En Californie ou dans le Nevada rien de nouveau

Avis sur Sale temps à l'hôtel El Royale

Avatar Neo Cosmic M
Critique publiée par le

Voici un film que j'attendais au tournant. D'une part à cause d'un nom : Dakota Johnson. En effet, j'ai fini par aimer l'actrice et j'en avais plus que marre de la voir se ridiculiser dans cette saga qu'était les 50 Nuances. Elle en était même blasée dans 50 Nuances Plus Claires à jouer la soumise la plus conne du monde (par pitié pas prequel à la Star Wars pour cette saga ou de remake façon Grey ou Darker, je n'arrive toujours pas à croire que l'auteur a tellement peu d'imagination qu'elle remake sa propre saga). Il faut reconnaître que ses prestations en dehors de la saga ne se limitait qu'au très bon The Social Network et au très moyen Black Mass (et 21 Jump Street mais elle n'était que caméo). Du coup, 2 films pour me convaincre : Susperia et celui-ci Sale temps à l'hôtel El Royale. Un film qui s'annonçait fun dans la bande annonce avec un casting 4 étoiles (Jon Hamm, Chris Hemsworth, Jeff Briges, et ...Xavier Dolan ? Ok.). Et au final, le film n'est pas mal mais on sent un film qui se veut être Tarantino like mais avec des relent de série télé.

Drew Goddard à la manœuvre

Drew Goddard est un auteur qui a vraiment toute mon estime. Sa filmographie est juste intéressante entre les scénario de Cloverfield, de Seul sur Mars , de ...World War Z...Si je vous dis qu'il a réalisé des épisodes de The Good Place et la Cabane dans les Bois ça passe ? Et qui est le showrunner de la série Dardevil ?. Ok. Drew Goddard nous livre un thriller assez classe visuellement qui aurait pu être pertinent...mais qui hélas ne va pas plus loin et on ne voit que les références à Tarantino. Pourtant, il y a de super plans notamment tout le pré-générique qui est juste impeccable. Mais après le film est constamment entre 2. La réalisation alterne entre les très bonnes idées et les idées plus génériques. Ce qui est assez étonnant quand on voit les séries Dardevil qui ont bien plus de cohérences. L'une des bonnes idées étant l'organisation en chapitre (qui est aussi au menu de Suspiria) mais que chaque chapitre correspond à une chambre et le coté point de vue de certaines scènes où une scène clef est vécue de manière différente. Cela a certes déjà été fait mais c'est bien dans le contexte où tout tourne autour de cet hotel (on y reviendra). Cela dit, ne cherchez pas la d'où vient la tag line du film. Ici on n'a pas au surprise 7 personnes au passé trouble mais 3 plus le réceptionniste. Voilà. Là où le film m'embête est son acte final qui est vraiment mais alors...vraiment cliché. tout est cliché en terme de réalisation, de narration, de propos, de dénouement bref tout est cliché. Mais bon, parlons des personnages.

Un prêtre, une chanteuse, une fugitive et un agent-secret

Déjà, on va parler du personnage principal (l'un des personnages en tout cas) à savoir, le Père Daniel Flynn (Jeff Briges) qui est un personnage assez énigmatique. D'une part l'introduction permet de bien voir quels sont les enjeux. Il est à l'hôtel pour un objectif précis à savoir retrouver un certain magot, mais il va rapidement faire équipe avec Darlene Sweet dans un concours de circonstance.

Darlene (Cinthya Erivo dont c'est le tout premier film, après elle sera l'héroïne du prochain Steve McQueen, les Veuves) est une chanteuse de gospel visiblement en fuite. Ce n'est pas explicite, mais il semblerait qu'elle soit en fuite et est mêlée à une mystérieuse mort et se méfiant de tout et tout le monde. Elle a une très belle voix et se faisait rabaisser par Buddy Sunday (un Xavier Dolan vraiment crédible en producteur tyrannique).

