d'égards pour lui. John T Chance retrouvera avec joie son vieil ami Pat Wheeler, chef d'un convoi de munitions faisant escale dans le village qui lui proposera son aide avant d'être à son tour abattu par un sbire de Nathan. Colorado, son jeune second, rumine alors sa vengeance.

Le son de la trompette jouant le lancinant "Deguello" (un air mexicain) rappelle sans cesse que l'ennemi est toujours aux aguets prêt à en découdre. La partie d'échec peut alors commencer. Ils ne sont que quatre à résister et pourtant la ruse et la révolte peuvent permettre de soulever des montagnes, preuve que le nombre de pions sur l'échiquier peut être tout à fait secondaire quant à l'issue de la partie...

Bien sûr on pourra toujours dire que dans la plupart des westerns le sujet est assez accessoire. C'est un peu le cas dans ce film et pourtant Howard Hawks nous a gratifié ici d'un véritable chef-d'œuvre. Plus que l'histoire, c'est le climat qui se dégage de ce film, la description, la tendresse apportée aux personnages, le mélange de moments dramatiques, d'action et d'humour, la mise en scène efficace et sans artifices inutiles qui font que nous avons ici un monument du western.
Dès les premières images, nous plongeons dans l'univers assez désespéré des trois hommes chargés de maintenir l'ordre dans le village. Ils n'ont aucun avenir, il sont fatalistes et pourtant ils font ce sale boulot qui comporte plus de risques que de satisfaction. Nous allons assister à ce qui sera le point déterminant de leur vie, ce moment où eux, censés être les plus faibles, vont monter leur vraie valeur face à un ennemi méprisant et nanti. Ils vont pouvoir vider ce trop plein de haine et retrouver, notamment pour Dude, une dignité et rentrer alors dans le saloon par la grande porte. Stumpy sera heureux de prouver à tout le monde que même un vieil infirme peut se battre avec autant d'efficacité qu'un jeune homme. Colorado complétera cette équipe en apportant la spontanéité et la gaieté de la jeunesse. Parlant jeunesse notre shérif, tel un adolescent face à son premier flirt, découvrira l'amour. Il découvrira également que son rôle n'est pas inutile et que sa fonction suscite encore quelque admiration.
Quant à nous, nous passons plus de deux heures dans un climat étouffant, guettant les escarmouches et les coups fourrés de la bande à Nathan au rythme des rebondissements de l'intrigue. Toutes les scènes ont leur importance et amènent leur lot d'incertitudes au son de cette trompette qui par moment nous rappelle qu'il va se passer quelque chose de grave. Dans le rôle du shérif, John Wayne est transcendant ainsi que ses coéquipiers d'infortune: Dean Martin dans le rôle du "torturé" Dude, Walter Brennan dans celui du vieux Stumpy et Ricky Nelson dans celui de l'impétueux Colorado. Angie Dickinson est une joueuse aussi troublante que belle, John Russell et qui interprète Nathan est dans ce que l'on peut appeler le "mauvais rôle" très convaincant. Il ne faut pas oublier Ward Bond dans son personnage de Pat Wheeler le malheureux chef de convoi. Il serait difficile de conclure cette liste d'artistes talentueux sans parler de Dimitri Tiomkin à qui l'on doit cette fabuleuse musique.

Voici donc un florilège de compliments et Howard Hawks les aura bien mérité car il a réalisé à mon avis l'un des tous meilleurs si ce n'est le meilleur film du genre. C'est pourquoi cette œuvre fait à juste titre partie des grands moments que le cinéma nous distille, ceux qui traversent sans prendre la moindre ride le temps et les modes.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 1523 fois
43 apprécient

Gérard Rocher a ajouté ce film à 2 listes Rio Bravo

Autres actions de Gérard Rocher Rio Bravo