Advertisement
Affiche Schizophrenia, le tueur de l'ombre

Critiques de Schizophrenia, le tueur de l'ombre

Film de (1983)

Itinéraire d'un enfant gâté

Le cinéma de Gaspar Noé qui a, soi-disant, découvert ce film alors qu'il tournait "Carne" au début des années 90, doit beaucoup à "Schizophrenia". Des thèmes communs d'abord, de "Carne" et sa poésie urbaine désespérée à "Seul contre tous", prolongement du moyen métrage sus-mentionné à deux reprises et que l'on peut voir comme une variation bavarde du film de Kargl, pour le fond, et Rybczynski,... Lire la critique de Schizophrenia, le tueur de l'ombre

60 4
Avatar DjeeVanCleef
9
DjeeVanCleef ·

Extravagante démence

Schizophrenia, autrement dit jusqu’où la perversion de l’homme peut-elle aller ? Doté d’une narration extrêmement efficace, à tel point que le personnage principal n’aura pas besoin d’ouvrir la bouche pendant toute la durée du voyage, Schizophrenia va dans ce qu’il y a de plus primaire en terme de réflexion et de comportement humain. On se retrouve face à un Erwin Leder très impressionant, pris... Lire l'avis à propos de Schizophrenia, le tueur de l'ombre

33
Avatar Deleuze
8
Deleuze ·

Kargl lasse le sang

Grosse réputation d’ovni pour ce film autrichien qui s’inspire du vrai parcours d’un tueur en série dénommé Werner Kniesek. C’est super glauque et y a pas d’histoire aussi. Le résumé tient sur quelques lignes mais ce serait dommage de tout raconter car la mise en scène a du sens et ne rien connaître du peu qu’il faut savoir participe à ce sens. Du côté du tueur, c'est un peu l'anti Funny Games.... Lire l'avis à propos de Schizophrenia, le tueur de l'ombre

33 15
Avatar drélium
7
drélium ·

Ce réal qui leurre...

Sur le papier, Schizophrenia avait tout pour sentir la bobine casse gueule : son sujet, une voix off, son affiche, la traduction de son titre en français ; et surtout une réputation de film culte/coup de poing —parce que ça va, hein, on croit plus le petit garçon qui criait au loup depuis longtemps. Sauf que 1983 c'est juste le début des années 80 et que ça sent bon la coldwave et le néon... Lire l'avis à propos de Schizophrenia, le tueur de l'ombre

40 11
Avatar real_folk_blues
8
real_folk_blues ·

Eighties minutes inside

On a beau tenter de dépasser les clichés lorsqu’on se retrouve face à des œuvres d’art, on ne peut s’empêcher, face à Angst, de conclure qu’il n’y a vraiment que les autrichiens pour nous proposer de telles choses. Soit l’immersion dans la conscience d’un psychopathe, à partir de sa sortie de prison, et au fil de sa cavalcade dont l’unique mobile est de... Lire l'avis à propos de Schizophrenia, le tueur de l'ombre

25 7
Avatar Sergent Pepper
8
Sergent Pepper ·

Critique de Schizophrenia, le tueur de l'ombre par FrankyFockers

Un homme assassine sauvagement une vieille dame. Les psychiatres refusent de reconnaître sa folie, pourtant réelle. Il est envoyé en prison. A sa sortie, l'homme, plus fou que jamais, n'est animé que d'une seule pulsion : recommencer à tuer. Il s'introduit dans une villa bourgeoise et assassine sauvagement ses trois habitants. Mais sa soif de sang perdure. Son but est de tuer de nouvelles... Lire la critique de Schizophrenia, le tueur de l'ombre

18
Avatar FrankyFockers
10
FrankyFockers ·

Frustration

J'ai écrit en même temps que le film se déroulait... comme s'il fallait le décrypter. Dès la première scène, le film apparaît comme une oeuvre sujectiviste et autocentrée sur un personnage brutal et maniaque. Le projet portera plusieurs titres : Angst (colère), Fear (peur)... Puis, on ne sait pas pourquoi, c'est Schizophrenia qui sort du lot, comme s'il s'agissait d'un nouveau titre de Dario... Lire la critique de Schizophrenia, le tueur de l'ombre

13 18
Avatar OVBC
8
OVBC ·

Schizophrénia

Le film de Gerard Kargl est une oeuvre pionnière qui inspira de nombreux réalisateurs comme Gaspar Noe. Schizophrenia, dénommé "Angst" (qui signifie l'angoisse) dans la version originale, nous dépeint en temps réel les agissements d'un malade mental à sa sortie de prison. Nous ne sommes pas en face d'un film traditionnel. Le prologue du film, rappelant le travail de Noe dans Seul contre tous,... Lire la critique de Schizophrenia, le tueur de l'ombre

9 1
Avatar Velvetman
8
Velvetman ·

Quelque part entre "Seven" et "Derrick"

Qu'est-ce qui fait l'intérêt d'un tel film parmi la ribambelles de ceux consacrés aux tueurs en série ? Son approche réaliste de la psychologie du tueur. Ici on ne suit pas une enquête policière, on ne cherche pas à savoir si, ou comment, les victimes vont s'en tirer. Non : on partage sans recul, de manière froide et clinique, la folie d'un homme. Il est le seul narrateur, on entend ses pensées... Lire la critique de Schizophrenia, le tueur de l'ombre

19 3
Avatar Citizen-Ced
5
Citizen-Ced ·

Siphonné du caisson puissance 12

Viens là que je t'avale, que je te remue dans tous les sens et que je te recrache complètement vidé de toute émotion. C'est un peu le sentiment qui s'impose à la sortie de l'uppercut malsain de Gerald Kargl. En moins d'une heure vingt, il parvient à illustrer avec violence mais application un esprit torturé pour qui semble avoir été inventé le mot psychopathe. La belle leçon du réalisateur,... Lire l'avis à propos de Schizophrenia, le tueur de l'ombre

6 2
Avatar oso
8
oso ·