Affiche Rusty James

Critiques de Rusty James

Film de (1983)

“Well, you're better than cool. You're warm.”

Après Coup de Cœur, expérimentation kitchissime et Outsiders, première incursion du côté de la jeunesse désœuvrée, j’attendais le pire de Rumble Fish. Long clip à la plastique parfaite, d’un superbe noir et blanc, le film exhibe dès le départ ses prétentions esthétisantes, et poursuit avec une maitrise bien plus grande les thématiques d’Outsiders. Son intelligence est dans sa modestie : moins... Lire l'avis à propos de Rusty James

32 7
Avatar Sergent_Pepper
8
Sergent_Pepper ·

Critique de Rusty James par 0eil

Après une longue discussion ayant pour thèmes les Parrains que je venais de découvrir et mon admiration pour le Mickey Rourke des années 80, magnifique dans Angel Heart, on me conseilla Rusty James, sous son titre VO « Rumble Fish ». Rendez-vous pris, donc, avec ce métrage au thème plutôt casse-gueule : les relations entre les gens. Pire encore, entre frères. Mais ça tombe bien, moi, j'aime les... Lire l'avis à propos de Rusty James

38 1
Avatar 0eil
9
0eil ·

Intime, iconoclaste et générationnel

Au début des années 1980, les affaires de Francis Ford Coppola se gâtent. Les studios American Zoetrope, qu’il a fondés en 1969, subissent un revers de taille : l’onéreux et maniériste Coup de cœur, dont le budget passa de deux à vingt-cinq millions de dollars en cours de tournage, rapporte à peine quelque 630 000 dollars de recettes en salles. De quoi porter un coup quasi fatal aux finances... Lire l'avis à propos de Rusty James

18 2
Avatar Cultural Mind
8
Cultural Mind ·

Le jour mâle de Mickey

Je plaçais d'assez grandes espérances en cette œuvre, Coppola ayant réalisé plusieurs de mes films préférés et mes éclaireurs adorés lui ayant unanimement attribuée des notes annonciatrices de qualité. Je me suis donc trouvé fort marri d'être très mitigé (et un peu perplexe) lors du déroulement des crédits. Soyons honnêtes, ce ne sont pas les qualités qui manquent au métrage. Une réalisation... Lire la critique de Rusty James

47 8
Avatar Kalian
6
Kalian ·

Let's get ready to rumble (fish) !

Coppola tourne en 1982 Rumble Fish, dans la foulée de The Outsiders. Les deux films sont adaptés de romans du même auteur, S.E Hinton, avec qui il travaille le scénario. Tournés tous deux à Tulsa, Coppola garde la même équipe, jusqu'à certains acteurs (Matt Dillon, Diane Lane). Tulsa, Oklahoma. Rusty James. Un gang rival. Le temps qui passe. Un modèle. Motorcycle Boy. Le flic. Le père... Lire l'avis à propos de Rusty James

17 5
Avatar Djibouti
10
Djibouti ·

Critique de Rusty James par Biniou

Après la merveilleuse découverte que fut Outsiders il y a quelques semaines, c'était une évidence il faut que je vois tout Coppola. Je me suis donc empressé de me procurer Rusty James qui serait parait-il dans la lignée d'Outsiders, et une fois de plus c'est magnifique. Coppola capte comme personne une certaine frustration, celle des rêves brisés, des mythes perdues et de l'attente de... Lire l'avis à propos de Rusty James

13 8
Avatar Biniou
8
Biniou ·

"Le grand frère" élevé en mythe !

La vie n'est, somme toute, qu'une succession de périodes charnières à traverser, dépasser, intégrer. La plus difficile ? De loin celle où l'on ne sent plus plus vraiment un adolescent... sans être encore vraiment un adulte. Grosso modo, la génération des 15-20 ans, pour qui la recherche désordonnée d'une personnalité se traduit en général par un rejet plus ou moins brutal des valeurs, règles... Lire l'avis à propos de Rusty James

11 7
Avatar Ticket_007
8
Ticket_007 ·

Rust never sleep

Dédié à son grand frère August (qui est aussi évoqué dans Tetro), Coppola signe Rumble Fish qui a pour sujet les relations entre un adolescent et son frère aîné sur fond de bagarres entre bandes rivales. Le film est surtout connu pour sa composition en noir et blanc. Au delà de l'expérimentation sur l'image le noir et blanc nous entraîne dans la légende urbaine et dans la nostalgie.... Lire la critique de Rusty James

9 4
Avatar Zolotoï
10
Zolotoï ·

La légende

Suite de "Outsiders", réalisé par Coppola quelques mois plus tôt, "Rusty James" tire cette fois vers le mythe, voire la légende, l'histoire très romantique de la perte d'innocence d'un caïd de quartier. La critique reproche à Coppola d'avoir tourné un long clip par trop formaliste : c'est négliger la composante induite dans son sujet-même,... Lire la critique de Rusty James

5
Avatar Eric BBYoda
8
Eric BBYoda ·

La fureur de vivre par Coppola

Rusty James est la suite logique et pourtant l’exact opposé du film précédant de Coppola,The Outsiders.The Outsiders était la peinture romantique et mélancolique par Coppola de la jeunesse américaine des années 50(Celle des bandes de West Side Story )C'est un film aux couleurs chaudes,utilisant une iconographie propre au cinéma des années 50. Rusty James,c'est l'anti Outsiders.Un blanc et noir... Lire la critique de Rusty James

7 3
Avatar SydBarrett
8
SydBarrett ·