👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Par les temps qui courent, quel bonheur rare de voir un film qui 1/ est à la hauteur de l'impatience provoquée par sa bande-annonce ; 2/ multiplie les effets de surprise, poussant le spectateur tout au long de ses 2h20 à souvent écarquiller les yeux et ouvrir grand la bouche sur le mode stupéfait du "Mazette, j'l'avais pas vu venir ça !"

Sale temps à l'Hôtel El Royale (rien que le titre pulp et son design canon d'enseigne toute en néon...) est un petit bijou pop, un jeu de massacre tarantinien dont le montage très habile relance en permanence l'excitation, un huis clos aussi langoureux que survolté tourné dans des décors à tomber dont chaque recoin est exploité et magnifié par une photographie hyper glamour et une réalisation inspirée.

Le casting est aux petits oignons, la B.O. absolument parfaite (The Supremes, Otis Redding, The Box Tops, The Isley Brothers, Deep Purple... du miel, un régal de chaque instant) et le scénario, sorte de Cluedo azimuté recoupant malicieusement les intrigues à tiroirs, prend systématiquement le contre-pied de ce que l'on croit avoir anticipé - pas une fois j'ai pu me dire "je le savais", j'ai toujours été surpris par tel retournement, telle action ou telle révélation, avec chaque fois la jouissive sensation d'une pure décharge de kiff.

Sexy, acidulé, délicieusement pop, furieusement barré, captivant, violent, fendard, émouvant à deux reprises sur la fin (larme à l’œil elle aussi inattendue), visuellement superbe, immédiatement électrisant et jubilatoire de bout en bout, ce film est, avec En liberté !, le meilleur remède aux frimas de l'automne !

AlexandreAgnes
9
Écrit par

il y a 3 ans

2 j'aime

Sale temps à l'hôtel El Royale
BCamoin
4

"Classic is good, baby."

Les années 70. L'Amérique du Viêt-Nam, de la guerre froide, de la contre-culture, des hippies, de Charles Manson, des droits civiques... Voilà ce qu'a voulu réunir Drew Goddard dans son premier film...

Lire la critique

il y a 3 ans

39 j'aime

Sale temps à l'hôtel El Royale
B_Jérémy
9

Mystère et boule de gomme !

Cet endroit était bouillonnant d'activité ! Sale temps à l'hôtel El Royale marque le retour du réalisateur Drew Goddard sur le grand écran qui jusqu'à présent n'avait réalisé qu'un film La...

Lire la critique

il y a 3 ans

37 j'aime

15

Sale temps à l'hôtel El Royale
vincenzobino
9

La ligne rouge

La ligne rouge L'hôtel El Royale est situé sur la frontière Nevada-Californie. Mettez-y un prêtre, un agent de la CIA, une chanteuse exploitée, une femme en ayant kidnappé une autre ainsi que le...

Lire la critique

il y a 3 ans

29 j'aime

3

Au revoir là-haut
AlexandreAgnes
9

On dit décidément MONSIEUR Dupontel !

La Rochelle, 26 juin. Jour de mon anniversaire et de l'avant-première de Au revoir là-haut en présence d'Albert Dupontel. Lorsqu'il entre dans la salle à la fin de la projection, le public...

Lire la critique

il y a 5 ans

52 j'aime

4

Mektoub, My Love : Canto uno
AlexandreAgnes
4

Si "le travelling est affaire de morale", ici le panoramique vertical est affaire de vice

Je n'accorde habituellement que très peu de crédit au vieux débat clivant qui oppose bêtement cinéma populaire et cinéma d'auteur (comme si les deux étaient deux genres définitivement distincts et...

Lire la critique

il y a 4 ans

46 j'aime

19

Arès
AlexandreAgnes
6
Arès

Ne pas jeter bébé avec l'eau du bain

Voilà un long métrage qui, en apparence, accumule les défauts : une erreur monumentale dans le choix de la date dès le carton d'ouverture (l'action se situe dans un Paris post-apocalyptique...

Lire la critique

il y a 5 ans

39 j'aime