👉 27 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Sur les chapeaux de roues ...jusqu’à nulle part

Ah j’ai toujours l’impression d’être un brin sévère avec Sebastian Schipper… Parce que l’air de rien c’est un mec qui tente des choses ; qui livre une vraie sensibilité.

Prenez par exemple ce « Roads ». Dès le départ je lui ai trouvé un caractère brut et enlevé. Un film nerveux et à fleur de peau. Quelque-chose qui est à la fois permis par un cadre très agressif, mobile, caméra au poing, souvent en mouvement dans l’espace, mais aussi par une intrigue qui chemine autour d’un axe simple et qui oblige tous les protagonistes à être en permanence dans l’action et souvent dans la précipitation.

Ce dispositif est d’autant plus efficace que Sebastian Schipper sait entrecouper ces moments de nervosité par des instants de repos et de suspension. Il y a une respiration dans la réalisation de ce gars qui favorise l’expression d’histoires fortes menées par des personnages à vif.

Seulement voilà, un peu comme dans « Victoria », l’histoire et les personnages, c’est un petit peu les bas qui blessent dans ce « Roads ». Certes, ces deux gars là ont quelque-chose de touchant dans ce qu’ils sont, dans ce qu’ils font et dans ce qu’ils ressentent, mais le film ne parvient pas à leur donner suffisamment de relief sur l’ensemble de l’intrigue. Au bout d’un moment on a fait le tour, la relation stagne et l’ensemble s’embourbe.

Alors après je ne dis pas : je pense qu’il y avait une volonté manifeste à nous faire ressentir cela, surtout pour le personnage de Gyllen. Malheureusement, je trouve que nous aussi, spectateurs, on s’embourbe un peu avec eux. Moi, face au générique de fin, je me suis dit : « mais finalement tout ça pour quoi ? » Qu’est-ce que m’a vraiment apporté / révélé le fait de suivre cette aventure à travers l’Europe ? Moi en tout cas je n’en ai vraiment pas tiré grand-chose. Et d’une certaine manière, je trouve que le parcours de Gyllen est finalement assez révélateur de ce qu’est ce film et de ce qu’est, en filigrane, la démarche de Sebastian Schipper. Beaucoup d’énergie, beaucoup d’envie, beaucoup de vie, mais qui s’élance sans vraiment savoir où aller, et qui finit par arriver nulle part, essoufflé…

Et franchement, ça m’attriste un peu parce que tout n’est pas à jeter dans « Roads ». Je trouve qu’il est capable de quelques fulgurances ; de saisir des instants. Et c’est en cela que je dis que je me trouve un peu cruel avec ce film. Parce que oui, pour beaucoup il pourra valoir le détour et cela pour les qualités que j’ai précédemment citées.

Mais bon, pour ceux qui me connaissent, c’est toujours mon ressenti qui tranche et, sur ce point, je ne vais pas vous mentir, je ne pense pas que « Roads » restera gravé dans ma mémoire et dans mon cœur…

lhommegrenouille
5

il y a 3 ans

2 j'aime

8 commentaires

Roads
6nezfil
5
Roads

Croisée des chemins

Après trois longs-métrages passés inaperçus, Sebastian Schipper avait fait forte impression avec Victoria et pas seulement pour sa prouesse technique avec son unique plan séquence. Aujourd'hui,le...

Lire la critique

il y a 3 ans

2 j'aime

Roads
lhommegrenouille
5
Roads

Sur les chapeaux de roues ...jusqu’à nulle part

Ah j’ai toujours l’impression d’être un brin sévère avec Sebastian Schipper… Parce que l’air de rien c’est un mec qui tente des choses ; qui livre une vraie sensibilité. Prenez par exemple ce «...

Lire la critique

il y a 3 ans

2 j'aime

8

Roads
Floridjan
7
Roads

La tendresse dans l'amitié

Roads, on peut s'en douter quant au titre, est un road movie. Le film coche toutes les cases du genre : errance, distance (Maroc, Espagne, France), emploi de l'anglais (ne pas oublier que le road...

Lire la critique

il y a 1 mois

1 j'aime

Tenet
lhommegrenouille
4
Tenet

L’histoire de l’homme qui avançait en reculant…

Il y a quelques semaines de cela je revoyais « Inception » et j’écrivais ceci : « A bien tout prendre, pour moi, il n’y a qu’un seul vrai problème à cet « Inception » (mais de taille) : c’est la...

Lire la critique

il y a 2 ans

211 j'aime

71

Ad Astra
lhommegrenouille
5
Ad Astra

Fade Astra

Et en voilà un de plus. Un auteur supplémentaire qui se risque à explorer l’espace… L’air de rien, en se lançant sur cette voie, James Gray se glisse dans le sillage de grands noms du cinéma tels que...

Lire la critique

il y a 2 ans

188 j'aime

11

J'accuse
lhommegrenouille
4
J'accuse

Il y a les faits. Et puis il y a l’interprétation.

Étonnamment j’étais pas mal attiré par ce projet et cela malgré le fait que je ne sois pas trop fan du cinéma de Roman Polanski. L’Affaire Dreyfus au cinéma. Mais quelle évidence… Ils sont rares ces...

Lire la critique

il y a 2 ans

137 j'aime

50