Dick Pitt

Avis sur Sahara

Avatar MalevolentReviews
Critique publiée par le

L'argent ne fait pas le bonheur.

Sahara fait partie de ces curiosités dont la production titanesque n'a d'égal que son échec. Le film est tiré du bouquin éponyme de Clive Cussler, appartenant à la saga "Dirk Pitt", un aventurier charmeur et écolo qui débusque des trésors sous-marins tout en sauvant le monde. Cussler, c'est un écrivain un brin égocentrique et très capricieux avec les studios qui avaient déjà foiré la première adaptation d'un de ses bouquins. Lui qui ne voulait plus avoir affaire à Hollywood, il est tombé sous le charme de Philip Anschutz, homme d'affaires roulant sur l'or et accessoirement producteur de films quand ça lui chante, qui lui propose d'adapter le roman en lui promettant monts et merveilles et surtout un droit de regard absolu sur la production.

Forcément Cussler se fait enfler parce que – hey c'est Hollywood mon pote ! Du coup, il a même intenté un procès contre Anschutz qui s'est soldé sur rien du tout. Pour le film, après que Rob Bowman (Le Règne du Feu) ait refusé après avoir rencontré le romancier, c'est le rookie Breck Eisner qui se charge de mettre en scène le long-métrage avec un méga budget de 100 millions de dollars, des décors gargantuesques, des moyens pharaoniques, une promo de ouf et un casting fresh and cool composé de Matthew McConaughey tentant de s'échapper de ses comédies romantiques (et remplaçant un Hugh Jackman trop occupé à découvrir les origines de Wolverine), du comic relief Steve Zahn et de la sexy Penélope Cruz.

Avec un tournage tumultueux comprenant caprices de la météo, séquences onéreuses finalement coupées au montage, matériel cassé par accident et pots-de-vin à des responsables marocains, le budget double presque de volume. Faut donc que Sahara dégomme le box-office. Sauf que ça va sacrément bider et entrer au panthéon des plus gros flops de l'Histoire. Pourtant pas plus tirée par les cheveux que les dernières frasques de 007, l'aventure que vit Dirk Pitt, beau gosse toujours au bon endroit au bon moment (ça aide pour son aventure première), s'avère être d'une mollesse scandaleuse, jamais aidée par des scènes d'action présentes mais jamais époustouflantes, des répliques pauvrement écrites, des cadres pas forcément bien utilisés, des faux raccords par dizaines et des facilités scénaristiques énervantes au possible.

Car pour bien sauver le monde dans le désert, notre héros et son sidekick n'ont pas besoin d'eau, ils trouvent des fringues à leur taille et des chameaux derrière la première dune et sont aidés quand il faut par des deus ex machina de premier choix. Manquant incroyablement de consistance, d'identité et surtout de fun, Sahara est tout ce qu'il ne faut pas faire dans un film d'aventures, le film de Breck Eisner ne valant pas un kopeck et s'oubliant à une vitesse folle, le faisant par ailleurs appartenir à cette étrange catégorie où le film n'est ni un nanar, ni un bon film ni un navet. Juste un produit calibré et friqué mais qui n'a concrètement rien à offrir, un ballon de baudruche de 160 millions de dollars.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 99 fois
1 apprécie

MalevolentReviews a ajouté ce film à 1 liste Sahara

Autres actions de MalevolentReviews Sahara