Passion et désespoir

Avis sur Rocco et ses frères

Avatar blondedenuit
Critique publiée par le

L'histoire de Rocco et de ses frères s'articule autour du rêve qu'une mère, veuve, nourrit pour ses cinq fils.Rêve d'un monde meilleur, qui les fait quitter leur Calabre native pour gagner Milan et rejoindre l'aîné, Vincenzo. Et affronter le froid, la neige, la précarité, car le Milan d'après-guerre et ses immeubles aux carcasses béantes n'est pas la terre promise escomptée. Drame social que chacun des frères va vivre à sa manière. Découpé en cinq actes, titrés "Vincenzo"," Simone"," Rocco"," Ciro" et" Luca", le film se centre très vite sur Simone et Rocco, unis par la boxe, séparés par une femme, (fille perdue selon les moeurs sévères italiennes), Nadia. Tous deux l'aiment. Simone avec une passion brutale, tandis que Rocco le bienveillant, avec toute sa foi en la nature humaine, lui offre un amour pur avec pour elle l'ébauche d'une rédemption et d'une vie meilleure. Jusqu'au drame, où, par loyauté, Rocco "rend" Nadia à son frère après une scène insoutenable de larmes, de sang et d'humiliation. Vain sacrifice. Simone a déjà accompli sa descente aux enfers, il a abandonné une carrière prometteuse dans la boxe et malgré le mépris affiché de Nadia, s'enfermera dans sa passion jusqu'à la tragédie finale. La fratrie s'est désagrégée, le jeune Luca et la mère, malgré leurs tentatives fédératrices, resteront impuissants.
Delon, Girardot et Salvatori ont 25 ans. Ils sont beaux, d'une rare beauté. Et la caméra de Visconti tourne autour de leurs visages et de leurs corps, les frôle, les caresse, grain de peau par grain de peau dans des gros plans impudiques et bouleversants. Alain Delon n'est pas encore l'impénétrable et froid Samouraï, il est étonnant d'innocence, à la fois timide et juvénile. Mais Annie Girardot, dans son plus beau rôle, restera la figure la plus marquante du film. Incandescente, insolente, à fleur de peau, elle révèle à 26 ans toute l'étendue de son talent. Femme libre que l'on ne brise pas, elle est à elle seule cette génération de l'après-guerre, avide de liberté, de changement, briseuse de tabous et nourrissant en secret, malgré un cynisme affiché, l'espoir d'un monde meilleur.
Rocco et se Frères reste une oeuvre marquante , dont l'affrontement sauvage entre deux frères est poussé jusqu'au paroxysme, et glisse vers une tragédie puissante et "monstrueuse" soulignée par la théâtralité du jeu, les ombres et les contrastes du noir et du blanc. Luchino Visconti nous livre là une part de son idéalisme désespéré où le pardon s'enracine dans la douleur et où la rédemption reste incertaine.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 365 fois
9 apprécient · 2 n'apprécient pas

blondedenuit a ajouté ce film à 1 liste Rocco et ses frères

Autres actions de blondedenuit Rocco et ses frères