Classe et bien foutu

Avis sur Rocco

Avatar Jack Mosby
Critique publiée par le

Filmé comme les portraits que Thierry Demaizière réalise chaque semaine pour Sept à Huit, avec une caméra au plus près de ses sujets, ce documentaire s’approche aussi près que possible d’un certain « cinéma réalité » : l’image classieuse et les nombreux effets de style empruntés à la fiction lui évitent l’écueil de beaucoup de films du même genre; on sent là qu’il a été véritablement pensé avec respect et pour le cinéma. Le choix a été fait de tout montrer, y compris les moments les plus durs ou les scènes de tournages pornographiques, sans jamais démystifier ni sombrer dans le voyeurisme. Les scènes comme les sujets sont traités avec un grand respect et une grande pudeur, et c’est sans doute ce qui a conduit Rocco à accepter que les caméras le suivent si longtemps et jusque dans son intimité.

Le film a choisi de raconter l’histoire des deux dernières années de carrière de Rocco, afin de montrer la fatigue et les doutes qui l’amèneront à arrêter un métier qu’il adore autant qu’il déteste. L’on suit donc ces évènements sans jamais s’ennuyer, car toutes les personnes montrées sont de vrais personnages de cinéma en puissance au caractère bien trempé et défini. On a droit à des scènes comiques comme émouvantes, sans que rien ne paraisse jamais forcé.

Quelque part, on pourra reprocher à Rocco de ne pas assez montrer de l’homme, et de finalement se révéler plus instructif sur l’industrie du cinéma pornographique qu’autre chose. C’est en partie vrai, mais il ne faut pas oublier la volonté du documentaire, ainsi que toutes les choses que l’on apprend sur l’acteur dans ces silences ou dans ses anecdotes. Bien qu’un peu lisse, Rocco reste un film fascinant sur un homme fascinant.

lire sur mon blog

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 207 fois
1 apprécie

Autres actions de Jack Mosby Rocco