👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Après la cuisante déception de l'épisode 7 l'espoir était de mise quand à la possible relancée de l'univers à travers des histoires isolées mais connues. C'est donc par le vol des plans de l'Etoile Noire que Rogue One s'attaque.
La passerelle entre l'épisode 3 et 4 pourrait paraître évidente mais le film se contente surtout de se raccrocher à l'épisode 4. Et pour cela il réussit très bien son pari, réunissant tous les petits détails pour mettre en place Un Nouvel Espoir. Il y a beaucoup de riches idées dans cette nouvelle pompe à fric, preuve qu'il reste encore des fans intelligents et pas que des investisseurs. En reprenant le schéma classique d'une famille détruite par la menace de l'Empire on s'éloigne des Skywalker tout en reprenant ce qui en faisait l'essence, à savoir un père ambigu.
Néanmoins la grosse faille du film, qui plombe du coup mon intérêt, ce sont les personnages qui manquent cruellement de profondeur. A part pour le robot, tous sont convenus et ne parviennent pas à nous assurer une aventure incroyable. Déjà que le contexte de la guerre (très largement inspirée de nos guerres du XXième siècle) n'est pas euphorisant mais nécessaire à ce point de la chronologie Star Wars, l'effort aurait pu être de mise pour créer des personnages sympathiques et attachants. Le résultat c'est qu'on s'ennuie fermement les trois quarts du film, non pas du manque d'action, très présent et lassant par moment car redondant, mais la faute aux personnages.
Si la fin réveille c'est indéniable, entre ultime challenge, bataille sur terre et dans l'espace et sens du sacrifice ; le film manque de points forts. A commencer par la musique, réutiliser celle de Williams ne nous aurait pas fait de mal, celle de Giacchino frustrant notre émotion musicale. La place de Dark Vador, toujours aussi électrisant à ses apparitions aurait pu être plus présente, même si on sait que susciter l'attente était important pour le réalisateur. Les apparitions des personnages connus de la saga sont plus ou moins réussits mais les personnages principaux sont largement en deçà. Dès le départ on nous montre un fourre-tout de situations ce qui n'aide pas à se raccrocher, sans oublier que la présence de Forest Whitaker est quelque peu risible. Jyn aurait eu le mérite d'évoluer au même titre que les autres pour marquer plus grandement son empreinte auprès du spectateur.
Rogue One ne casse donc pas la baraque même si au départ j'apprécie l'idée d'inspecter les détails de l'histoire de Star Wars. Rogue One avec son unique contexte de guerre et ses doutes quand aux rebelles ne suffit pas, il faut nous raconter une histoire.

LuluCiné
5
Écrit par

il y a 5 ans

Rogue One - A Star Wars Story
guyness
6

Jeux de lumières, parts d'ombres

Il y a quelque chose de presque magique dans la faculté qu'ont les scénaristes (ils s'y sont mis à quatre ici) pour faire d'une simple phrase dans l'épisode IV un scénario qui tient assez bien la...

Lire la critique

il y a 5 ans

179 j'aime

39

Rogue One - A Star Wars Story
Velvetman
6

Tropa de Elite

Qu’on se le dise, Hollywood avance ses pions avec ses grandes sagas ou ses grosses franchises mais détourne son regard par des chemins de traverse différents. Au lieu de mettre les pleins phares sur...

Lire la critique

il y a 5 ans

92 j'aime

4

Rogue One - A Star Wars Story
Gand-Alf
8

Sans retour.

Il va falloir se faire une raison, plus aucun Star Wars ne sera fébrilement et longuement attendu comme ce fut autrefois le cas, le fan devant patienter au minimum dix ou quinze ans pour avoir sa...

Lire la critique

il y a 5 ans

92 j'aime

17

Memento
LuluCiné
5
Memento

Critique de Memento par LuluCiné

Les adorateurs suprêmes de Nolan ne citent que Memento comme référence. Pour tous les autres n'ayant pas un avis surdosé sur le réalisateur, le film vaut le coup d’œil pour son montage décousu...

Lire la critique

il y a 7 ans

27 j'aime

4

Hérédité
LuluCiné
5
Hérédité

Critique de Hérédité par LuluCiné

Et voilà qu’on nous refait le coup du renouveau du film d’horreur, et cela à bon escient car c’est pour mieux s’éloigner du produit ultra fabriqué surfant sur la vague du marketing et du jump-scare...

Lire la critique

il y a 4 ans

25 j'aime

2

Knight of Cups
LuluCiné
3

Critique de Knight of Cups par LuluCiné

Mieux vaut savoir à qui on a affaire quand on va voir un film de Terrence Malick, son cinéma n'est pas à la portée de tous mais garde un mysticisme et une palette des sensations qu'on aborde toujours...

Lire la critique

il y a 6 ans

21 j'aime

2