Et ...Emily (Dakota Johnson). Même si son rôle est très limité (à savoir une femme en fuite face à Billy Lee) elle fait certes doublon un peut avec Darlene mais est bien plus méfiante envers tout le monde. Elle a kidnappé sa propre petite sœur Ruth (Cailee Spaeny) pour son "bien" et est prêt à tout pour la protéger.

Laramie Seymour Sullivan (Jon Hamm) est ici une sorte de représentant mais en réalité un agent secret qui évente tout de suite le secret de l'hôtel et se trouve au mauvais endroit au mauvais moment.

Oui, il meurt d'une balle par Emily en plein milieu du film

L'autre personnage qu'on attendait est Billy Lee (Chris Hemsworth). Il n'est pas présent dans tout le film mais son aura est perceptible vu qu'il est le méchant du film. A la poursuite d'Emily, il s'agit d'un gourou d'une secte qui a provoqué un syndrome de Stockholm à Ruth. Vraiment pervers et tyrannique, il va faire plus de dégât à l’hôtel que les autres.

Quant au réceptionniste Miles (Lewis Pullman qui a remplacé Tom Holland), il aurait pu être ce personnage anecdotique sauf qu'il se révèle bien plus complexe qu'il n'y paraît. Et je trouve dommage que sa personnalité ne se limite qu'à être un groom faussement innocent et non un personnage bien plus énigmatique, car on l'impression que la révélation finale sur le personnage est forcé.

Enfin, le personnage de l'introduction alias Felix O'Kelly (Nick Offerman ) est assez intéressant dans sa séquence et introduit bien l'objectif et les motivations du prêtre (qui n'est pas prêtre, mais un braqueur de banque vieillissant et malade).

Convergence au mauvais endroit au mauvais moment

L'histoire est le destin entremêlé de 4 personnes qui se retrouvent dans un hôtel assez particulier à la frontière entre le Nevada et la Californie. Et là je m'arrête de suite. L'hôtel en lui-même n'est plus qu'un décor avec une particularité qui n'intervient que peu.

En effet, on ne verra jamais les propriétaires de l'hôtel dans le film ! Alors que c'est le concept même du film ! Même l'agent Sullivan qui enquête sur l'hôtel meure avant la fin du film. Et puis qu'est-ce que cela change vraiment dans le film qu'une personne achète une place dans le Nevada ou dans la Californie

C'est dommage car il y avait moyen et surtout matière ! Au lieu de ça on a les personnages et leur passé trouble (qui devient une simple caractéristique pour Darlène et Miles). Et oui, c'est intéressant parce que les personnages sont vraiment bien écrit et leurs dialogues pareil. En même temps c'est Drew Goddard. Mais vraiment une occasion manquée. Même au niveau de l'écriture ce n'est pas si bien que ça vers le troisième acte qui vire dans le cliché, alors que les 2/3, même décevant sont quand même bien écrit et vraiment intéressant

Comme la tandem Darlène Dock et la métamorphose de Darlène qui passe de fugitive à femme forte

Bref, au niveau de l'histoire, on a l'impression de voir du sous-Tarantino alors qu'on aurait pu avoir un néo - noir sympathique. Au final, on a une histoire sympathique mais qui aurait pu être largement mieux, surtout vu le niveau de Drew Goddard en terme de scénario.

Sale Temps dans les seventies

Pour être honnête, on a plus une déception qu'un mauvais film. On a une réalisation qui se suit bien, une histoire sympathique malgré le concept pas vraiment exploité et le point fort du film, reste les personnages qui sont tous bien traités (sauf Jon Hamm qui aurait pu être mieux exploité). Bref, Sale Temps A l'Hotel El Royale est un film noir sympa et Dakota Johnson sait jouer

mais elle meurt avant la fin

Maintenant, place au remake de Susperia. Il y a des choses à dire.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 209 fois
1 apprécie · 1 n'apprécie pas

Neo Cosmic M a ajouté ce film à 6 listes Sale temps à l'hôtel El Royale

Autres actions de Neo Cosmic M Sale temps à l'hôtel El Royale