Affiche Salo ou les 120 journées de Sodome

Critiques de Salo ou les 120 journées de Sodome

Film de (1975)

La seule vraie anarchie est celle du pouvoir

Sous l’égide de Salo ou les 120 journées de Sodome, Pasolini, crée l’un des plus grands témoignages que l'on ait pu exprimer sur la domination de l'être humain, et de son emprise sur l’identité d’autrui par le biais du pouvoir, que les Hommes s’attribuent par le armes ou l’affabulation divine. Retranscrit par l’explicite du dégoût, terrible et mortifère, agressif et malheureux, Salo n’en... Lire l'avis à propos de Salo ou les 120 journées de Sodome

79 6
Avatar Velvetman
8
Velvetman ·

Critique de Salo ou les 120 journées de Sodome par MrsChanita

Non, je n'ai pas aimé Salo. Salo n'est pas un film que l'on aime. C'est une immense gifle insoutenable, un plongeon inexorable dans les fantasmes cruels d'une société bourgeoise froide et consummériste. Je peux comprendre les réactions premières : dégoût et rejet de ce film. Ce sont de saines réactions, finalement. Mais il est important que suive le questionnement, essentiel que naisse la... Lire la critique de Salo ou les 120 journées de Sodome

156 11
Avatar MrsChanita
8
MrsChanita ·

Critique de Salo ou les 120 journées de Sodome par Jukebox Baby

Plus de 20 ans après, le souvenir de ce film est encore un traumatisme. Je mets 5, non pas parce que ce film est moyen, mais parce que je le trouve tout simplement in-notable. Il pose la question des limites, de celles que l'homme peut repousser, de celles que l'auteur peut concevoir et filmer, de celles qu'on peut supporter, de notre propre voyeurisme. Toutes interrogations auxquelles je me... Lire l'avis à propos de Salo ou les 120 journées de Sodome

28 2
Avatar Jukebox Baby
5
Jukebox Baby ·

Au-delà de la dénonciation : un film à prendre pour ce qu'il est.

Les critiques que j'ai pu lire de Salo présentent surtout le film comme une dénonciation du fascisme, une transposition de Sade brillante, dans un contexte inattendu. Evidemment il y a de ça. Mais ce ne sont pas les points sur lesquels je vais m'attarder. Il me semble voyez-vous que l'art engagé c'est bien, mais ne le considérer que comme ça c'est surtout réducteur. Il faut donner toute sa... Lire l'avis à propos de Salo ou les 120 journées de Sodome

61 7
Avatar Eggdoll
8
Eggdoll ·

Critique de Salo ou les 120 journées de Sodome par FrankyFockers

Même si relativement peu de gens ont vu Salo lors de sa sortie en 1975, il est souvent décrit comme un film extrême, repoussant les limites de la représentation jusqu'à un degré encore inédit. L'histoire de ce film est simple puisqu'il s'agit de l'adaptation, somme toute assez fidèle, des 120 journées de Sodome du Marquis de Sade. Sauf que Pasolini a eu l'idée, qui lui coûta peut-être la vie, de... Lire l'avis à propos de Salo ou les 120 journées de Sodome

158 13
Avatar FrankyFockers
10
FrankyFockers ·

Je est un monstre

Souvenirs - il y a près de quarante ans, cinéma La Pagode (magnifique), seule salle parisienne où Salo était diffusé alors qu'il était interdit dans toute l'Europe, invité par une copine (qui venait de le voir, quarante après c'est encore assez troublant); on arrive avec cinq grosses minutes de retard, on ne restera pas dans la salle à la fin du fin pour voir la partie manquante (alors que... Lire la critique de Salo ou les 120 journées de Sodome

32 7
Avatar pphf
9
pphf ·

Comment traiter de la seconde guerre mondiale quand on s'appelle Pier Paolo Pasolini ?

Je ne sais pas comment cette idée est venue mais un soir, avec un ami, on avait prévu d'aller voir "Salo ou les 120 jours de Sodome" de Pier Paolo Pasolini au cinéma L'Ariel à Mont-Saint-Aignan. On était quoi dans la salle ? Y'avait nous deux et puis peut-être deux autres, mais pas plus. Bref, on regarde le film, partagé entre d'une part, l'oeuvre forte, un délice cinématographique, le propos... Lire l'avis à propos de Salo ou les 120 journées de Sodome

33 24
Avatar OVBC
10
OVBC ·

Enfants de Salò

Pasolini, s’inspirant de plusieurs références culturelles, historiques et philosophiques (Sade, Dante, Bosch, Barthes, Klossowski, et les événements tragiques de Salò et de Marzabotto), tourna son film le plus radical et le plus antipathique en se détournant volontairement de l’aspect grivois et ludique de sa Trilogie de la vie. Difficile d’aimer Salò, voire même de l’apprécier, tant l’œuvre... Lire la critique de Salo ou les 120 journées de Sodome

19 1
Avatar mymp
9
mymp ·

Un film impossible à aimer ?

J'ai enfin osé me confronter au film-monstre. Premier constat, il s'agit d'une œuvre vraiment puissante, dont la vision est très douloureuse. Que les fans de torure-porn à la Hostel passent leur chemin, il n'y a rien d'amusant, de distrayant ou d'excitant dans ce grand film malade. On est confronté à la dégradation - jusqu'à la négation ? - de l'être humain de manière... Lire l'avis à propos de Salo ou les 120 journées de Sodome

53 5
Avatar Citizen-Ced
8
Citizen-Ced ·

L’empire (in)décent

Sous l’indignation effective, Pasolini élucide le paradoxe des extrémismes, cirque de la perversité suppliciant l’impérialisme de l’image. Salo se nourrit de sa propre répulsion dans l’abjection qu’elle suscite. La transgression de toute vertu dans un geste purement polémique constitue l’essence même de l’œuvre. Pourquoi vouloir montrer l’inqualifiable ? Peut-on se... Lire la critique de Salo ou les 120 journées de Sodome

31 3
Avatar blacktide
5
blacktide ·