👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Polar doublé d’un drame social, ce Roubaix une lumière est un film sobre qui recherche pourtant une forme de profondeur et de dramaturgie qui le font basculer par moment dans le romanesque. Il nous décrit un univers où trouver sa place et son rôle paraît déjà un aboutissement. Un univers post industriel où les personnages semblent être les victimes par ricochet d’un conflit qui vient de se terminer. Ça ne m’a pas bouleversé, sûrement parce que ça m’a paru trop froid, trop austère. Mais comment ne pas être emporté par la prestation exceptionnelle de Roschdy Zem qui gagne au passage un Cesar plus que mérité, faisant preuve d’une palette de jeu incroyable, quand je parlais de réalisme et de romanesque son rôle en est un parfait exemple. Malheureusement face à lui il y a notamment Sara Forestier que j’ai trouvé une nouvelle fois insupportable. Il y a un vrai bon travail d’écriture des seconds rôles là aussi pour rendre l’ensemble crédible. Pour conclure je dirais qu’il n’y a pas de quoi me faire dire des louanges sur ce film, même s’il a des qualités indéniables.

ROUB_ELDIABLO
6
Écrit par

il y a 2 ans

Roubaix, une lumière
PjeraZana
5

Malaise et leçons du Commissaire Desplechin

Contrairement aux idées reçues, Arnaud Desplechin, le pape contemporain des auteurs français, a toujours été attiré par le cinéma de genre(s) dans des formes plus ou moins contournées voire...

Lire la critique

il y a 3 ans

32 j'aime

1

Roubaix, une lumière
Seemleo
7

La mère Noël est une ordure

Pour une fois l'allumé Desplechin nous pond une oeuvre relativement classique dans sa trame et parfaitement compréhensible intriguement parlant. L'atmosphère de cette ville du nord que l'on présente...

Lire la critique

il y a 2 ans

31 j'aime

7

Roubaix, une lumière
EricDebarnot
7

Ma ville, ma lumière...

Je crois qu'on n'échappe jamais totalement à la ville dans laquelle on a été enfant, adolescent... Desplechin portait Roubaix en lui, et toutes ses frasques dans les milieux bobos / intellos...

Lire la critique

il y a 2 ans

22 j'aime

6

Magic
ROUB_ELDIABLO
7
Magic

Hannibal le ventriloque

Un thriller d’épouvante qui traverse plutôt bien le temps. On suit l’histoire d’un magicien qui après une période de vache maigre, gravit les marches du succès du music hall avec un numéro de...

Lire la critique

il y a 1 an

4 j'aime

Adieu les cons
ROUB_ELDIABLO
7

A bout

Un Dupontel plus sage (trop?) qui navigue entre tragédie et comique absurde pour brocarder une société qui valorise plus la réussite professionnelle que les qualités humaines. Un monde ou le...

Lire la critique

il y a plus d’un an

4 j'aime

Diamants sur canapé
ROUB_ELDIABLO
3

Critique de Diamants sur canapé par ROUB_ELDIABLO

J’en avais entendu parler comme un sommet de la comédie romantique, le moins que l’on puisse dire c’est que le film a bien du mal à supporter le poids des années. Je passerais rapidement sur l’humour...

Lire la critique

il y a 3 ans

4 j'aime