👉 On vous partage notre 1er bilan de la nouvelle version de SensCritique.
Continuez à suivre l'avancée du site sur journal de bord.

Deux comédiennes souveraines, Sara Forestier et Léa Seydoux. Un interprète intense et toujours en devenir comme un bon vin, Roschdy Zem. Un alchimiste à la réalisation, Arnaud Desplechin. Une ville des Hauts-de-France en guest-star pour une ambiance à nulle autre pareille : Roubaix. Les ingrédients étaient réunis pour le couronnement de Roschy Zem avec le César 2020 du meilleur acteur.

Sara Forestier, Léa Seydoux, Roubaix et Arnaud Desplechin portent Roschdy Zem dont la force d'interprétation ruisselle sur tous. Au petit jeu des pronostics, je me souviens être sorti de la salle de cinéma avec la conviction que récompense il y aurait, sans deviner toutefois celle ou celui qui serait choisi.

Le film raconte sobrement la vie d'un commissariat de quartier de Roubaix, ville de petites gens, mais également ville de misère sociale. De petites affaires, parfois amusantes, souvent émouvantes, jalonnent l'activité des flics, mais une affaire plus grave prend soudain le pas : la mort par étranglement d'une vieille roubaisienne. Ce n'est pas l'énigme de l'enquête qui est importante, mais le déroulement exact des faits et les raisons de l'homicide que nous suivons. Et pour dérouler le fil Sara Forestier et Léa Seydoux sont simplement magnifiques.

Ce soir, je viens de revoir Roubaix, une lumière sur une chaîne cryptée. Avec un plaisir renouvelé.

Nielk
9
Écrit par

il y a 2 ans

1 j'aime

Roubaix, une lumière
PjeraZana
5

Malaise et leçons du Commissaire Desplechin

Contrairement aux idées reçues, Arnaud Desplechin, le pape contemporain des auteurs français, a toujours été attiré par le cinéma de genre(s) dans des formes plus ou moins contournées voire...

Lire la critique

il y a 2 ans

32 j'aime

1

Roubaix, une lumière
Seemleo
7

La mère Noël est une ordure

Pour une fois l'allumé Desplechin nous pond une oeuvre relativement classique dans sa trame et parfaitement compréhensible intriguement parlant. L'atmosphère de cette ville du nord que l'on présente...

Lire la critique

il y a 2 ans

31 j'aime

7

Roubaix, une lumière
EricDebarnot
7

Ma ville, ma lumière...

Je crois qu'on n'échappe jamais totalement à la ville dans laquelle on a été enfant, adolescent... Desplechin portait Roubaix en lui, et toutes ses frasques dans les milieux bobos / intellos...

Lire la critique

il y a 2 ans

22 j'aime

6

En corps
Nielk
10
En corps

Critique de En corps par Nielk

Il fut un temps où l'idée d'aller à un spectacle de danse, qu'il s'agisse de la danse classique ou de danses plus contemporaines ne me serait pas venue à l'esprit et pour tout dire me paraissait...

Lire la critique

il y a 2 mois

26 j'aime

L'Appel de la forêt
Nielk
1

Critique de L'Appel de la forêt par Nielk

Quand l'écran s'est éteint et quand la lumière est revenue, j'ai vu au fond de la salle Jack London adossé à un mur. Son beau sourire n'illuminait plus son visage et je vis une larme couler sur sa...

Lire la critique

il y a 2 ans

26 j'aime

7

Antoinette dans les Cévennes
Nielk
9

Critique de Antoinette dans les Cévennes par Nielk

Je m'appelle Patrick, je suis dans la fleur de l'âge et toujours d'une grande disponibilité pour qui sait me parler et me prêter un peu d'attention. Ames solitaires et surtout sensibles, chaque...

Lire la critique

il y a plus d’un an

15 j'aime

6