👉 On vous partage notre 1er bilan de la nouvelle version de SensCritique.
Continuez à suivre l'avancée du site sur journal de bord.

En un sens, on peut me considérer comme protecteur de cette saga, car, et je le ressent encore plus avec ce quatrième épisode, à travers l'atrocité et le sadisme constant des films, ce qui reste une des marques de fabrique de la série, d'ailleurs sur ce point du cahier des charges, qui devient malheureusement de plus en plus vide au fil des épisodes, on ne pourra pas dire qu'on reste sur sa faim, d'ailleurs autant qu'après avoir vu chaque Saw on a littéralement plus faim, il reste un potentiel tout simplement énorme, qui fut en effet intégralement déployé dans le premier opus, devenu ou presque un classique, et vous savez peut-être pourquoi, mais surtout le film de torture-porn, genre dont Saw premier du nom était le lanceur, ayant le plus d'intérêt cinématographiquement parlant. D'ailleurs, si toutes cette ribambelle de suites avait suivie la voie, l'aura même, de ce premier épisode, peut-être que la saga Saw n'aurait pas été considéré comme la série la plus sanglante de l'histoire du cinéma. D'autant plus qu'aujourd'hui, on ne cesse de résumer Saw comme un massacre sadique, ce que, je l'affirme, est tout de même souvent le cas, mais est aussi une manière quelque peu réductive de considérer cette saga, par rapport à ce fameux potentiel qui concerne tout ce qui est relatif au scénario et à la psychologie de Jigsaw, qui, malgré sa mort dans le troisième opus, continue à faire parler de lui à travers des flashbacks, autre marque de fabrique de la série, et ce même si ce fameux Jigsaw avec ses leçons de vie devient peu à peu un objet pour essayer de rehausser l'intérêt ; l'intérêt, voilà quelque chose qu'on n'arrive pas vraiment à trouver dans les suites de Saw, ce qui inclut cette épisode, qui lui se centre comme on pouvait peut-être s'y attendre à l'héritage de Jigsaw, ainsi que, comme je l'ai déjà dit, son passé et sa relation avec sa femme Jill. On remarque encore une fois le lien entre chaque épisode à la manière d'un puzzle, ce qui reste le côté le plus réussi de Saw IV. Mais quand un film cache son grand manque d'intérêt par ses seuls points positifs, qui sont tout de même appuyés, mais qui sont oubliés quand on organise le visionnage entre amis pour rigoler devant cette étalage de violence, de sadisme et de gore, est-ce vraiment du bon cinéma ? Pas du cinéma très recommandable, en tout cas... Pour résumer la chose, on regarde les films comme ça sans se rendre compte qu'avec du recul ça ne vole pas très haut... Reste que la seule chose d'intelligent dans toutes ces suites, était Jigsaw. Jigsaw est mort, cherchez l'erreur. Les "victimes" ont si on y prête attention (parce que généralement, on s'en fout) toujours les mêmes réactions, et ce n'est pas la prestation souvent pitoyable de certains acteurs qui va nous aider à avaler la psychologie, ce qui nous fait croire que Jigsaw ne choisit que des handicapés mentaux pour jouer à ses jeux, pourtant très élaboré par les scénaristes, comble d'un bon point du film provoqué par un défaut, le comble du comble, donc... Conclusion : Le début de la descente aux enfers de la saga, qui, alors que les Saw II, acceptable, et Saw III, tout juste passable quant à lui, était indigne de Saw I, Saw IV balaye le souvenir de l'excellence du premier opus. Jigsaw est mort. Son autopsie sert juste à du gore en plus de toutes les scènes de sadisme forcené élaboré pour des tarés comme moi, rajouté de la débilité des "joueurs", qui ne sont là que pour se faire saucissonner avant que Jigsaw arrive en flashback pour nous fourrer sa petite leçon de vie, avant que ne recommence le cycle perdu dans les litres de faux sang qu'on a dû utiliser pour rendre réaliste un film qui même vu pour rigoler n'a pas beaucoup d'intérêt, à part de voir trois intestins ici et là. Vive Jigsaw.
Saw IV
Black-Night
8
Saw IV

Critique de Saw IV par Black-Night

Revisionnage, avis et note inchangés. A partir de cet épisode la saga en a déplu beaucoup car à la base les scénaristes étaient parti sur une trilogie point barre. Puis finalement la saga est...

Lire la critique

il y a 4 ans

8 j'aime

12

Saw IV
James-Betaman
2
Saw IV

Tellement mauvais que j'ai envie de Saw-ter par la fenêtre

Il y a un écart de qualité évident entre le premier film Saw réalisé par James Wan et les deux épisodes suivants réalisés par Darren Lynn Bousman. Mais il y avait encore une certaine qualité qui s'en...

Lire la critique

il y a 3 ans

6 j'aime

1

Saw IV
Monsieur_Cintre
4
Saw IV

Un nouveau jeu. De nouveaux pièges. Mais tout le reste : pareil !

Sur la jaquette de mon DVD, il est écrit : "Un nouveau jeu. De nouveaux pièges. Les mêmes règles". Ça résume plutôt bien le film. La règle est la même pour toutes les sagas : elles ont forcément...

Lire la critique

il y a 2 ans

4 j'aime

4

28 semaines plus tard
vivien-B
7

Tiens, heureusement que le film ne s'appelle pas 196 jours plus tard, il n'aurait pas eu le même suc

Dès la première scène, filmée par Danny Boyle lui-même, 28 semaines Plus Tard, suite logique de 28 jours plus tard, commence en trombe : le style est posé, le changement de metteur en scène aussi :...

Lire la critique

il y a 10 ans

2 j'aime

Les Chiens de paille
vivien-B
9

Critique de Les Chiens de paille par vivien-B

De tous les nombreux films qui remettront en question cette longue interrogation sur la violence au cinéma, rare sont ceux qui sont allés vraiment au bout de leur sujet, et de tous ces rares...

Lire la critique

il y a 10 ans

2 j'aime

Shining
vivien-B
10
Shining

Brillant !

Shining, tout premier film d'épouvante du grand Stanley, est, à l'instar de 2001, L'odyssée de l'espace, lui-même premier film de science-fiction de Kubrick qui avait pourtant totalement révolutionné...

Lire la critique

il y a 11 ans

2 j'aime