👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

"Le monde n'est ni vrai, ni réel, mais vivant."

Je ne développerai pas ici la question, très intéressante, du cinéma développée dans ce film. Je m'intéresserai seulement au pneu en tant que concept du vivant et de l'animé.

Rubber est un concept philosophique. Ce pneu, c'est la volonté de puissance de l'homme. Ce pneu, c'est la force vitale rendue visible et incarnée dans du caoutchouc. Le cinéma rend cela possible. Transférer un concept dans un pneu en caoutchouc. Rubber questionne la notion de personnage. Pourquoi l'homme serait-il le messager, l'incarnation de tous les concepts ? Le pneu, l'inanimé qui attend que l'homme lui donne sa force, et qui fait avancer l'homme à son tour. La roue motrice qui écrase et qui avance.

Rien ne barre la route du pneu. Il est. Il est vivant. il avance toujours. Parfois recule. Mais toujours animé, du même mouvement d'énergie vitale. Rien ne lui barre la route. La seule possibilité qu'il ait trouvé à l'expansion continue de sa force et de son mouvement, est l'anéantissement de toutes les formes autres qui pourraient nuire à sa propre avancée.

Rubber jamais ne grandit. Il ne se nourrit pas de la destruction. Rubber c'est l'animé pur. Il est au degré zéro de la conscience. Je pense cependant à un passage intéressant, ou le pneu est confronté à son image dans le miroir. Là où l'animé pur devient image de sa propre image, il prend conscience de lui même.

Rubber c'est l'énergie du vivant toujours renouvelée en chaque chose. Ce qui anime ce pneu et qui se retrouve dans le tricycle et dans tous les pneus du monde, est cellulaire.

Horchata
8
Écrit par

il y a 6 ans

Rubber
geoffrooy
6
Rubber

No reason

En écoutant les gens parler dans la file avant la séance, on peut distinguer 2 types de spectateurs. Il y a les avertis, échangeant des "ouais c'est le nouveau film de Mr Oizo, y paraît qu'il y a...

Lire la critique

il y a 11 ans

69 j'aime

9

Rubber
Samu-L
5
Rubber

Un film en mousse d'élastomère

Je trouve que ce film est tout simplement mauvais. Pourquoi? Pas de raison! J'ai d'ailleur décidé de ne donner aucune raison à l'énervement profond que ce film m'inspire. Après tout, il n'y a pas de...

Lire la critique

il y a 9 ans

68 j'aime

21

Rubber
SeigneurAo
7
Rubber

Bien plus qu'une critique, une non-critique

Je me suis demandé comment aborder ce film. Je l'ai vécu. Je me suis demandé quoi en penser après-coup. Et maintenant je ne sais pas trop quoi en écrire. Les détracteurs diront que ça résume le...

Lire la critique

il y a 11 ans

51 j'aime

10

No Country for Old Men
Horchata
8

Obscure et absurde... comme un rêve

Premier film des Coen que je vois. Alors, première impression ? Partagée. Oui, je me suis surprise pas mal de fois à admirer la beauté des images, toutes justes, toute harmonieuses. Très bon boulot...

Lire la critique

il y a 8 ans

4 j'aime

Lumière d'août
Horchata
9

La lumière, peut-elle être si noire

Je ne peux parler de Faulkner de façon structurée. Je ne peux en parler sans me rappeler des frissonnements et des palpitations dans les doigts qui tiennent le livre et qui remontent jusque dans ma...

Lire la critique

il y a 6 ans

3 j'aime

Le Testament du docteur Mabuse
Horchata
8

"Viens petit. Un simple commissaire n'a plus rien à faire ici."

Caméra frontale. L'infirmier referme la porte sur le Professeur Baum. L'infirmier referme la porte sur nous. Et nous, spectateurs, nous retrouvons dans le noir. Dans le Noir. L'affaire est...

Lire la critique

il y a 6 ans

3 j'aime

2