👉 On vous partage notre 1er bilan de la nouvelle version de SensCritique.
Continuez à suivre l'avancée du site sur journal de bord.

Voilà un film typiquement de son époque. Patrick Swayze du temps de sa splendeur. Moins impressionnant musculairement parlant que les gros bras de l'époque. Schwarzenegger et Stallone en tête. Mais acteur plus polyvalent et dont le succès auprès des femmes depuis Dirty Dancing n'était plus à prouver.

Les hommes n'ont pas à être jaloux. Ils pourront profiter des courbes de Kelly Lynch et Julie Michaels. Deux magnifiques blondes tombées en pâmoison dès le premier regard lancé par le beau et ténébreux Patrick. Alors que j'ai du mal à voir ce qu'une brillante toubib peut trouver à un videur de boîte de nuit fumant comme un pompier. Certes, c'est une légende, paraît-il, dans son domaine. Mais quand même. Un bandage, un verre et direct en couple ? Ah, si, ça y est. J'ai deviné. Dalton est un philosophe bouddhiste. Adepte du kung-fu. C'est peut-être pour ça.

Comme on est dans une production Joel Silver, il y a plusieurs explosions de bâtiments (le parrain local a la main mise sur toute la ville, terrorise les commerçants, ce qui énerve profondément Patrick enfin Dalton), du kung-fu puisque Dalton ne se met pas en tête de nettoyer seulement sa boîte de nuit mais la ville toute entière et du romantisme avec nos deux protagonistes au physique digne de Barbie et Ken.

Ils sont d'autant plus mis en valeur que tous les autres sont des américains profonds avec chemises à carreaux, bide à bière, casquette Caterpillar sur la tête, bretelles, salopette en jean. Un couple vedette pour faire rêver les spectateurs grâce à leur plastique, de la castagne. Pas très évolué. Mais effet nostalgie garanti.

Incertitudes
6
Écrit par

il y a 2 ans

1 j'aime

Road House
appleminis
9
Road House

Critique de Road House par appleminis

Pourquoi ai-je mis 9 à ce film ?! Tout simplement parce que c'est un très bon nanar. Tout y est. Patrick Swayze qui joue un videu de boîte nuit (qui est un peu une star dans son job hein) titulaire...

Lire la critique

il y a 12 ans

7 j'aime

1

Road House
HITMAN
7
Road House

La douleur n'est rien !

Tu t'inquiètes pour rien, mais y a trois règles tout simples à savoir : Un. Ne jamais sous-estimer son adversaire, prévoyez l'imprévisible ! Deux. On se cogne dehors, ne vous battez jamais à...

Lire la critique

il y a 3 ans

6 j'aime

6

Road House
Alexandre_Hervaud
6
Road House

Critique de Road House par Alexandre_Hervaud

J'ai mis 6/10 pour la forme mais selon l'angle d'appréciation de la chose, un 1/10 ou un 10/10 pourrait également être de rigueur. 1/10 sur la qualité intrinsèque de la chose, assez indigente...

Lire la critique

il y a 10 ans

5 j'aime

Heureux qui comme Ulysse...
Incertitudes
8

Critique de Heureux qui comme Ulysse... par Incertitudes

Lorsque Fernandel tourne ce film, il n'a plus tourné depuis deux ans. Il se dit marqué par le décès de son copain Bourvil. Vous l'avez deviné, on n'est pas ici dans la grosse comédie. Le comique...

Lire la critique

il y a 7 ans

10 j'aime

3

Les Tontons flingueurs
Incertitudes
10

Critique de Les Tontons flingueurs par Incertitudes

Les Tontons flingueurs marquent la première collaboration entre Lautner et le dialoguiste Michel Audiard et le début d'une trilogie qui s'est poursuivie avec Les Barbouzes et Ne nous fâchons pas. Il...

Lire la critique

il y a 8 ans

10 j'aime

1

Marche à l'ombre
Incertitudes
10

"J'ai été attaqué par des renards tout à l'heure"

Marche à l'ombre est assez proche de Viens chez moi, j'habite chez une copine. La présence de Michel Blanc bien sûr. Mais les thématiques sont similaires. Chômage, précarité, crise du logement,...

Lire la critique

il y a 6 ans

9 j'aime